De consommatrice raisonnée à consom’actrice assumée

IMG_6031Ça fait déjà quelques semaines que cet article me trotte dans la tête. Il est la suite (logique?) de cet ancien billet, dans lequel je vous expliquais comment j’étais passée d’une cosmétovore jamais rassasiée à une consommatrice plus raisonnée. Mes exigences et mon mode de vie ayant encore évolué depuis 2015, je me suis dit qu’il était temps de faire un petit point avec vous, en lançant au passage 1 ou 2 pavés dans la mare (ahem).

Plus le temps passe, et plus j’apprécie voir ma salle de bain se vider. Et je suis désormais persuadée qu’un intérieur moins encombré permet aux énergies de mieux circuler tout en étant propice à un véritable mieux-être. Au fil du temps, j’ai appris à me contenter de moins, qu’il s’agisse de vêtements, de produits cosmétiques ou d’autres objets du quotidien en général. J’applique très largement la règle du moins mais mieux et j’en suis pleinement satisfaite. J’accepte aussi de payer plus cher un produit de meilleur qualité (même si ça fait parfois mal aux fesses), pour autant qu’il dure suffisamment dans le temps et que son prix soit un minimum justifié.

À ce sujet, il y a tout de même quelques petites choses qui me chiffonnent depuis un certain temps. Si je suis pleinement consciente que la qualité a un coût, qu’un produit sain et artisanal est souvent plus cher qu’un produit industriel fabriqué en masse, il y a tout de même des prix que je ne comprends pas et qui dépassent l’entendement selon moi. Je n’apprécie pas ce type de Bio / naturel très élitiste qui n’est absolument pas accessible au plus grand nombre mais au contraire réservé aux porte-monnaies les plus dodus, comme si les autres devaient se contenter de moins bien, moins naturel, moins noble. Sérieusement, a t-on véritablement besoin d’un masque hydratant à 120€ pour avoir une belle peau? Ou d’une lotion tonique à 85€?

NON.

Des marques de niche – comme Mahalo pour ne pas la nommer –  pratiquent des prix absolument exorbitants, à la limite de l’indécence. Alors oui les packagings sont beaux, ça fait sensation dans la salle de bain, et il faut admettre que les compositions sont vraiment superbes. Mais bon sang, 120 balles le masque! C’est mon budget courses pour 10 jours d’alimentation saine, végétale et Bio à la maison. Ou encore le prix d’un billet d’avion aller-retour pour l’Irlande. ALLO? Il n’y a que moi que ça choque sérieusement?!

Et croyez moi, je ne partage pas ce petit « coup de gueule » par frustration ou jalousie. Pour tout vous dire, on m’a même proposé d’essayer certains de ces produits. Mais il y a un moment où il faut savoir dire non. Parce que définitivement, vous parler d’un produit qui est, certes peut être formidable, mais que 95% d’entre vous ne pourront pas s’offrir, je ne vois pas bien l’intérêt. Si ce n’est celui de vous frustrer, ou pire, de vous pousser à l’achat alors que vous ne devriez raisonnablement pas vous le permettre.

Bref, ces marques de soins green de luxe, j’en ai un peu ras le pompon à vrai dire. Si certains consommateurs peuvent se les offrir, tant mieux! Après tout, libre à chacun de dépenser son argent comme il le souhaite. Mais cela revient à mon sens à tomber dans la même logique marketing que celle de la cosmétique conventionnelle et c’est fort dommage. J’aimerais juste que l’on arrête de nous faire croire que ces produits très onéreux sont indispensables pour avoir une belle peau ou bien qu’ils la transforment littéralement, alors que parfois les choses les plus simples sont les meilleures (attention hein, je conçois toutefois que certaines peaux ont des problèmes ou des besoins particuliers, nécessitant justement des soins plus pointus).

IMG_6035B

En parlant de simplicité, j’y tends de plus en plus de mon côté, avec en prime une grosse envie de privilégier les artisans locaux pour certaines choses. On fait en Bretagne d’excellentes huiles végétales, des hydrolats, des savons et des huiles essentielles. En somme, des produits de base que j’utilise déjà beaucoup dans la salle de bain. Pouvoir me les procurer en circuit court, avec la satisfaction de savoir que le produit n’a pas parcouru X kilomètres avant d’arriver entre mes mains, c’est un vrai bonheur.

Je souhaite réellement privilégier les relations directes avec les artisans / producteurs et les petites marques (c’est l’effet Breizh gwer à n’en pas douter). D’ailleurs, on en avait déjà parlé dans cet article. Et dans les commentaires de ce fameux billet, l’une d’entre vous m’avait piquée au vif sur un sujet dont je n’avais pas (encore) connaissance.

J’avoue, je m’étais un peu braquée mais ça m’avait tout de même interpellée et j’avais décidé de creuser un peu (comme quoi, vous êtes vraiment partie prenante dans ma réflexion, merci pour ça ♥). En évoquant ce point avec certains artisans, certaines petites marques, je me suis alors rendue compte que la situation était plus complexe qu’elle n’y paraissait. Qu’une organisation quelle qu’elle soit peut porter un beau message et de belles valeurs devant tout en adoptant un comportement franchement moyen avec ses adhérents / partenaires derrière. Qu’un discours d’apparence sain et altruiste peut cacher une stratégie marketing grandissante. « Consommez moins! » (« Mais profitez quand même des frais de port gratuits hein ou de la promo du moment sur toute la gamme X… ») On nous prendrait pas un peu pour des jambons là?

En somme, la jolie façade verte et naturelle qui cache des pratiques pas toujours éthiques. Il est fort dommage qu’à partir du moment où une organisation grossit et où l’argent entre en jeu, les valeurs de création initiales se délitent peu à peu…

Tout ça doit vous paraître bien nébuleux mais disons que pour ne pas avoir de souci, je préfère m’abstenir de nommer qui que ce soit (surtout qu’apparemment, certains ont la gâchette facile sur le plan juridique… et ça non plus, on ne le voit pas vraiment de notre côté). Parfois, le succès monte à la tête, les gens prennent le melon et changent de comportement avec autrui, qu’il s’agisse des partenaires ou même des clients.

Ce que je retiens de ma petite « enquête »? Je vous encourage vraiment à privilégier au maximum les relations directes, dans tous les domaines. Dans l’alimentation bien sûr, mais aussi dans les cosmétiques. Parce que croyez moi, on ne peut jamais savoir ce qui se passe derrière une porte fermée. Vous n’achetez pas vos livres sur Amazon, cette grosse usine qui met à mal la diversité culturelle en mettant en avant les auteurs les plus connus au détriment des moins connus (mais non moins talentueux)? Alors dîtes vous qu’une situation semblable peut se dérouler ailleurs, à plus petite échelle, du côté de la cosmétique naturelle par exemple.

NÉANMOINS, je vous invite à ne pas voir le mal partout et aussi à prendre un peu de recul par rapport à mon propos (car j’ai bien conscience d’être particulièrement exigeante et d’avoir des avis assez tranchés sur certains sujets, ahem). Je vous incite donc à vous renseigner le plus possible par vous-même (c’est ce qui est le plus important), et à discuter avec les artisans, les  petites marques… Il en ressort toujours quelque chose d’enrichissant.

Par ailleurs, certaines organisations, associations et boutiques « collectives » font un travail formidable sans lequel certains producteurs ou artisans n’auraient pas de « vitrine » sur le net. C’est par exemple le cas de Au coeur des racines ou La Cabane aux Arômes dont j’admire beaucoup la philosophie et les valeurs.

Je pense qu’il est temps que je m’arrête ici (1238 mots quand même #oups). J’espère que ma réflexion aura pu faire avancer la vôtre et j’attends vos commentaires afin que l’on discute davantage, c’est toujours le plus intéressant! ;-)

Je vous embrasse ♥

46 petits mots

  1. Stella

    Je suis d’accord avec ta reflexion, c’est important de bien choisir ce que l’on consomme. Je considère vraiment que chaque achat est un vote : si j’achète une marque, j’approuve ce qu’elle fait et je l’encourage à continuer.
    Pour ayant, c’est assez chronophage. Alors je fais mon chemin petit à petit :)
    Tes articles sont toujours d’une grande utilité ! Merci !

    Répondre
  2. Marie Shakermaker

    Hello Julie,
    C’est marrant, ce weekend, je partageais ironiquement en InstaStory le premier soin de Kjaer Weiss (marque qui propose principalement du maquillage ! ) : Une huile pour le visage !
    Son prix ? 200€ les 60mL pardi ! Bah oui ! Allez, je te mets la compo pour rire : Rosa Canina (Rose Hip) Seed Oil, Olea Europaea (Olive) Fruit Oil, Prunus Amygdalus Dulcis (Sweet Almond) Seed Oil, Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil, Dioscorea Batatas Root Extract, Caprylic/Capric Triglyceride, Spilanthes Acmella Flower Extract, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Extract, Parfum/Fragrance, Geranoil, Citronellil, Canola Oil, Limonene, Citral Linalool.

    Enfin moi ça me fait rire (jaune) ! :)
    Bises et merci pour ton article toujours très riche et bien écrit ! :)
    Marie

    Répondre
      1. Maiwenn

        Halala! J’ai eu TELLEMENT la meme réaction en apprenant son arrivée. En voyant le prix je me suis dit « m’enfin ya quoi dans cette huile?! » Et quand j’ai vu les ingrédients j’étais complètement choquée! J’adore varier les plaisirs et parfois m’offrir un bel objet de luxe quand j’en ai les moyens – entre deux huile végétales/eau florale locales – mais là j’étais juste perplexe…

        Répondre
  3. Lasaraleen

    J’ai beaucoup aimé ton article ! Il est très représentatif, à mon sens, de ce que devient le « bien consommer ». Après à chacun d’entre nous de se renseigner et de faire les bons choix !

    Répondre
  4. verte epicure

    Super article Julie Comme d’habitude. Je suis une amoureuse des petites huiles végétales et essentielles, des petits producteurs. Je fuis aroma zone. Mais j’avoue je succombe de temps en temps à des produits plus luxueux mahalo, May …) je ne les collectionne pas, mais j’apprécie vraiment leurs odeurs et le plaisir sensoriel qu’ils apportent… Mais je te rejoins j’ai parfois Honte des prix que je peux mettre dans ces merveilles… et comme tu dis qui ne sont pas accessibles à la plupart. Mais bon, certain diront que le bio en général est « élitiste »…

    Bises. Belle journée.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Tu n’as pas à avoir honte! Comme je le dis, chacun dépense son argent comme il l’entend! =) Je trouve juste dommage qu’il existe des gammes de prix aussi différentes dans le naturel / Bio, à l’image de ce qui se fait dans le conventionnel, alors qu’il est censé être un mode de consommation alternatif, accessible à tous.

      Répondre
      1. verte epicu

        Je suis d accord mais autant y a des marque green avec des compos plus que basiques qui se foutent du monde ( aˋ l image de l huile kjaer weis ) autant d autres ont vraiment des compos de dinguo avec des Huiles végétales et essentielles ultra precieuses. Est ce que le prix est justifié je ne sais pas. … à la consommatrice de réfléchir si cette petite folie en vaut le coup (plaisir, bien etre…) et de rester lucide. Aroma zone avec des prix cassés de pietre qualité démocratise certes le bio mais se fout du consommateur et fait mal aux petites sardines…

        Répondre
        1. Julie Auteur de l’article

          On est complètement d’accord sur AZ! ;-) Il est parfois difficile de faire comprendre aux gens qu’un prix qui paraît élevé est seulement un prix juste, celui qui est « normal » et qui rémunère justement le travail de l’artisan derrière. Je suis également d’accord avec le fait que chez beaucoup de marques green de luxe, les compositions sont superbes (comme je le dis dans l’article) et riche en actifs rares et précieux. Néanmoins, je reste persuadée qu’une bonne partie du prix est liée au packaging et à l’esthétisme et c’est justement ce qui me dérange.

          Répondre
          1. verte epicu

            Très certainement. Comme dans certains produit de bouffe. J ai une faiblesse pour les yaourts au lait de coco à 2balles20 le petit pot au packaging trop choupi. Je me suis dis que c etait du foutage de gueule et que la sojade c etait très bien et puis un jour j ai craqué et mon dieu. … depuis je suis addict. … ca reste le petit plaisir et la folie ponctuelle. Là aussi c est du bio ultra élitiste.

          2. verte epicu

            Grosse neuneu que je suis il a fallu que je lise 3x l article pour comprendre une partie celui concernant le site SC. Je ne regrette pas de ne pas avoir commande´ sur ce site je pense qu’ il y a un vrai business avec son label. Je vais confiance à nature et progrès et LES simples. Pas besoin qu’ un gourou me dicte ce qui est bien.

  5. Cat

    Belle réflexion que tu nous offres et j’avoue que bien consommer se fait au fur et à mesure. Donc, il faut continuer à persister dans des articles et des partages ainsi qu’en en parlant autour de soi, effet boule de neige (oups papillon avec LE printemps…!) belle journée

    Répondre
  6. Eléonora

    Bonjour,
    J’avoue que tout en étant d’accord sur ta réflexion je me demande quel est finalement le propos de cet article.
    Je partage tout à fait l’envie de proximité, de savoir ce que j’achète, pourquoi et auprès de qui, etc.
    En revanche, chacun fait bien ce qu’il veut de son argent et celles ou ceux qui peuvent/veulent dépenser 120 euros pour un masque et bien tant mieux pour eux ! Perso, ça ne me dérange pas et ça ne m’incite pas non plus à l’achat !
    Comme toi, j’essaie de privilégier le contact principalement en me rendant sur les salons et en testant des marques que je ne connais pas et qui semblent (je reste prudente) partager mes valeurs.
    Je fais particulièrement confiance à certains labels (Nature & Progrès, One Voice, …) parce que l’offre artisanale grandit aussi très très vite (trop vite avec peut-être aussi un effet marketing ??) et que quand on ne peut/veut pas passer trop de temps à éplucher la compo, ces labels sont une vraie assurance (enfin j’espère) !
    J’apprécie ton blog et tes vidéos et te souhaite une belle journée

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      C’est justement ce que je dis dans l’article : chacun dépense son argent comme il veut ;-) Mais on reste dans cette logique marketing du « bas de gamme VS moyenne gamme VS luxe » et ça me dérange sincèrement alors que le naturel et le Bio – si importants pour la santé et la planète – devraient être accessibles à tous et non « éclatés » dans différentes gammes de prix, allant parfois du simple au triple. Quant à la question de l’incitation à l’achat, j’estime qu’il est de mon devoir en tant que blogueuse de faire attention aux prix des produits que je présente ici car je sais que mon avis a un impact. Si tu sais prendre du recul par rapport à ce que tu peux lire sur les blogs, tant mieux. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde et j’en suis consciente ;-)

      Répondre
      1. Eléonora

        Je comprends et j’apprécie vraiment beaucoup le souci dont tu fais preuve envers tes lectrices et leur budget ! Bravo parce que c’est plutôt rare !!
        Très bonne soirée et gros bisous à tous tes compagnons à 4 pattes :-)

        Répondre
    2. Yassera

      Bonjour,

      Eléonora tu as bien raison chacun fait bien ce qu’il veut de son argent … On est bien d’accord là dessus. Certains produits cosmétiques sont d’une qualité et font appel à des matières premières d’une telle rareté que cela « peut » justifier un prix élevé. Payer un peu plus pour une rémunération plus juste du producteur, c’est à mon sens un acte citoyen et de solidarité humaine, à fortiori lorsqu’on connait les difficultés du monde agricole français aujourd’hui. Néanmoins, accepter que des marques puissent proposer 50 ml de produit à 180 euros, alors que rien ne se justifie en terme de composants, non je suis désolée, on peut aussi dire que l’on ne l’accepte pas et que c’est scandaleux même bio et naturel. Et que les consommateurs ne devraient pas aller vers ces marques. Un prix juste c’est un prix qui respecte le travail du producteur et qui respect aussi le consommateur, quelque soit ses revenus.
      Alors bien sûr que si X ou Y accepte de payer parce qu’il a les moyens, alors qu’il n’y a rien de magique dans son masque visage, c’est lui le jambon quelque part, et c’est un peu triste. Néanmoins on peut aussi se dire que dans une démarche citoyenne et juste, l’entreprise refuse de placer un produit à 150 euros alors qu’il en vaut 30, juste pour faire de la marge. Il n’y a pas que les consommateurs qui ont le monopole de la prise de conscience.
      Lorsque la logique d’accumulation entre en jeu, elle aboutit nécessairement à des inégalités. Il faut aussi avoir conscience du système mondial dans lequel on s’inscrit et des impacts qu’il a sur d’autres êtres humains.

      Alors OUI on peut trouver ça scandaleux de payer 150 euros pour 30 ml de masque pour visage, même si les ingrédients sont rares. Merci Julie ! Et je pense pour ma part, que Julie a bien raison de dire qu’on est pas des jambons.

      Parce que consommer Vegan, ça permet de protéger la faune mondiale, consommer juste, ça permet de limiter les impacts sur les être humains. J’aime les animaux, mais l’être humain ne mérite-il pas la même prise de conscience ?! Les désastres écologiques et la logique de marché tuent des êtres humains tous les jours.
      La liberté individuelle ne doit pas se faire au détriment des autres. La consommation est une liberté de chacun, néanmoins elle se fait au détriment de l’humanité aujourd’hui. Au détriment des pays du Sud principalement. Loin des yeux, loin du coeur.

      Répondre
  7. Délia

    Coucou Julie!
    J’avoue que je ne vois pas à qui tu fais référence, mais du coup je me demande si je ne passerais pas à coté du poteau géant planté sur une place nue ;) !
    J’ai eu une très courte période d’achat un poil irraisonné, mais comme je n’ai jamais été patiente pour les soins et que je me suis vite mise à la slow, forcément, ça s’est tempéré illico.
    J’apprécie beaucoup ta démarche générale de réduire ta consommation, de moins mais mieux, et j’ai beaucoup plus de facilité à te suivre de cette manière, disons que ça me rapproche de mes propres problématiques et surtout de mes moyens :)
    Merci pour ta photo d’ailleurs, je ne connaissais pas les marques présentes dessus !
    Bisous Julie! (ps: tu m’as donné envie avec ton gaufrier, et plus globalement, je crois que je vais investir dans de la fonte!)

    Répondre
  8. Sue-Ricette

    Un très bon article. Tu as raison de vider ton sac ; parfois, il faut savoir dire les choses comme on les pense. Que ce soit en cosmétiques ou en alimentation, je privilégie au maximum le Bio, le local et l’artisanal… Est-ce que tu as reçu mon mail ? Belle journée à toi.

    Répondre
  9. Mlle Mandorle

    Merci pour ce bel article une fois encore!
    J’aime ces articles où tu nous partage ton évolution, ton cheminement.
    Si tu savais comme à chaque fois, ils font tilt chez moi et me pousse à m’interroger… Si je ne te lisais pas, je ne sais pas si ma propre évolution serait allé aussi vite, c’est dire!

    Je comprends tout à fait ta volonté de consommer de plus en plus en circuit court. On en avait déjà parlé plusieurs fois, mais c’est ce qui est le plus sain, le plus éthique possible et le producteur s’y retrouve vraiment.
    Je tends peu à peu vers ça, rien qu’en faisant un tri énorme chez moi. Je viens de trier vêtements et chaussures, et même si j’ai toujours l’impression d’en avoir TROP, j’ai quand même vidé 7 grands sacs de vêtements! Je compte d’ailleurs faire un tri régulier tous les 4/6 mois. Io faut aussi que je m’attaque à la cuisine, la salle de bain. Tout ça car, sans vouloir être 100% minimaliste, j’étouffe un peu ds notre appartement trop rempli. On se rend peu compte à quel point, on a trop de tout.
    Tout ça pour dire que je comprends et admire tes choix. Mes jours rougissent un peu car, j’ai pas mal parlé de Soin de Soi dernièrement, une super marque slow mais assez onéreuse. Mes soins maison me coûtent bien moins cher… Ahem! D’ailleurs, il faudrait que j’enquête un peu, mais je trouve qu’en Gironde (corrigez-moi avec plaisir), on est moins bien pourvus en petits producteurs de soins naturels qu’en Bretagne. Il faut vraiment que je creuse tout ça!
    Bref, merci encore pour cette réflexion qui nous interpelle à tous, c’est ce que j’aime chez toi!
    Gros bisous et à très vite! <3

    Répondre
    1. Marjorie

      Bonjour Mlle Mandorle, comme toi, les réflexions de Julie me font avancer énormément sur mes envies/mes valeurs,…
      Et moi aussi je vais tenter de creuser la recherche de petits producteurs en ile-de-france mais cela semble être une grande bataille qui m’attend ;)
      Merci Julie de partager tous ces articles

      Répondre
  10. C.cosmique

    Bonjour Julie,
    Je ne commente que très rarement mais je te lis et regarde sur ytbe depuis longtemps. Merci pour tous ces articles et vidéos toujours très intéressants et inspirants. Je partage ta réflexion à ce sujet. Dans tous les domaines de ma vie quotidienne j’essaie de privilégier le contact direct et de passer le moins possible par internet. Breizh Gwer m’a donné envie de répertorier les petits artisans et producteurs de ma région. J’ai commencé mes recherches et je note ça sur un joli cahier :)
    Passe une belle journée
    Delphine

    Répondre
  11. prettylittletruth

    Completement d’accord avec toi et je n’aurais pas dit mieux. Je trouve aussi que certaines marques naturelles (qui exagerent sur le prix) nous prennent un peu pour des jambons avec des « pas besoin d’en utiliser beaucoup, juste une toute petite noisette sur tout le corps, etc.). C’est peut-etre un argument de vente pour justifier le prix exhorbitant mais c’est souvent mensonger! :)

    Répondre
  12. Em-UnpeuBocauxAlaFolie

    Merci pour cet article : je suis complètement d’accord avec toi.
    Je suis en pleine réflexion aussi ces jours-ci, sur la question de la consommation alternative, qui ne doit pas tomber dans les mêmes pièges que ceux que nous imposent le marketing et la société de consommation.
    Comme toi, ma façon de consommer à changer et je reste vigilante à raisonner aussi mes dépenses, le nombre de produits que j’utilise… Même si j’ai tendance à avoir envie de craquer sur les marques slow, les huiles végétales, HE, etc.
    C’est cet article qui m’a fait réagir, notamment : http://www.slate.fr/story/137069/societe-consommation-est-morte-vive-societe-consommation.
    Je découvre Breizhgwer grâce à toi, merci :-)))

    Répondre
  13. Nini

    Bonjour, bonjour,
    J’adore quand tu te mets à jeter des pavés dans la mare, avec la poussière, le gazon, les herbes folles, les éclaboussures, et le gros bon plouf qui va bien. ;-)
    Tu sais, tu as fait des émules chez moi lorsque tu as publié ton article sur « les sardines et les baleines », et c’est tombé à un moment où je voulais prendre une vraie tangente en ce qui concerne tous mes réflexes de consommation.
    Et je tiens à te remercier du fond du cœur pour cela.
    « Demain », « Kaizen » ou « le Colibris » m’avaient mis de vraies réalités en tête, mais…
    On a toujours besoin d’un déclic, et ce fût toi.

    J’ai commencé à tourner complètement kazakhe au point que je boude littéralement les sites de vente cosméto. Ça me barbe, je zone des heures dessus sans rien trouver à becqueter. Plus inspirée. Une seule commande chez Slow en 6 mois. Bon, bref. On s’en fout.
    Tout ça pour dire que je me suis tournée vers la prod. locale, et Dieu sait qu’en Auvergne-Rhône et surtout chez moi, c’est open bar.
    La France est truffée de belles et volontaires bonnes intentions.
    Alors je ne suis pas encore parfaite à ce sujet et il faudra du temps avant d’arriver à ce que je veux.
    J’ai des failles, comme avec le plaisir du parfum. (J’en parlerai bientôt chez moi, car j’ai trouvé la perle française, végane et qualitative, mais un peu chère.)

    Mais bon, comme je le dis souvent, c’est dans le cheminement qu’on trouve son bonheur….

    Bien à toi.
    Bravo pour ta philosophie et ton humilité. Je t’ai déjà dit que je t’adore?….

    Belle journée.
    Delphine

    Répondre
  14. Blue Althea

    Coucou !
    Ah j’aimerais tellement me savoir me limiter comme toi… je suis faible et je craque à chaque fois pour de nouveaux produits, et ça m’énerve car je me dis « tu aurais pu économiser pour t’acheter un appareil photo, ou quelque chose qui va te durer longtemps » au lieu de mettre de l’argent dans des produits que j’ai déjà et qui sont parfois peut être inutiles .. après j’essaye toujours d’acheter des produits pas cher et je rejoins ton avis sur le fait que les marques nous prennent un peu pour des jambons, comme la marque Pai dont tout le monde parle 42eu la crème ? Non mais lol je peut me payer 4 fois l’huile de chanvre ou de pépins de raisins que j’utilise tout les jours et qui fera le même job !
    C’est vrai que j’ai tendance à acheter sur des « gros sites » mais j’ai envie de me tourner de plus en plus vers des petites entreprises qui j’en suis sur sont de qualité comme tu nous l’a montré maintes fois dans tes articles :) ..
    En tout cas merci pour cet article ma belle, pleins de bisous
    Blue Althea

    Répondre
  15. Biotiful Seasons

    Ahah je suis d’accord pour les prix exorbitants, tu as vu le nouveau soin rms beauty ? j’ai cru que j’allais m’étouffer en voyant son prix… Je te rejoins sur le fait que chacun fait bien ce qu’il veut de son argent mais c’est clair que personnellement je préfère me prendre un aller-retour pour l’Irlande, d’ailleurs, 120 balles les billets ? non mais je pars direct ! :o

    Répondre
  16. Cynda Fairy Cosmétik

    C’est toujours un plaisir de te lire Julie
    Et je me rends compte que je ne te l’ai jamais dit, mais j’admire vraiment ton travail, ton engagement, et je me dis qu’on s’entendrait très bien !
    Tu mets les mots sur ce que je sens, et je pense qu’on a eu une expérience similaire, et des conclusions proches, sans jamais avoir pu échanger un mot ! Mais tu es toute proche de mon coeur, si tu passes à paris ça serait un plaisir de te rencontrer

    Répondre
  17. La Mouette

    Mille fois oui ! Je rechigne toujours devant les prix hallucinants de certaines marques green, pourtant je les aime hein, mais non, mettre plus de 30€ (et encore je suis sympa) dans un seul produit c’est beaucoup trop pour moi. Alors soit je traque les bonnes affaires et n’achète que lorsqu’il y a des réductions (j’ai récemment déniché 2 produits de chez RMS Beauty qui me tentaient depuis longtemps pour 10€ chacun, puisque je sais qu’ils me durent généralement un temps fou, il suffisait juste d’attendre !). Autrement, tout est toujours mille fois trop élevé, je préfère largement mettre mon argent dans de la décoration (qui dure donc) plutôt que dans un soin qui va forcément se terminer au bout d’un moment.

    Répondre
  18. SHIRLEYSTAR

    Coucou Julie! Merci pour cet article où je suis entièrement d’accord avec toi! Effectivement les gens font ce qu’ils veulent avec leur argent mais il est vrai que je suis parfois surprise du manque de globalité dan la réflexion: par exemple je ne comprends pas personnellement quelqu’un qui fait très attention à la cause animale (végétarienne, végétalienne ou vegan) ce qui est louable, fait très attention au label cruelty free mais ne se pose pas la question de l’huile de palme dans les produits, peut mettre du chimique sur sa peau, utiliser une marque qui appartient à un groupe non cruelty free etc…Ce n’est absolument pas un jugement de ma part, mais je m’interroge sur le sens. A bientôt!

    Répondre
  19. Lo - Eeonian

    Encore (comme d’habitude ;)) merci pour ton article Julie, qui met en lumière un sujet super intéressant et invite à reconsidérer certaines habitudes. Personnellement il m’est arrivé de sentir plusieurs fois que quelque chose « cloche » sans trop comprendre pourquoi (un peu comme quand je me sentais mal à l’aise en mangeant de la viande tout en me disant que c’était normal et ancestral avant de devenir végé, mais dans tout plein de domaines) et tes articles aident bien souvent à mettre le doigt sur ces sujets et donc à mieux cerner certaines questions, donc mieux réussir à y trouver une réponse (poser le problème, c’est quand même déjà la moitié du chemin parcouru, en fait ! ;)). Je ne sais pas si je suis super claire mais j’ai l’impression de dire « merci » presque à chaque fois que je commente alors je pense qu’il était temps de le préciser parce que vraiment, à l’échelle de quelques années à lire ton blog, ça a eu son paquet d’influence ! ^^
    Je suis aussi outrée de voir le prix de certains soins dont le prix est totalement déconnecté de la réalité, même si à la lecture des commentaires, on peut visiblement placer le curseur à des endroits tout à fait différents. Si je ris moi aussi devant le prix de l’huile KW je ne suis, contrairement à une autre personne plus haut, pas du tout choquée par les crèmes Pai à 42 € : certes, il existe des produits tout aussi efficaces et bien mois chers mais là, on a quand même le plaisir d’une belle crème, d’une superbe packaging, et le produit dure drôlement longtemps (d’après mes souvenirs de plus de deux ans en tout cas ^^) et un beau produit, ça fait quand même aussi drôlement plaisir aussi. Non pas qu’une huile toute simple ne soit pas un beau produit, mais je ne peux m’empêcher de voir quand même un aspect très positif au marketing (terme généralement utilisé de façon très péjorative) : celui qui met en valeur et « séduit », tant qu’il ne ment, ne dissimule pas.
    Sinon, je suis à peu près sûre de voir à qui tu fais référence en parlant des beaux principes qui cachent des choses moins belles derrière et je ne peux qu’approuver ;) certaines magouilles font peine à voir…
    Belle soirée, ça fait plaisir de te revoir un peu plus sur les Internets ! :)

    Répondre
  20. El Mohtari

    Hello :) je suis d’accord avec ce que tu dis mais le problème est de vivre en France pour pouvoir consommer local dans les produits de beauté ou d’alimentation. Mais il faut vivre en France ou prendre la voiture. Vivant en Belgique et dans une ville perdu, j’ai plus facile de commander une fois sur une plateforme comme douxgood faute de choix et pour limiter ma surconsommation sinon je vais au marche une fois par mois.
    Amicalement,
    Imane

    Répondre
  21. Green Gazelle

    Je n’ai qu’une chose à faire
    J’ai été une consommatrice de belles marques de cosmétiques conventionnelles. Les prix exorbitants j’ai fait…et sans regret très souvent. Mais quand on opte pour 1 consommation plus raisonnée, plus raisonnable, plus slow, plus éthique, il semble illogique de repartir sur une consommation excessive (en quantité et en prix). On minimalise, on réfléchit, on simplifie.
    Merci beaucoup pour ce pavé dans la mare

    Répondre
  22. Clémentine

    Très chouette article. Merci pour ce pavé dans la mare qui a le mérite de mettre la puce à l’oreille des esprits critiques comme le mien. Je suis une consommatrice de cosmétique toute fraiche (et oui avant de découvrir le naturel, je ne consommais que le minimum « fonctionnel ») et je découvre le plaisir de se chouchouter avec des produits de qualité. Mon cerveau avait déjà tiqué sur des mentions pleines de bonnes intentions qui ne s’offusquait pas de promouvoir des produits « sous plastique ». Donc la puce me démangeait déjà un peu. Merci pour cet article plein de fougue en tout cas.

    Répondre
  23. Pescalune

    Je suis vraiment contente de voir que la « blogosphère » commence à bouger sérieusement et ouvrir les yeux face aux « manipulations » des grosses boites (voire multinationales) !! C’est pour ça que je me bats depuis des années avec la Cabane aux Arômes (et bien avant déjà ….). Il faut valoriser les petits producteurs et leurs terroirs oui !! Mille fois oui :)
    Merci pour cet article <3

    Répondre
  24. Slow Joy

    Merci 1000 fois pour cet article qui représente tellement ma façon de consommer ! D’ailleurs, niveau contenu sur mon blog, je publie moins que sur mon précédant, car j’opte pour le minimalisme/la qualité plutôt que la quantité !
    J’ai récemment rencontré Julien Kaibeck et il nous a offert un lot de plusieurs produits belges slow cosmétique (je suis de Belgique). Parmi ces produits, un elixir de la marque Thala ! En recherchant sur le produit et la marque, j’ai HALLUCINE ! Même si j’utilise le produit depuis 2 semaines et que je le trouve top, son prix n’est pas justifié à ce point là ! 89€ pour 30 ml (100% végétal/naturel) avec huiles végétales de pépins de Figue de Barbarie, Huile d’Argan, Huile de Rose musquée et Huiles Essentielles: Camomille Noble, Verveine Odorante, Bois de Rose.
    Bon, même si elle opte pour des huiles nobles, jamais je mettrais un tel prix pour un article. Sachant qu’il est du coup très facile à faire maison…

    Répondre
  25. Giusi

    Ah Julie comme je partage ton avis! Tu sais, depuis que mon frère s’est lancé dans sa marque de cosmétique, « on » commence à voir les faces cachés de certains…Je suis à la fois pas étonnée et dégoûtée aussi parce que cela me gonfle de voir des valeurs se perdre à cause du fric, de la renommée et j’en passe…J’ai parfois le sentiment aussi de ne plus pouvoir faire confiance aux marques qui grandissent de trop…je n’en citerai évidemment pas mais je vois « les backstages » de ce milieu avec mon frère et sincèrement…ça fait peur parfois!

    Il y a encore une semaine, je suis tombée sur des parfums naturels à 750EU la bouteille…oui oui ! Alors que quand tu vois la compo’ honnêtement, faut pas nous prendre pour des quiches! Je me dirige doucement aussi vers une consommation plus raisonnée, en privilégiant des produits parfois plus chers à l’achat mais qui sont de bonne qualité et produits avec amour et éthique. Un bête exemple mais dans ma cuisine, je n’ai que 2 poêles et 2 casseroles, pas besoin de plus. Alors, évidemment chacun fait comme il l’entend, avec ce qui est possible de faire et avec les moyens disponibles aussi, mais je pense sincèrement qu’il est mieux pour son esprit d’arrêter de s’encombrer de choses qui finalement représentent quoi dans une vie ? (bon je déborde un peu ahaha) !

    Des milliers de bisous ma Julie et merci pour ton article ! <3 <3

    Répondre
  26. Chloke

    Hello Julie, merci pour cet article absolument super ! Je suis un peu une newbie en ce qui concerne la Slow-cosmétique, je commence seulement à m’y intéresser et c’est vrai que tes articles et vidéos sont super intéressants <3

    A très vite !

    Répondre
  27. Oni

    J’apprécie vraiment cet article et notamment le fait que tu présentes des articles à des prix accessibles ! C’est assez « rare » pour le souligner !
    (Parce que bon, les sélections de produits et soins à 80 euros, ahem… même si je pouvais, je suis pas sûre d’avoir envie d’investir là dedans, en effet)
    Bref: merci !

    Répondre
  28. Nadine06

    Entièrement d’accord avec toi… Comment veut-on être crédible auprès des gens si on pratique des prix pareils !!!! Surtout que, comme tu le dis si bien, de bons ingrédients dans des produits simples et locaux font tellement bien leur boulot !! Toujours un plaisir de te lire… Bon dimanche !

    Répondre
  29. Nadine06

    Au fait, est-ce que tu pourrais me dire comment s’appelle ta jolie police un peu brush, ce n’est pas pour te faire de la concurrence (impossible !! ;-)) mais pour utiliser dans mes travaux avec mes élèves… Merci !

    Répondre
  30. Yamina77

    Bonjour Julie,
    Je te suis depuis longtemps sur ton blog et sur youtube.C’est la première fois que je laisse un petit mot.Je te remercie pour ton article.Je partage ta réflexion. Je fais également attention à ce que je consomme.Je pense que c’est important.Je privilégie également les petits producteurs :-)
    Je te remercie pour ton article.C’est toujours un plaisir de te lire.
    Je te souhaite une bonne journée.

    Yamina77

    Répondre
  31. Maiwenn

    Coucou Julie!

    J’adore ton blog et je te suis depuis deux ans maintenant. C’est toujours un plaisir de te voir évoluer et de suivre tes questionnements. C’est intéressant car cela pousse à s’interroger et se remettre en question soi même, ce qui n’est pas toujours évident :)

    Je suis tout à fait d’accord avec toi pour privilégier les petits artisans et le local (rien que pour la planète). J’ai déjà trouvé des produits venant des quatres coins du mondes dans le petit shop organic à coté de chez moi, et ça me ferait mal aux fesses d’acheter un savon venant d’Australie quand je peux trouver le même savon, d’une qualité toute aussi bonne, mais fait à Londres dans le quartier ou j’habite, par une personne que j’ai rencontré et qui m’a fait partagé sa passion pour la savonnerie! Idem pour les eaux florales, j’ai déjà trouvé des marques un peu plus « haut de gamme » quatre fois plus cher, alors que je peux trouver tout aussi bien et à un prix raisonnable dans ma région.

    Cependant, je rejoins un peu ce qu’à dit Eléonora dans son commentaire, bien que je sois d’accord avec toi dans l’idée, je ne suis pas vraiment perturbée par le Luxe dans le monde du bio. Ou disons plutôt, cela ne me dérange pas que certaines personnes dépensent 120 euros pour un masque. Est ce que j’ai été choquée par le prix d’une huile à 200 euros quand la composition n’était même pas à la hauteur? Absolument! Mais si rien dans la composition ou dans les ingrédients ne m’attire, RIEN ne me poussera à l’acheter (et cela même si certaines pub/bloggeuses en vante les bienfaits). Je te remercie pour ton intégrité, et ton honnêteté – je respecte ca chez toi et c’est ce j’ai aimé dans ton blog dès les premiers articles – et j’apprécie le fait que tu prennes en compte le budget de tes lectrices, mais je pense que chacun est libre de dépenser son argent comme il l’entend (blogeuse ou pas!). Il est tout à fait possible d’investir un peu plus si les ingrédients justifient un prix plus élevé (même si je sais que toute les bourses ne sont pas forcément à la hauteur de ce genre de dépense). Je préfère personnellement dépenser plus pour avoir de la qualité si cela va dans l’idée de dépenser mieux mais moins (mais je pense que tu étais plutôt d’accord avec ça d’après ce que j’ai compris de ton article).

    Sans oublier dans tout ça que certaines personnes ont des prioritées différentes. Je préfère par exemple mettre mon argent dans mes soins visage plutôt que dans mes soins capilaires, car j’ai les cheveux tout court et aucun problème de ce coté là (mon shampoing solide lamazuna me convient tout à fait) tendis que j’ai eu pas mal de problèmes de peaux. Mais je peux comprendre qu’une autre personne décide de dépenser plus pour ses cheveux, ou bien même dans du vernis ou du maquillage, si c’est plus important pour elle. Et si on a une peau sans problèmes, qu’on peut se contenter d’un soin super simple et de quelques ingrédients, je comprends qu’on n’ai ni le besoin ni l’envie de dépenser plus que nécessaire dans des produirs extrêmement cher qui n’apporteraient, au final, pas grand chose.

    (A noter qu’il a aussi un autre facteur entrant en jeu et ce n’est pas toujours la première chose à laquelle on pense, mais le fait de vivre dans une grande ville polluée et stressante, avec une eau super calcaire, ça n’aide pas non plus! Depuis que je suis à Londres ma peau n’a jamais autant souffert, et c’est depuis mes problèmes de peau que j’ai commencé à investir un peu plus dans les cosmétiques. Malheureusement, à cause de mon travail je n’ai pas trop le choix de vivre ou je veux et j’attéris souvent dans les grands villes. Après je ne vais pas nier qu’avec ce raisonnement on va vers le « gagner plus pour consommer plus » mais je n’ai pas vraiment trouvé de solution à ce problème à par déménager et pour le moment ce n’est pas trop possible :/ )

    Enfin, pour en revenir à nos moutons, je soutiens la cosmétique slow, et je pense qu’il y a largement le choix pour tout le monde et toutes les bourses en fonction de ce que l’on recherche. Il est tout à fait possible de trouver de la qualité en France pour un prix raisonnable, donc je ne me sens pas du tout « lésée » par les marques de luxe qui vendent leur produits plus cher. Pour moi, l’efficacité du produit et sa qualité sont suffisante – il peut etre abordable ou un peu plus cher que la normal, du moment qu’il fonctionne pour moi et qu’il me convient, ça me va (mais cela reste un raisonnement très personnel!).

    Lorsque les produits que j’utilise me correspondent, qu’ils sont efficaces, et que ma peau est au top de sa forme, ça se remarque et ça permet à mon entourage de voir que oui, les produits bio ça marche et que oui, ça peut aussi être (parfois) dans un jolie packaging et que ce n’est pas réservé qu’aux hippies qui courent tout nus dans la forêt ;)

    Après j’avoue, c’est particulièrement énervant de voir des marques hors de prix qui font de la publicité mensongère (en promettant la pointe de la technologie pour nous empécher de vieillir ou d’autre conneries dans ce genre). Je suis prête à investir dans un soin si je sais que les actifs sont vraiment efficaces mais les mensonges qui pleuvent dans les publicités et qui jouent sur l’insécurité des gens, je déteste et je fuis ce genre de marques. Cependant, encore une fois, je ne pense pas que ce soit tout noir ou tout blanc. Je préfère toujours tester (aller directement en magasin, commander des échantillons sur internet) et me faire ma propre idée sur les effets d’un produit. J’ai eu de très bonnes surprises en découvrant de toute petites marques Françaises qui ne payent pas de mine mais qui sont super efficaces, mais aussi d’agréable surprise venant de certaines marques dîtes de Luxe, américaines par exemple, qui ont fait leur preuves sur moi. Et si plusieurs produits se valent en terme d’éfficacité, je choisierais toujours le plus local et le plus éthique. Cela dépend de ce que l’on recherce et de sa propre expérience.

    Après, pour économiser de l’argent, je sais que la solution du fait maison et du DIY s’offre à tous et c’est une bonne option si on est motivé. Je trouve ça très sympa, mais ce n’est pas ma méthode de choix en ce qui concerne les cosmétiques. Certaines personnes adorent, certaines détestent. J’aime en faire de temps en temps, surtout pour les mélanges d’huiles, les déo etc, mais j’aime aussi l’idée d’acheter un produit auxquel une personne ou une équipe à réfléchit en détails – et qui ont des connaissances un chouilla plus étendu sur le sujet que moi – mais encore une fois, c’est très personnel tout ça.

    Enfin une dernière reflexion sur le sujet (promis!), car je pense notamment aux packaging, en plus de la qualité, pour les marques un peu plus « haut de gamme ». Je craque personnellement pour les beaux objets, les belles céramiques, du beau bois etc.. Je fais par exemple collections de mes plus beaux parfums vides (un truc que j’ai hérité de ma grand mère!) Et il m’arrive parfois de craquer pour un beau produit de luxe, que ce soit du maquillage ou des soins cosmétiques. Du moment que le consommateur ait conscience que son argent aille en majorité dans le packaging et que cela le rende heureux, je ne vois vraiment pas le problème. Il m’arrive parfois de ré-utiliser de beau packaging pour stocker mes poudres d’argiles par exemple, ou quand je me fais des mélanges d’huiles pour me démaquiller. Je trouve que ça donne un jolie charme à ma salle de bain et ça me met tout simplement de bonne humeur :) à partir du moment ou ce choix est conscient (et que personne n’est pris pour un « jambon » comme dirait Yassera dans les commentaires) cela ne me dérange pas. Chacun devrait pouvoir mettre son argent là ou bon lui semble à partir du moment ou on fait ses recherches et qu’on s’informe etc..

    Par exemple, j’essaye au maximum de connaître l’histoire des marques que j’utilise et j’aime soutenir celles dont j’apprécie l’éthique – je pense ici à Pai Skincare, qui est une marque « locale » pour moi, et dont j’aime beaucoup les compositions. Est ce un investissement de s’offrir leur produits? Complètement. Mais cette gamme a beaucoup aidé ma peau, et c’est un plaisir d’utiliser leurs produits au quotidien (et leur parfum subtil, quel bonheur!). Pourtant, je suis tout aussi adepte de la marque française Dermatherm, beaucoup plus abordable, qui a littéralement sauvé ma peau pendant mes crises d’acné et mes allergies, mais qui n’a absolument rien d’affriolant en terme de packaging, et dont l’odeur est pas forcément géniale (sans parfum, des fois, c’est dur!). Mais cela ne m’empêche pas d’utiliser leur produits tout les jours, depuis deux ans maintenant.

    En résumé (pardon pour cette réponse si longue!) je pense que ce que je cherchais à dire – et ce n’est que mon avi – c’est que chacun est libre de dépenser leur argent dans des produits de Luxe, que ce soit de par la qualité des produits, leur packaging ou tout simplement le plaisir conscient d’un consomateur éclairé sur ses choix. Je pense sincèrement qu’on puisse voir les marques de Luxe non pas comme une nécessité absolue, mais comme un petit plaisir ponctuel, sans pour autant avoir l’impression de passer à côté de quoique ce soit si on ne peut pas se les offrir. Bien entendu, je comprends ta position et parfois même ta frustration, et je respecte ton point de vue sur la question :)

    Encore une fois, merci pour tes articles et pour partager tes opinions si honnêtement!

    Une très belle journée à toi,
    Maiwenn

    PS : Pardon pour l’orthographe qui laisse à désirer, mon clavier anglais n’a pas d’accents et la lettre H ne fonctionne plus très bien ^^ »

    Répondre
  32. Isa

    Bonjour Julie. J’apprécie la portée de ton article qui met en avant les dérives du marché bio en général (pas uniquement pour les cosmétiques). Je suis novice en la matière et aimerait consommer davantage dans ce sens. Mais souvent les prix restent prohibitifs, et dans la nébuleuse des produits proposés, seuls les initiés peuvent s’y retrouver. Il apparaît que ce marché devienne un lobby comme un autre,. Et c’est fort dommage. Dernier point, plus hors du contexte, je regrette aussi que le bio (pour utiliser une appellation générale) utilise autant d’emballages que le commerce classique.
    Je te lis toujours avec plaisir et j’aime ton naturel et ton franc parler.

    Répondre
  33. Aude

    Bonsoir. Je partage ton avis. D’un côté je suis contente de voir des marques se développer et je me fais des petits plaisirs : la crème Pai à la camomille, à la composition top pour une peau réactive (c’est rare en bio !), et le pot de uncover up de RMS beauty qui me sers de fond de teint et d’anticernes. Mais ensuite quand je regarde les rayons alentours, je suis effarée de constater que le moindre produit coûte un bras, sans que pour moi il soit justifié, et j’en suis dégoûtée. Même si je répète à l’envi que le prix ne fait pas tout et qu’il faut savoir payer la qualité, là j’ai l’impression que de plus en plus les marques surfent sur la vague du naturel. C’est naturel, ce sont des plantes, donc on peut vendre à n’importe quel prix. C’est dommage car au final on retombe dans les discours du conventionnel, et j’ai de nouveau l’impression qu’on nous prend pour des pigeons. Je suis contente d’être tombée dans la cosmétique bio il y a des années car de nos jours c’est difficile de s’y retrouver.

    Répondre
  34. Maxime

    Par ce week-end pluvieux, voilà que je lis tous les articles cosmétiques de ton blog dont je n’avais pas connaissance. Ici, je dirais que mon souci ce sont les frais de port. Tu es en partie responsable de ma prudence envers les cosmétiques et les produits salle de bain et le fait d’adopter de meilleurs soins, et je suis soap addict comme toi. Etant un garçon, j’ai beaucoup moins de questions à me poser c’est évident (pas de maquillage/démaquillant, soins cheveux à l’extrême etc…) mais du coup c’est aussi le problème quand je vois que certains savons ont l’air superbes, sont d’un prix raisonnable pour la composition et la qualité mais que les frais de port sont 2 fois plus élevés que le savon. Bah merci, non merci, je continue donc pour le moment à acheter des produits bio biocoop (qui sont vraiment pas très diversifiés pour ma petite ville) ou bio de grandes surfaces, pas le choix. Et en effet, moi ça me chagrine un peu aussi de commander sur Internet car après on est envahis de pubs et de promos (qui poussent à la conso. Bizarrement d’un coup le savon seul ne suffit plus ahah) et puis acheter un HYPRA MEGA SUPER savon ou shampoing ou autre qui vient du bout de la France (oui parce que moi je commande pas à l’étranger faut pas pousser, faire venir un bateau ou avion pour ma petite douche de prince, non à l’exagération ^^) bah c’est un peu dommage quand on a des magasins tout autour de chez nous. Après je comprends que toutes ces marques (comme n’importe quelle autoentreprise) doivent se faire connaître, ont beaucoup de frais, et utilisent Internet pour toucher une plus grande clientèle, mais moi je reste pour le moment sur « bon ok c’est pas de la méga qualité mais c’est bio et ma démarche est sincère pour ma peau, ma santé et l’environnement, donc j’achète dans mon département grand maxi ».

    Une nouvelle fois, j’ai appris plein de choses grâce à ton blog. A bientôt :)

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *