Chronique d’une végétarienne #2 Préjugés et sens de la répartie

Si vous êtes végétarien ou végétalien, vous avez, tout comme moi, dû essuyer pas mal de questions et de remarques… Que ce soit la famille, des amis, des collègues, si vous avez l’occasion d’avouer votre régime alimentaire, vous devenez la bête curieuse et suscitez des réactions diverses généralement alimentées par des préjugés. En quelque sorte, vous gênez parce vous sortez du moule de l’alimentation conventionnelle.

On parle certes beaucoup du végétarisme mais je trouve que son volet « social » est encore largement tabou. Quand j’ai pris la décision de devenir végétarienne (et aujourd’hui végétalienne), je ne me suis pas posé la question de savoir qui ça allait gêner, que ce soit mon père boucher ou mon beau-père agriculteur et chasseur. C’était mon choix, point. Mais je comprends tout à fait que quand on est jeune, on ressente une certaine crainte à l’idée d’affirmer ce choix alimentaire, surtout au sein de la structure familiale.

Il faut être courageux et savoir affronter, parfois avec sang froid, les réflexions cinglantes et les questions insidieuses. Depuis maintenant plus d’un an, j’ai parfois dû m’armer de patience afin de garder mon calme face à certains comportements, tantôt curieux, tantôt blessants.

En général, celui qu’on rencontre le plus souvent c’est le mouton. Tous les végétariens ont forcément eu à faire à lui à un moment ou à un autre en essuyant cette fameuse question / réflexion : « haaaaaan là là là là… Tu vas être carencé! Le lait ça fortifie les os et la viande ça te rend fort! Et puis les protéines tu les prends où? »

Le mouton, c’est celui qui écoute ce qu’on entend partout sans aller chercher plus loin, celui qui fait une confiance aveugle à son médecin et qui croit avec conviction que « les produits laitiers sont nos amis pour la vie ». En même temps, il ne faut vraiment pas lui en vouloir puisque les lobbies sont très très forts de ce côté là et ne laissent pas grand place à la liberté du consommateur dans ses choix alimentaires…

Pendant des années, je ne me suis jamais préoccupé du point de savoir si ce que je mangeais était sain ou non. Je mangeais ce que tout le monde mangeait ou plutôt ce qu’il était « conventionnel » de manger. La plupart d’entre nous vivent au sein d’une culture qui prédéfinit leurs préférences et leurs habitudes alimentaires. C’est comme ça. Nous, occidentaux, vivons dans ce que certains auteurs qualifient de « milieu alimentaire toxique« . En France, le Programme National Nutrition Santé est complètement faussé car il n’ose pas aller à l’encontre de la culture dominante. Il y a un énorme manque de fiabilité et d’honnêteté dans les informations qui nous sont communiquées et c’est bien dommage. Pire, par le biais de la PAC, certains aliments comme la viande et le lait sont massivement subventionnés. On estime qu’il faudrait multiplier le prix de la viande par 10 si on devait la payer à son véritable prix… N’y a t-il pas là une incitation excessive à consommer de la viande?

J’y reviendrai plus longuement dans un prochain billet mais je vous conseille vivement de lire L’Enquête Campbell qui a clairement mis en évidence, grâce à la plus grande étude de nutrition jamais réalisée, le lien entre les protéines animales et le développement des cancers et des maladies cardio-vasculaires. De plus, les régimes alimentaires 100% végétarien et 100% végétalien sont totalement bénéfiques pour la santé si l’on respecte certaines règles. Leurs vertus sont aujourd’hui largement prouvées via des études portant sur la mortalité.

Voilà quels arguments j’utilise habituellement pour répondre au mouton. Je m’appuie sur des études sérieuses qui ont démontré que non, manger de la viande et boire du lait n’est définitivement pas bon pour la santé, et je lui explique que cette histoire de carences n’a d’autre dessein que de nous dissuader d’opter pour un régime exempt de produits d’origine animale. Et je finis toujours par l’argument qui fonctionne à tous les coups : prendre des exemples flagrants de sportifs de classe internationale qui sont végétariens et je lui demande si, sincèrement, il trouve que tous ces athlètes sont faibles physiquement parlant. Exemples : le champion de triathlon Dave Scott, les athlètes Carl Lewis et Edwin Moses, la championne de tennis Martina Navratilova…

Le mouton n’est en général pas bien difficile à convaincre, du moins il admet assez facilement que son point de vue sur les bienfaits des produits d’origine animale est biaisé. Il respecte plutôt bien le choix des végétariens après avoir compris que ce régime alimentaire est sans danger pour la santé si l’on respecte certaines règles.

Ce n’est en revanche pas le cas de l’égoïste fataliste. C’est celui qui m’exaspère le plus et à qui j’ai envie de donner des claques. A côté du mouton, son discours est à mon sens impardonnable : « de toute façon la viande c’est trop bon et les animaux sont faits pour être bouffés, et puis c’est pas à ton échelle que tu changeras quelque chose hein!« 

Peut-être que la viande de labrador est très bonne et pourtant, il serait bien incapable d’en manger… Une question de culture me direz-vous. Certaines études ont également démontré que s’il fallait tuer nous même l’animal pour le manger, il y aurait beaucoup plus de végétariens.

Sincèrement, je ne peux pas supporter ce genre de personnes qui pensent que le monde ne tourne qu’autour de leur nombril… En général, quand j’entends ce genre de propos, une seule réponse me vient en tête : TA GUEULE! Une fois passée la phase j’ai-envie-de-te-claquer, j’essaie de lui montrer toutes les conséquences de son choix alimentaire et de lui expliquer que la planète qu’il laissera à ses enfants et petits enfants ne sera sûrement pas dans un bel état.

Si vous avez lu ma première chronique vous le savez déjà, je ne supporte pas les gens qui sont indifférents face au sort d’un animal quel qu’il soit. Parce que cette question me tient tellement à cœur qu’elle me noue l’estomac rien qu’en écrivant cette phrase, je ne vais pas m’étaler sur le sujet et vous renvoie au très bel article d’Amandine dont je partage totalement la position.

Et puis il y a aussi le côté environnemental que certains oublient parfois à tort. Il faut en moyenne 10 kg de protéines végétales pour produire 1kg de protéines d’origine animale. Conséquence? Les produits d’origine animale consomment énormément de ressources. Comme les terres cultivables consacrées à l’élevage et à la production d’alimentation destinée aux animaux ne suffisent pas, on a recours à un véritable massacre via la déforestation intensive de l’Amazonie. On y fait pousser du soja OGM qui servira ensuite à nourrir les animaux européens et d’autres continents.

Certains devraient plus amplement s’interroger sur ce point et prendre conscience que notre mode alimentaire n’est pas viable à long terme. Certes, à notre échelle, nous sommes tout petit face à l’industrie géante de l’agroalimentaire. Mais sachez tout de même qu’on mange en moyenne 1000 animaux dans toute notre vie… Donc clairement, ça change définitivement quelque chose, au moins du point de vue de la conscience personnelle.

La dernière personne que je rencontre de plus en plus correspond au profil du crédule : « moi aussi je suis contre l’élevage industriel et je mange que de la viande bio« . Je connais pas mal de personnes qui assimilent à tort l’agriculture biologique et le végétarisme. Ces personnes veulent bien faire et pensent que le label Agriculture Biologique est garant d’un animal traité dans des conditions plus respectueuses.

Là aussi, je dois l’avouer, ce genre de propos m’agacent un peu… J’essaie tant bien que mal d’expliquer au crédule que le fait de manger bio ne change rien à la donne puisque dans tous les cas, l’animal est élevé pour être tué et consommé.

C’est même pire en réalité… Le transport et l’abattage des animaux ont lieu de la même façon que pour les animaux issus de l’élevage conventionnel. Lorsque l’animal est transporté vers l’abattoir le plus proche, son angoisse provoque la production d’une grande quantité d’hormones comme l’adrénaline qui ne peuvent plus être éliminées avant la mort de l’animal et restent dans la viande. Vous voyez où je veux en venir? Plus un animal aura été élevé de façon respectueuse, plus grande sera son angoisse face à cette horrible situation. Sur ce point, des recherches ont clairement confirmé que ces animaux réagissent beaucoup plus fortement à cette épreuve que ceux issus de l’élevage conventionnel.

Que ce soit face au mouton, à l’égoïste fataliste ou au crédule, il est parfois difficile pour un végétarien, surtout au début de son choix alimentaire, de trouver les bons mots pour se défendre. Je me suis parfois sentie bien seule face aux préjugés qui sont encore rudement attachés au végétarisme. Mais j’ai toujours tenu bon et je ne suis jamais laissée impressionnée car le plus important au fond, c’est de savoir que mon choix alimentaire est en parfaite harmonie avec ma conscience personnelle.

Crédits photos * * * *

39 petits mots

  1. Claire

    Cela me rappelle un « débat » que j’avais eu avec une amie, elle tenait le même genre de discours que l’égoïste fataliste : « si les animaux ont été créés, c’est bien pour nous nourrir ». Réponse type d’une personne conditionnée, persuadée qu’il n’existe qu’un mode alimentaire absolu et que les autres ne sont que fantaisistes . . . A mon sens, ces personnes sont surtout aveuglées et il suffirait seulement de s’octroyer ne serait-ce qu’un peu de temps pour s’informer afin d’ouvrir les yeux (peut-être, peut-être pas). Faire des recherches, se renseigner, trouver des réponses grâce aux reportages, aux lectures, aux témoignages de différentes personnes . . . c’est une démarche active qui permet ensuite de prendre ses propres décisions en toute connaissance de cause et de faire des choix éclairés, en harmonie avec notre conscience et nos valeurs, c’est bien là l’essentiel je pense. J’imagine combien ce n’est pas évident au début de faire face aux préjugés mais que représentent-ils face au bien-être qu’on retire d’avoir trouvé un mode de vie plus épanouissant ? Tu as su tenir bon, rester libre, et c’est le plus important. Merci pour ce billet (j’attendais cette suite avec impatience), de partager ça avec nous et de contribuer à aider toutes les personnes qui se posent des questions.

    Je termine par ceci (sinon mon commentaire sera un pavé :p), parce-que cette citation de Paul McCartney est criante de vérité : « If slaughterhouses had glass walls everyone would be vegetarian ».

    Répondre
    1. Julie

      Tu as tout à fait raison. Je pense que c’est « l’ignorance » (à ne pas prendre dans un sens péjoratif) qui est la source de ce genre de comportements. Il suffit en général de bien se renseigner pour prendre conscience de la non viabilité de notre mode alimentaire ;-)

      Répondre
  2. Hannao

    Hello,
    ça fait quelques temps que je te suis et ce doit être mon premier commentaire. J’imagine tout à fait la pression que tu dois subir.
    Ceci dit je te trouve un peu dur avec les « crédules » (dont je fait partie). Alors bon, déjà je me considère comme omnivore hein, je mange de la viande, je suis pas bête… Après j’essaie d’acheter et consommer moins de viande (car comme tu dis lobby etc, on a pas besoin de viande chaque jour). Je ne comprend pas trop ta partie sur l’abatoir. Bien sûr les animaux sont tous tués au même endroit (nio, label rouge, éléver en plein air ou rien de tout ça ) et c’est pas plus reluisant pour ceux venant pour les uns que les autres. Cependant, je trouve ça moins pire qu’il soit plus angoisé le dernier jour de sa vie que mal traité toute sa vie. Je ne suis pas sûre d’avoir compris ton idée. Désolé….

    Bonne soirée et bon courage face aux intélorants et incompréhensifs.

    Répondre
    1. Julie

      Non je ne suis pas d’accord. Le point crucial de ma réflexion c’est le fait que l’animal soit tué dans le seul but de nous nourrir. Certes le fait qu’il soit bien traité durant son élevage m’importe par rapport à ce qui se passe dans l’élevage industriel, mais au fond on tourne en rond et on en revient toujours au même : il faut tuer l’animal pour pouvoir remplir chaque jour des miliers d’assiette… =/

      Répondre
  3. momillon

    Tu me motives de plus en plus à passer de ce coté! J’essaye déjà de réduire un peu la viande que je mange, car je me connais si j’arrête tout d’un seul coup je ne vais pas durer longtemps. Je voudrais savoir si tu as de bons livres de cuisine végétarienne à me conseiller? Car je dois avouer que je ne connais pas énormément de plats sans viandes (et du coup mon gratin pomme de terres/ courgettes / ou chou-fleur va finir par vite m’agacer).

    Répondre
    1. Julie

      Tu as raison, mieux vaut y aller petit à petit et à ton rythme! ;-) C’est comme ça que j’y suis arrivée : plus de viande rouge, puis plus de viande blanche, puis plus de poisson et maintenant plus d’oeufs ni de lait. En tapant « végétarien » sur amazon tu as énormément de livres intéressants. Pour ma part, j’aime beaucoup le « Petit Précis pour cuisiner sans produit d’origine animale » =)

      Répondre
  4. Délia

    Rien que l’argument concernant les ressources que consomment l’élevage suffit à me convaincre, outre le fait que les protéines animales sont bien moins bienfaitrices que les protéines végétales…
    Pour le coup, j’aimerais bien apprendre à cuisiner végétarien, je trouve ça passionnant de se passer de la viande, je préfère les vaches dans les prés que dans las abattoirs ! :-)

    Répondre
    1. Laure

      Je suis carnivore mais je respecte les végétariens. Par contre les réflexions du type « je préfère les vaches dans les prés que dans les abattoirs » fait ressortir mon penchant au cynisme et au mauvais esprit : je ne suis pas sûre du tout qu’il reste beaucoup de vaches dans les prés si un jour la population en majorité devient végétarienne… Mais j’avoue volontiers avoir mauvais fond et être cynique !

      Répondre
  5. isablablas

    Bravo! il faut assumer ces choix et ça ne doit pas être facile pour toi vu ton entourage familial! Perso je ne suis pas vegan même si j’ai diminué ma consommation de viande (je ne l’ai pas arrêté) et de lait de vache j’e n’ai plus mes problèmes de digestion et pour ça je dis ouf! Moi je suis d’accord avec ton article même si je n’ai pas sauté le pas mais quand j’en parle à mon mari il me dit « Il ne faut jamais aller contre-nature, c’est pour ça que le monde va mal!, c-a-d l’homme est fait pour manger de la viande, c’est comme ça! Bon chacun son avis et il faut le respecter! Bizous.

    Répondre
    1. Julie

      Le mien était comme ça avant mais depuis le temps maintenant que je lui rabache les mêmes arguments, il a largement diminué sa consommation de viande! ;-)

      Répondre
  6. Celine

    Je suis un regime vegetalien depuis deux mois, c’est mon medecin qui me l’a prescrit ! Je mangeais de la viande comme beaucoup de monde et buvait enormement de lait. J’ai d’abord suprime le lait, apres avoir lu un article sur le lait, qu’on enleve le veau de sa mere, ca m’a traumatise et j’ai arrete. Par contre j’ai des problemes au niveau du foie et mon medecin m’a dit d’arreter absolument les laitages, le sucre rafine et la viande car bourres d’hormones, d’antibiotiques et de pesticides. Depuis deux mois je vois une nette amelioration.
    Mais, j’ecris ce commentaire dans l’espoir que tu saches et puisses me repondre, comment fais-tu pour la vitamine B12 qui se trouve uniquement dans la viande ? Mon medecin me donne un complement pour le moment, car quand j’irais mieux, je pourrais remanger de la viande BIO, en petite quantite. Mais si l’homme n’etait pas fait pour manger la viande, ou se procurerait-il cette vitamine si importante ? J’aimerais continuer ce regime alimentaire par la suite, mais voulant des enfants, manquer de cette vitamine me fait tres peur.

    Répondre
  7. lolalovesbeauty

    Félicitations! Tu fais partie de ces rares personnes qui savent vraiment argumenter leurs choix, et tu te renseignes tellement bien que tu pourrais réaliser un reportage complet sur le sujet! Je ne suis moi-même pas végétarienne, mais je réduis considérablement la viande de mon alimentation, mais je ne me sens pas encore capable d’arrêter totalement, d’autant plus que je partage ma vie avec un « bon vivant » (comme si les autres étaient des mauvais vivants, ou des bons morts…BREF!), qui trouve mes croyances et mon discours complètement aliéné, peu importe les vidéos que je peux lui montrer ou les arguments que je lui donne, dur dur de partager le même frigo…J’envie ton enthousiasme et ta capacité à pouvoir vivre en adéquation avec tes valeurs personnelles, car c’est un grand pas vers la sagesse :)

    Bisettes,
    Lola

    Répondre
    1. Julie

      J’avoue que le fait d’arrêter la viande alors que notre moitié continue d’en consommer amène à des situations assez complexes… C’était dur au début à la maison et puis on a trouvé notre équilibre =)

      Répondre
  8. Amandine

    Merci pour avoir cité mon article ! C’est grâce à mes stats que je suis arrivée vers ton article et je ne savais pas que tu avais aussi la fibre végétale. Ne t’inquiète pas, les choses bougent et de plus en plus nombreuses sont les personnes qui franchissent le pas vers le côte vert de la force. Des bisous de moi, tu reçois (oui, j’ai re regardé Star wars il n’y a pas longtemps) ;-)

    Répondre
  9. Inti

    Quand je lis ton post j’me dis que tu es passée a l’étape suivante et que moi je suis restée coincée au deuxième arrêt. Je prends conscience au fil du temps de l’importance de notre alimentation, quand je regarde certains reportage ou le résultat de certaines études je me dis 1) est ce que le journaliste nous montre seulement ce qu’il veut bien nous montrer est ce que les résultats de cette étude sont vraiment sans soupçons et 2) et si tout ça est réel si c’est vrai … Comment faire… Tu vois j’ai par moment entièrement conscience de ce qui est bon pour moi et j’essaie de m’y tenir et sans savoir pourquoi je reviens a mes vieilles habitudes comme si c’était rassurant et surtout plus facile. Je te tire mon chapeau parce que mine de rien (mine de crayon haha) c’est pas toujours évident d’assumer le choix d’être végétarien

    Répondre
  10. Mathilde

    Merci pour tes articles sur le végétarisme que je découvre avec grand plaisir.
    Ayant fait récemment le choix du végétarisme je n’ose pas trop en parler autour de moi par peur des réactions mais surtout parceque je n’ai pas envie d’en débattre. J’aimerais juste que mon choix soit respecté sans être remis en cause à chaque fois.
    Je pense qu’il faudrait que chacun prenne conscience que l’élevage animalier est extrêmement destructeur malheureusement. Et même devenir au minimum flexitarien ça pourrait changer des choses (pas au niveau de la souffrance animale malheureusement mais rien qu’au niveau écologique).

    Répondre
  11. alsacine

    Un bien bel article!
    Tout comme toi je suis végétarienne depuis un an environ et c’est vrai que les débuts n’ont pas toujours été évidents avec l’entourage… Incompréhension, questionnement et on en arrive au : « mais pourquoi??? »
    Ce à quoi je réponds mais en fait pourquoi pas!!! Tout en relatant aussi les diverses raisons que tu évoques, c’est mon choix , il me convient et j’en suis pleinement satisfaite. Peu importe les visages et expressions faciales déplaisantes (tu vois ce que je veux dire), de toute façon avec le temps tout le monde si fait! Et oui je ne suis pas plus farfelue qu’avant…!
    Et puis c’est rigolo de voir que maintenant les gens me comprennent, acceptent (même s’ils n’ont pas le choix) et surtout ils commencent à réfléchir!!!
    À tout bientôt dans un nouveau com!

    Répondre
  12. Claire - TLrC

    Tu as bien du courage! Moi en général, je dis que je veux pas en parler et surtout que j’ai pas à me justifier si je tombe face à quelqu’un d’hermétique ou de con…

    Après j’ai globalement de la chance avec la famille ou les amis, on ne m’embête pas et il y a toujours quelque chose à manger pour moi. Le fait que mon Brun ait maintenant le même « régime » alimentaire que moi aide pas mal, on a plus de poids ;)

    Répondre
  13. Marie - Oh my Blog!

    Au delà de la cause animale, il est clair et net que notre organisme n’est pas fait pour digérer autant de protéines animales (sans compter toutes les hormones qu’on leur fait ingurgiter pour grossir plus vite, les tranquillisants avant de passer à l’abattoir, les antibiotiques …).

    Bref ! Clairement, tout ça nous bousille la santé alors qu’on trouve absolument tous les minéraux, les protéines et les éléments dont notre organisme a besoin dans les fruits et les légumes. Mais c’est parfois laborieux de faire comprendre ça aux gens …

    C’est fatigant de passer pour une illuminée mais je crois qu’on ne peut pas changer les personnes bornées. Une fois qu’on a donné l’information, à eux d’en faire ce qu’ils veulent. Il suffit d’un peu d’ouverture d’esprit pour savoir quoi en faire par la suite.

    Répondre
  14. fanny

    Je dois avouer que je trouve ton discours très extrémiste. Je suis végétarienne et ce n’est pas pour ça que je me permet de juger ceux qui n’ont pas fait ce choix. Tout le monde n’est pas forcement obligé d’être du même avis que nous et c’est pas pour ça qu’ils sont plus immoraux comme tu semble le croire. Le réel problème est que chacun juge l’autre partie sans comprendre le point de vue. Je ne suis pas moralement supérieur parce que je ne mange ni viande ni très peu de produits d’origine animale ce que tu as l’air de penser au vue de ton article.

    Répondre
    1. Julie

      Tu n’as définitivement rien compris à mon article et tu dois sûrement être une lectrice de passage car si tu avais pris le temps de comprendre mon blog et mes mots tu aurais vu qu’il n’y a là aucun jugement dans mes paroles! Je respecte l’avis de chacun, la preuve je vis avec un chéri omnivore à qui je ne demanderai jamais de devenir végétarien.

      Pour celui que j’appelle le mouton, je ne vois pas où tu vois mon jugement?! J’explique au contraire que ses questionnements et arguments sont généralement fondés sur des informations erronées alimentées par des lobbies parfois peu scrupuleux.

      Pour l’égoïste fataliste, si tu considères que les gens qui sont systématiquement dans l’affrontement à te dire « bah de toute façon les animaux c’est fait pour être bouffés et puis c’est pas à ton échelle que tu vas refaire le monde » sont des personnes cool qui donnent juste leur avis et que l’on se doit de respecter, tant mieux pour toi, tu as ma foi l’esprit bien ouvert…

      Je ne fais ici qu’écrire ce que j’ai bien trop souvent entendu sans jamais être moi même dans les extrêmes. Je me suis souvent faite « agressée » verbalement avec ce genre de propos alors que je n’embêtais personne et que je n’ai jamais scandé haut et fort que « manger de la viande c’est vraiment immoral » Quand je vais chez des amis, je mange les légumes et basta, je ne fais pas tout un foin parce qu’ils mangent du poulet ou une entrecôte et je ne vais surtout pas les prendre de haut en les jugeant immoraux.

      Non définitivement, tu n’as strictement RIEN compris!

      Répondre
    2. mibrume

      Ton article est vraiment et tout à fait réaliste !
      Je suis dans le cas où je veux devenir végétalienne et quand je l’explique un peu autour de moi les remarques cinglantes et blessantes fusent  » ahahah tu vas devenir une poule cotcotcot !! (avec les gestes bien-sûr)  » … vraiment on me l’a fait, et ça ne peut que me mettre en colère. Mais finalement je me rends compte que ces gens réagissent souvent de cette façon car pour eux de se dire « végéta*ien » signifie « supériorité » ?!

      Sans même parler de régime alimentaire et de santé, nous mettons le doigt sur cette surconsommation en proclament « je ne veux plus la suivre » et les consommateurs invétérés de notre société se sentent mal à l’aise, impuissants, critiqués devant notre choix. Donc immanquablement, ils veulent nous rabaisser pour se redonner de la valeur au niveau de moins que rien et « d’animaux » … ?! Car leur première pensée est sans conteste « elle m’impose son choix » …. Ce qui est totalement faux !!!

      Pour le commentaire de Fanny, je suis d’accord « Le réel problème est que chacun juge l’autre partie sans comprendre son point de vue » mais finalement comme l’explique Julie le mot « Végéta*ien » en lui-même est un mot tabou comme un gros mot dans une conversation … et j’ai pu remarquer et recevoir (je précise je ne suis toujours pas simplement végétarienne) des critiques extrêmement basses, faciles et vraiment blessantes, sans explication ! Et il y a un moment où nous avons aussi le droit de pousser notre coup « de gueulante » comme on pourrait dire.

      Pour ma part, je veux devenir végétalienne (à mi-temps, je ne prends plus de lait animal depuis plusieurs mois) : 3 de mes tantes, ma grand-mère et ma mère ont eu le cancer du sein !! C’est de famille !! Et pour moi seule, j’ai pris la décision de ne pas me retrouver à faire des chimios à répétition ou même mourir, alors je fais tout pour préserver ma santé et ne pas tout faire pour déclencher ce foutu cancer !! J’aspire à un régime alimentaire et cosmétique plus sain et naturel comme une autre personne préférerai prendre des cures de médicaments.

      Donc je pense vraiment que les personnes non-végétarienne ou autres devraient tourner sept fois leurs langues dans leurs bouches avant de nous juger !!
      Cette article dénonce ce jugement perpétuelle que les autres ont sur le régime alimentaire veggi plutôt que de dénoncer le faite qu’ils mangent des animaux !!

      Répondre
    3. KaRoWill

      Bonjour,

      J’ai adoooooooooooooooré ton article ! C’est tellement vrai !

      3 types de personnes : les moutons ( c’est marrant, mon mari et moi les appelons aussi ainsi ;°) lol. en plus quand on sait que les « moutons  » mangent d’autres moutons….. euhhhhhhhhhhh y a comme qui dirait …. un problème quelque part !!!!! lol
      les cruels ( toi tu les nommes : « l’égoïste fataliste  » ) Alors ces personnes sont dépourvues d’un organe que l’humain doit normalement avoir : le COEUR ! ( mais aussi le cerveau !!!! lol =) Manque de bol pour eux ! eh oui : l’Homme est un Animal ! et quand on mange de la viande, on se mange soit même ! attentionnnnnnnnnn réflexion ouverte !!!!!
      Et enfin les simplets d’esprit ( les crédules ) : qui se disent : ah quelle horreur ! c’est vrai que ces pauvres animaux subissent…… heureusement, moi je suis éco responsable, je ne consomme que Bio ( le paradis pour les animaux, ils se font tuer mais avec des lames propres et toutes gentilles : ouf ma!!!!!! )
      Quel côté sarcastique : ou alors, les gens qui disent : ah oui moi je mange qu’un tout petit peu de viande…. ah ouiiiiiiiii, donc l’animal est un tout ptit peu mort alors !!!!!! raaaaaaaaaaa ! c’est vraiment n’importe quoi !!!!! Certaines personnes ont conscience au fond d’eux que c’est MAL de manger de la viande ( pour les animaux, l’environnement et pour leur propre santé ) mais préfèrent mettre de belles oeillères , c’est tellement plus facile de vivre ainsi, mais …..n’est ce pas une belle forme de lâcheté ? Franchir le pas du végétalisme est une force de soi qu’il ne faut pas cacher ni renier ! au contraire crions le haut et fort : VEGAN ET FIER DE L’êTRE !!!!!!!
      KaRoWill.

      Répondre
  15. fanny

    Peut être que je n’ai pas compris le ton de mon article qui se voulait peut être humoristique. Moi je l’ai ressentis un peu vindicatif. Mais je ne voulait en aucun cas que tu te sentes agressé personnellement, c’était juste mon avis sur un article. Et de plus j’aime beaucoup ton blog moi qui suis très gourmande et qui essaie de manger végétalien le plus possible, je peux fondre sur tes pâtisseries sans culpabiliser !! ^^

    Répondre
  16. Iris

    Bonjour, bravo à toi et pour ton blog, ça me fait toujours plaisir de me reconnaître et de lire des choses en accord avec mes convictions :) Je me permets de partager cet événement : la veggie pride, le 10 mai prochain à Paris. Nous sommes de plus en plus nombreux à devenir végétariens/liens et il me semble primordial de « nous faire voir » encore davantage ! https://www.facebook.com/events/1380950808836847/?fref=ts

    Répondre
  17. Leslie

    Je viens de découvrir ton blog et j’ai adoré cet article. Etant végétarienne j’ai beaucoup ris en le lisant: depuis pratiquement 8 ans que je suis végétarienne j’ai pu prendre du recul face aux personnes qui prenait plaisir à critiquer mon hygiène de vie. Je pense que du moment que ces personnes se retrouvent face à quelqu’un qui fait des efforts et qui prend conscience de ce qu’il se passe autour de lui, se sentent agressées ou biaisées.. Du coup le réflexe c’est de se moquer et de descendre ceux qui font l’effort, pour se persuader que ce n’est pas eux les moutons/les marginaux (oui, oui, on m’a souvent dit que les Vegan étaient des marginaux…)
    Du coup j’ai pas mal réfléchi et j’ai pris beaucoup de recul face à ces personnes, sans pour autant me fermer à la conversation.
    C’est clair c’est pas facile tout les jours, mais tant qu’on est bien dans son corps et dans sa tête et avec sa conscience, c’est l’essentiel :) Et puis, si on rayonne et si on respire le bien-être, ça peut peut-être donner envie à certains !

    Répondre
  18. KaRoWill

    Rebonjour, oups mon message n’a pas été posté dans son intégralité, le voici :

    J’ai adoooooooooooooooré ton article ! C’est tellement vrai !

    3 types de personnes : les moutons ( c’est marrant, mon mari et moi les appelons aussi ainsi ;°) lol. en plus quand on sait que les « moutons » mangent d’autres moutons….. euhhhhhhhhhhh y a comme qui dirait …. un problème quelque part !!!!! lol
    les cruels ( toi tu les nommes : « l’égoïste fataliste » ) Alors ces personnes sont dépourvues d’un organe que l’humain doit normalement avoir : le COEUR ! ( mais aussi le cerveau !!!! lol =) Manque de bol pour eux ! eh oui : l’Homme est un Animal ! et quand on mange de la viande, on se mange soit même ! attentionnnnnnnnnn réflexion ouverte !!!!!
    Et enfin les simplets d’esprit ( les crédules ) : qui se disent : ah quelle horreur ! c’est vrai que ces pauvres animaux subissent…… heureusement, moi je suis éco responsable, je ne consomme que Bio ( le paradis pour les animaux, ils se font tuer mais avec des lames propres et toutes gentilles : ouf ma conscience est meilleure !!!!!! )
    Quel côté sarcastique : ou alors, les gens qui disent : ah oui moi je mange qu’un tout petit peu de viande…. ah ouiiiiiiiii, donc l’animal est un tout ptit peu mort alors !!!!!! raaaaaaaaaaa ! c’est vraiment n’importe quoi !!!!! Certaines personnes ont conscience au fond d’eux que c’est MAL de manger de la viande ( pour les animaux, l’environnement et pour leur propre santé ) mais préfèrent mettre de belles oeillères , c’est tellement plus facile de vivre ainsi, mais …..n’est ce pas une belle forme de lâcheté ? Franchir le pas du végétalisme est une force de soi qu’il ne faut pas cacher ni renier ! au contraire crions le haut et fort : VEGAN ET FIER DE L’êTRE !!!!!!!
    KaRoWill.

    Répondre
  19. steph

    J’ai gouté le kokolo
    une tuerie ce truc !!!!!!! meilleur que le nutella et ttes ses saloperies !!!
    merciiiiiiiiii pr la découverte :) :) et pr tout le reste ! j’adore tes videos :)

    Répondre
      1. steph

        completement !!!! j’en ai manger à deux reprises hier sur la soirée lol (genre des bonnes cuilleres sur une ptite tranchette pain des fleurs :p)
        c’est en promo dans mon maga bio je me suis dit que c’etait l’occaz , je sens que je vais faire qq réserves la prochaine fois :D

        Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *