Post digital detox

Début octobre, je suis partie une bonne semaine en vacances et j’ai décidé de faire ce qu’on appelle une digital detox. Autrement dit, pas d’internet ni de réseaux sociaux pendant au moins 8 jours. Cela semblera peut être dérisoire aux yeux de certain.e.s. Mais pour quelqu’un comme moi qui « vit » littéralement sur internet du petit matin jusqu’au soir, c’est un grand changement. Entre mon blog, mes réseaux sociaux, et ceux des clients que je gère en freelance, je suis connectée à longueur de journée.

Le moins que je puisse dire c’est que cette semaine off m’a fait un bien fou. Aussi bien physiquement que mentalement. On n’y pense pas forcément mais être continuellement derrière un écran épuise considérablement les yeux. Et j’ai beau avoir fait poser une correction spéciale sur mes lunettes afin de diminuer les effets néfastes de cette fichue lumière bleue, à la fin de la journée, mes yeux sont tout de même fatigués (quand je ne me tape pas en plus la sympathique barre douloureuse, façon migraine ophtalmique, on-aime-on-adore). Et puis il y a aussi le dos bien sûr (moi qui ait cette fâcheuse tendance à mal me positionner) et le coude (je vous en ai parlé il y a quelques semaines, j’ai souffert d’une tendinite douloureuse pas encore tout à fait guérie).

Moi qui pensais n’en ressortir que des bénéfices « autres », je me rends compte que mon corps a apprécié autant que moi cette digital detox de 8 jours.

S’agissant justement des bénéfices « autres », ils sont si nombreux que je ne sais par où commencer.

Sur le plan personnel, être coupée des réseaux sociaux m’a fait énormément de bien. Je dois bien l’avouer, entre la course aux abonné.e.s ou aux likes, les histoires de gamin.e.s, les « standards » à respecter ou les modes à suivre, je n’en pouvais plus ces derniers temps. D’ailleurs, Je crois ne pas vous en avoir parler mais j’avais déjà amorcé quelques changements il y a déjà plusieurs mois. Par exemple, j’ai arrêté de regarder mon fil d’actualités Instagram, pareil pour Facebook (ce truc est tellement chronophage!) À la rigueur je regarde les 5/6 premières publications, ou je vais directement sur les comptes qui m’intéressent, et C’EST TOUT.

Et puis le fait est que lorsqu’on décide de s’exposer, on est forcément jugé.e à un moment ou à un autre. Et ça, c’est une chose avec laquelle j’ai beaucoup de mal. Arrêtez-vous quelqu’un dans la rue pour lui dire que vraiment, vous trouvez son tee-shirt très moche? Sermonnez-vous la personne qui se trouve devant vous à la caisse d’un magasin après avoir vu de la viande dans son caddie? Je ne pense pas. Alors pourquoi se permettre de le faire sur les réseaux sociaux? J’ai et j’aurai toujours du mal avec cette facilité qu’ont certaines personnes de balancer des jugements moralisateurs ou infondés. La distance induite par la communication via les réseaux sociaux nourrit certains comportements condescendants voire injurieux et ça, c’est moche.

Alors forcément, ne pas avoir ça sous le nez pendant 8 jours, bon sang ça fait du bien!

Et puis toujours sur le plan des bénéfices personnels, il y a aussi un tout autre aspect que je n’avais pas vraiment imaginé ressentir durant cette semaine : le besoin de réel. C’est mon amoureux qui m’en a fait prendre pleinement conscience. Lui qui a un téléphone tout simple, sans application ou presque, sans réseaux sociaux. Lui qui ne savait pas ce qu’était un hashtag il y a encore quelques semaines et qui ne se sert jamais des emojis parce qu’il ne comprend pas ce qu’ils signifient. Il le sait, je me moque souvent gentiment de lui avec ça. Mais finalement, de nous deux, c’est sûrement lui le plus heureux dans l’affaire. Et il me l’a bien fait comprendre durant ces vacances.

Évidemment, nos avis divergent sur quelques points mais d’une manière générale, il m’a donné envie d’insuffler bien plus de « réel » dans mon quotidien virtuel, et de ne pas vivre ma vie – notre vie – au travers les réseaux sociaux. Parler avec des gens sur les réseaux sociaux, c’est bien. Parler avec des gens dans la vie réelle en allant chercher son pain, ou en amenant un gâteau fait maison chez un voisin, c’est mieux.

Tout ça m’a amené à prendre énormément de recul sur mon activité. Sur ce que je propose sur le web, à vous et pour le compte d’autres clients.

Résultat : je crois que j’en ai un peu assez.

Bien sûr, bloguer reste une énorme passion qui n’est pas prête de s’arrêter. Mais être connectée de façon constante; devoir animer tantôt Instagram, puis Facebook, puis Twitter; passer du temps sur les montages vidéos; penser à faire les miniatures, à remplir correctement les barres d’infos; passer d’un univers à l’autre suivant les activités respectives des clients; … Tout ça m’épuise.

Pour être parfaitement honnête avec vous, le côté financier pèse aussi un peu dans la balance. Victoria avait évoqué le sujet et j’avais trouvé ses propos très justes : il est compliqué de vivre de son blog lorsqu’on a une éthique plus ou moins stricte et qu’on choisit donc de travailler avec des marques en conséquence. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’effectue des missions en freelance à côté. Mais autant vous dire que certains mois sont particulièrement difficiles. Et je ne vous parle même pas des cotisations légales obligatoires, qui vous enfoncent littéralement. Je vous jure que parfois, j’ai l’impression de travailler dans le seul but de leur donner de l’argent…

Qu’on soit clair : je ne suis pas en train de me plaindre. Je dis juste que j’ai envie d’autre chose. D’arrêter de travailler à temps plein sur le web et de me lancer dans un nouveau projet professionnel. Tout est encore très flou, je n’en suis qu’aux balbutiements. Mais j’ai déjà quelques idées en tête (que je ne partagerai pas ici pour l’instant) ;-)

Une chose est sûre : je n’ai nullement envie d’un travail de bureau. Quitter mon écran personnel pour retrouver un écran professionnel, non merci. Et puis je sais aussi au fond de moi que le modèle salarié ne me convient pas. Pour autant, il faudra peut être que j’y repasse avant de me lancer dans un projet en solo demandant des fonds… Bref, tout est encore à réfléchir mais depuis mon retour dans notre petite campagne chérie, je me sens animée d’un nouveau souffle et c’est bon. Vraiment bon.

Dans tous les cas, soyez rassuré.e.s, je reste pour l’instant fidèle au poste par ici ;-)

Je vous embrasse ♥

29 petits mots

  1. karine Bourgois

    hello
    je comprends trés bien ce que vous dites . Quand je prends des vacances , je me déconnecte  » j’oublie » oups mon portable , mon PC chez moi voilà je suis injoignable .Courage , n’hésitez pas à prendre beaucoup de recul , revoyez vos priorités , lancez vous dans une autre voie et trouvez votre plaisir
    bises

    Répondre
  2. Chloé Debrie

    Trouver son équilibre avec ses valeurs, ses besoin et garder le cap. C’est pour moi la clé du bonheur et c’est tellement difficile parfois d’y arriver. C’est ce que je te souhaite en tout cas!

    Répondre
  3. Virginie

    Bonjour Julie !

    Le web a quelque chose d’assez pervers quand on est épris de nature et de contact humain… Je ne suis pas blogueuse, mais je travaille dans la communication, je passe donc ma vie derrière un écran, sur les réseaux sociaux, à faire des choses que je trouve tellement vaines quand mes valeurs me portent totalement ailleurs… J’avais d’ailleurs été très attirée par Breizh Gwer, notamment parce que ça rejoint ce que j’aimerais le plus faire : mettre en valeur le patrimoine (culturel, historique, naturel, bâti et économique) de ma région de sang et de cœur (qui n’est pas la Bretagne, pour le coup :)). Malheureusement, je n’y vis pas et ne peux y traîner mon conjoint qui ne pourrait y trouver sa place professionnellement.

    J’aime toujours beaucoup tes articles très francs et si éloignés de cette blogo léchée un peu artificielle dans laquelle je ne trouve plus mon compte. C’est d’ailleurs assez paradoxal, j’aime terriblement lire les blogs mais ceux qui me plaisent le plus sont ceux dont l’auteur semble plus attachée à sa vie réelle qu’à sa vie virtuelle, ce qui me laisse souvent un peu sur ma faim en termes de quantité de publications :D (et d’un autre côté je finis par ne même plus voir celles qui postent quasi chaque jour photo, article ou vidéo… exception faite de Victoria dont la qualité des publications est toujours top malgré la fréquence).

    En tous cas je te souhaite beaucoup de réussite dans tes futurs projets et je profiterai de tes articles et de tes vidéos tant qu’ils dureront. Il me semble que ta sincérité te permettra de trouver le parfait équilibre pour que ta passion du blog reste une passion sans empiéter négativement sur ta vie :)

    Répondre
  4. Cathy

    Travailler chez soi et pour soi procure une énorme liberté (on me dit souvent : « la chance ! tu peux travailler quand tu veux ! ». Hum, oui, enfin, il faut quand même que je gagne ma vie hein.) mais cela demande également de vraiment être à l’écoute de soi (nombre d’heures, position, etc.) parce que si on ne fait pas attention à soi, personne ne le fera pour nous. Personnellement, je passe mes journées (et une partie de mes soirées) sur mon ordinateur pour le boulot et autre (je suis traductrice), mais bizarrement, je n’ai aucune difficulté à me détacher d’Internet quand je ne suis pas devant mon ordi (je me souviens de la fille d’une amie qui m’a dit un jour qu’elle pensait que je n’avais pas de téléphone parce qu’elle ne me voyait jamais avec ^^ ). Je ne sais pas à quoi c’est dû, j’ai toujours fonctionné comme ça, mais je comprends que ce puisse être difficile de se forcer à le faire, ne serait-ce que de temps en temps.
    En tous cas, j’espère que tu trouveras des projets qui te permettent de vivre ta vie comme tu l’entends et de t’épanouir. Concernant les statuts, je connais assez mal celui d’auto-entrepreneur donc difficile pour moi de comparer, mais peut-être peux-tu te renseigner sur les coopératives d’activités et d’emploi (il y en a au moins deux dans ton coin : Oxalis et Élan Créateur), qui permettent une totale liberté au niveau de son activité tout en procurant une certaine sécurité. J’y ai personnellement trouvé exactement ce dont j’avais besoin donc je transmets l’info, on ne sait jamais. :)

    Répondre
  5. ChaM

    Oh, comme je te comprends !
    Ce que je te propose donc, pour amener plus de « réel » dans ta vie, tout en maintenant le contact avec les personnes qui te lisent/t’écoutent pour ce que tu es, et non pour émettre un jugement toutes les 2 secondes, c’est un tour de France de tes abonné.e.s :–) On te loge, te nourrit, on échange sur milles sujets passionnants et on refait le monde jusqu’à pas d’heure… Puis tu écris un chouette bouquin sur cette belle aventure, ou tu en fais un documentaire, et voilà, c’est plié, tout-le-monde-il-est-content !!
    Du coup, je te (vous) prépare la chambre et le stock de chocolat praliné Rapunzel pour quelle date ? ;-)

    Répondre
  6. Ophélie

    Ah Julie comme je te comprends…
    Je travaille dans un bureau au 6ème étage d’une grande tour en plein Paris… et je suis fatiguée de fixer un ordinateur toute la journée.
    Mes yeux me brulent et piquent (ah non c’est vrai ça c’est la pollution… oh joie), j’ai besoin de changement aussi.
    J’ai toujours voulu faire un travail manuel, mais la vie nous amène parfois la ou on ne s’y attend pas…
    Change si tu le peux, je pense même savoir vers quoi tu aimerais aller au vu d’un récent commentaire sur instagram (le bois non? Ne répond pas si tu ne le souhaite pas, je ne veux aucunement fouiner mais c’est juste que travailler le bois aurait été un rêve pour moi)
    Ta détox est une merveilleuse idée, et tu m’as donné envie de faire pareil !
    Merci pour tout ce que tu partages avec nous à chaque fois, je te trouve absolument merveilleuse et pour une fois je tenais à commenter car ce sujet me turlupine depuis pas mal de temps.
    Des bisous !!

    Répondre
  7. Manuela

    Jolie Julie ! En tant que lectrice, un message comme ça, ça nous fait toujours un peu peur. Parce que ton contenu et réellement de qualité, et cesser de te lire, c’est comme arriver à la fin d’un très bon livre, ou d’une très bonne série : c’est nul. :) :)
    Blague à part, j’espère que tu trouveras un nouvel équilibre.
    Vois-tu, je lis également le blog de Mély, du Chaudron Pastel. Mély a mis en place une plateforme Tipee, pour que les gens qui ont envie, viennent donner un petit quelque chose. Pour la remercier et l’aider à continuer son blog. J’ai mis un petit quelque chose pour elle. Et ça m’a fait réfléchir.
    Le post de Victoria également, bien sûr.
    Nous sommes prêts à payer une redevance TV, un abonnement Deezer, ou un abonnement Magazine… mais nous ne rémunérons jamais les blogueurs. Jamais.
    De façon tout à fait personnelle, quand je prends du recul, je me rends compte à quel point j’ai changé, et j’ai appris, depuis que je suis fervente lectrice de blog.
    Ophélie (Antigone XXI) m’a convaincue de prendre conscience de ce qui se trouvait dans mon assiette (je ne t’ai découverte, toi, que plus tard), et d’arrêter la viande
    Coline et toi (EPPC) aussi. Grâce à vous, je suis beaucoup plus attentive à ce que je consomme.
    Mély m’apporte tant de douceur dans chacun de ses posts !
    Victoria, un peu tout ça à la fois

    Alors si vous êtes capables, seules, ou ensemble, de faire bouger le quotidien d’une seule personne… c’est que vous le faites aussi pour des milliers d’autres. Vous faites aussi bouger la société.
    Sans jamais avoir de retour.

    Et plus ça va, plus je trouve ça injuste. Alors quoi, il faudrait rendre le contenu payant ? une sorte d’abonnement de quelques euros, pour avoir accès aux articles les plus travaillés, un peu comme le Figaro ou Libé qui proposent leur contenu en ligne uniquement à leurs abonnés ?
    Pourquoi pas. Je crois que ça nous limiterait aussi, nous lecteurs, à consommer mieux en terme de lecture de blogs et sites.

    En terme de charge de travail, je me dis aussi que vous êtes partout, tout le temps…. Facebook, Youtube, Snap, Instagram, Pinterest,.. c’est bien trop !!
    Hélène, de Mon Blog de Fille (elle aussi m’a beaucoup appris ! même si je n’ai pas du tout les mêmes habitudes de consommation) par exemple, ne permet pas les commentaires sur Youtube. Mély également. tous les commentaires étant rassemblés sur leur blog, cela centralise le travail.
    Instagram est une si belle plateforme (et j’adore tes stories … :) ), qu’il me semble compliqué de s’en passer, mais pourquoi pas après-tout ?

    Vos plateformes sont une nouvelle forme de communication et d’apprentissage. Les réseaux sociaux ont ENORMEMENT des travers, mais pas que. Les choses bougent, la circulation des informations est extraordinaire, et il faut continuer à l’utiliser à bon escient.

    Quant au contact humain, je te comprends. je travaille derrière un écran, dans un bureau, du lundi au samedi, et pour le coup, ça me convient très bien. Je ne me vois ABSOLUMENT pas travailler seule. j’ai trop besoin de voir des gens, créer des liens. Alors je te comprends.. même si je n’ai pas de solution à t’apporter.

    Pour finir, j’ai envie de te dire merci, car ton contenu est toujours de qualité. J’espère te lire le plus longtemps possible !

    Répondre
    1. Alice

      Je plussois une bonne partie de l’avis de Manuela. Tu es la seule blogueuse/youtubeuse que je suis avec assiduité. J’ai tellement appris avec ton contenu toujours de qualité ! Tes articles/vidéos éveillent régulièrement l’envie d’en savoir plus, poussent à une certaine réflexion. Si ça colle aussi bien avec toi (unilatéralement, j’entends ;) ) c’est justement car tu es une personne très ancrée dans le réel, tu partages du réel, ton quotidien et non une vie spéciale RS.
      En tant que Rennaise, j’ai découvert plusieurs marques locales grâce à toi, par exemple. Là dessus, tu fais un travail remarquable !
      J’espère sincèrement, moi aussi, te lire/regarder le plus longtemps possible ! Et rejoins l’idée du Tipee pour le blog.

      Répondre
  8. Giusi

    Coucou ma Julie,

    Ton article est intéressant et me parle très clairement, surtout en ce moment.
    Perso, en ce qui concerne les réseaux sociaux, en tant que blogueuse, j’ai clairement arrêté de regarder ‘les autres ». Cela me mettait une pression constante et je m’auto-interdisais de créer tel ou tel type de contenu parce qu’une autre l’avait déjà fait par le passé. J’en suis arrivée à me mettre une sacrée barrière créative…à cause de cette course de qui postera telle info en premier, qui a déjà parlé de tel sujet…A un moment, je me sentais « mauvaise » dans cette passion parce que je n’avais pas le matériel de pro que d’autres avaient. J’ai complètement débranché (« débranche touuuuut, coupe la lumière et coupe le sooon » ahaha vive France Gall).

    Un peu comme toi, j’ai pris la décision d’aller directement à la source, et donc sur les comptes des personnes qui m’intéressent réellement et qui même m’inspire vraiment! Adieu le scrollage (oui j’invente des mots) continu sur Facebook et Insta. Adieu la culpabilité, adieu la concurrence, etc. En fait, cela ne m’intéresse tellement pas. Ce qui m’importe c’est d’avoir une voix, d’échanger et surtout de me sentir épanouie dans ma passion du blogging.

    Perso, je fais souvent des détox digitale et surtout les soirs de semaines, voire tout un samedi ou un dimanche. Ca me permet de garder cet équilibre dont j’ai besoin et surtout de profiter du réel comme tu le dis.

    J’espère qu’on continuera à papoter ensemble en tous les cas car je t’apprécie très fort :)
    Bioux,
    Giusi

    Répondre
  9. Giusi

    Version corrigée voyons!

    Coucou ma Julie,

    Ton article est intéressant et me parle très clairement, surtout en ce moment.
    Perso, en ce qui concerne les réseaux sociaux, en tant que blogueuse, j’ai clairement arrêté de regarder « les autres ». Cela me mettait une pression constante et je m’auto-interdisais de créer tel ou tel type de contenu parce qu’une autre l’avait déjà fait par le passé. J’en suis arrivée à me mettre une sacrée barrière créative…à cause de cette course de qui postera telle info en premier, qui a déjà parlé de tel sujet…A un moment, je me sentais « mauvaise » dans cette passion parce que je n’avais pas le matériel de pro que d’autres avaient. J’ai complètement débranché (« débranche touuuuut, coupe la lumière et coupe le sooon » ahaha vive France Gall).

    Un peu comme toi, j’ai pris la décision d’aller directement à la source, et donc sur les comptes des personnes qui m’intéressent réellement et qui même m’inspirent vraiment! Adieu le scrollage (oui j’invente des mots) continu sur Facebook et Insta. Adieu la culpabilité, adieu la concurrence, etc. En fait, cela ne m’intéresse tellement pas. Ce qui m’importe c’est d’avoir une voix, d’échanger et surtout de me sentir épanouie dans ma passion du blogging.

    Perso, je fais souvent des détox digitales et surtout les soirs de semaines, voire tout un samedi ou un dimanche. Ca me permet de garder cet équilibre dont j’ai besoin et surtout de profiter du réel comme tu le dis.

    J’espère qu’on continuera à papoter ensemble en tous les cas, car je t’apprécie très fort :)
    Bioux,
    Giusi

    Répondre
  10. Maïté DM

    Hello Julie,

    Je comprends tout à fait ce besoin de revenir à une activité authentique loin des écrans et d’internet. Je travaille moi-même dans un bureau sur ordinateur toute la journée et mon grand plaisir est de rentrer chez moi le soir (où on a pas de télé) et cuisiner, faire du jardinage, ranger ou promener mon chien. Bref quelque chose qui me ramène aux chose simples et réelles. J’ai eu un blog pendant quelques mois où j’ai trouvé les blogueuses très courageuses car c’est extrêmement chronophage et que la plupart du temps libre est passé sur internet, avec l’obligation d’animer des réseaux sociaux si on veut de la visibilité ! J’image ce que ce doit être à temps plein. De mon côté, je garde mon emploi traditionnel car je tiens à ma sécurité financière (je suis propriétaire d’une maison) mais mon rêve est d »être fleuriste, ou de travailler dans une ferme :D

    Bises et courage pour tes nouveaux projets :-)

    Répondre
  11. Victoria

    Bonjour Julie,

    Je fais partie de ces lectrices «silencieuses», qui ne commente ni sur les réseaux sociaux ni sur les blogs. Mais aujourd’hui je sors un peu de mon silence car ton billet m’a touché. Je ne peux que être d’accord avec tout ce que tu décris. Je viens moi-même de me lancer dans le monde du blog (mais en loisir pour l’instant), et je ressens déjà une certaine pression pour être toujours connectée, présente partout, pour pouvoir être vue, lue, etc. Si tu as besoin de faire une pause, de prendre du recul, fais-le! Écoute ce que tu ressens, et les gens, tes lecteurs, qui partagent ces valeurs et t’aiment pour cela, comprendront ton message. J’aime beaucoup ton contenu – de qualité – et même si tu décides de «mettre plus de réel ds ta vie» et d’être moins présente sur les réseaux sociaux, je continuerai à te suivre!

    Je te souhaite plein de réussite dans tes projets futurs, et merci de ta sincérité <3

    Répondre
  12. Laura

    ça me parle tellement mais tellement ! Je me rends compte aujourd’hui qu’être présente sur les réseaux sociaux m’aiderait à développer mon activité, qu’il « faudrait » que je fasse ci et ça mais j’en n’ai tellement pas envie ! Mon temps est bien trop précieux pour passer des heures à réfléchir en amont à faire une photo, la retoucher, m’inquiéter de son esthétique pour la mettre sur instagram. Fiou. Idéalement j’aimerais me construire une activité hybride ou plutôt plusieurs activités, dont certaines totalement hors écrans parce que non quoi ! Une ferme pédagogique avec gîte ce serait cool, mais pas encore assez d’argent pour ça ^^
    Bises, bonnes recherches :)

    Répondre
  13. Morgane

    Juste bravo! Pour cette prise de conscience et pour cette volonté de changer pour le mieux :) Je ne me fais pas de soucis pour la qualité de ton contenu, il n’en sera qu’encore plus authentique et éthique.

    Répondre
  14. Lorène

    Hello Julie !

    Je poste peu sur ton blog mais suis toujours aussi assidue. Et là cet article m’a vraiment donné envie de réagir !

    Comme je comprends le sentiment que tu as eu pendant cette semaine de vacances. Je me souviens dans quelques anciens articles (pour des cookies notamment) tu avais déjà fait part de ta lassitude de la face cachée du blogging.
    La saison d’automne est à mon sens idéale pour ce genre de remise en question : ai-je besoin de toutes ces reconnaissances digitales ? qu’est ce qui me plait/me procure de la joie dans ce que je fais sur le web ?
    L’hiver dernier, mon smartphone m’a laché et j’ai du utiliser un téléphone lambda pendant plus d’un mois. J’étais à la fois frustrée (car pas préparée à une digital detox qui durait au minimum 9h sur ma journée active) et détendue de ne plus être soumise à cette pression de regarder ses mails, facebook, instagram… et pourtant je n’ai pas la notoriété que tu peux avoir, j’ai juste à gérer mon cercle d’amis !

    Quant à ta « reconversion » (est ce qu’on peut l’appeler comme cela dès maintenant ? :) ), tu sembles très motivée et enjouée ! J’espère de tout coeur que tu trouveras la voie qui te rendra plus épanouie, en tout cas pour les années à venir. La vie peut être faite de tant de « métiers » ! Nous avons toutes les deux fait des études de droit, et parmi mes amis juristes je ressens beaucoup cette envie de finalement ne pas forcément se cantonner au droit pour la vie professionnelle. Certains se disent même qu’un retour « à la terre » serait quelque chose de beaucoup plus enrichissant ! Je suis aussi dans une phase où je cherche le sens de ce que je fais, et ce qui me plairait d’exercer pour ne pas avoir ce sentiment de « travailler », déprimer le lundi et attendre le vendredi… Mais le courage me manque encore.

    Bref je raconte un peu ma vie mais ton article est très inspirant. Et comme beaucoup, je m’y retrouve un peu… Encore une fois, j’espère que cette période de réflexion/remise en perspective ne fera que te rendre plus heureuse !

    Ce genre d’article me manquait un peu, j’ai connu ton blog grâce à tes articles sur l’hypersensibilité et j’aime beaucoup quand tu nous parles de tes propres cheminements !

    Des bisous

    Répondre
  15. marie

    Plein de belles choses pour toi, je comprends tout à fait ton ressenti, j espere que tu vas trouver ta voie. À vrai dire je ne me fais pas trop de souci pour toi. Merci d’être honnête, de partager les points négatifs, de te montrer de plus en plus imparfaite et humaine… C est ce qui rend les gens beaux et attachants je trouve.
    perso j ai trouvé ma voie, j ai (je pense) le métier fait pour moi… et je sais ce que C est de se lever de bonne humeur et avec le smile en faisant un boulot avec de l’humain réel.
    Victoria et toi êtes les deux seuls blogs que je suis, j ai une conso hyper raisonnée des blogs et réseaux sociaux. J ai supprimé mon compte insta, car ne trouvais aucun sens à partager mes photos et le pourquoi je faisais ca… je me rends compte comme C est cool de vivre et faire les choses, de voyager, faire du sport, de consommer pour soi et pas pour se créer une image virtuelle …

    Plein de bonnes choses à toi.
    Bises

    Répondre
  16. Motbilise

    Plein de bon sens tout ça!
    Moi-même qui ne « travaille pas » à l’aide des réseaux sociaux, j’avoue m’être aperçue de la saturation éprouvée à voir grosso-modo un peu toujours le même type de contenu, et une sorte de dégoût de m’y laisser prendre à chaque fois. A éprouver parfois plus de plaisir à écouter un inconnu en vidéo, parce que tu choisis qui tu veux voir et donc plus ou moins forcément, ce que tu souhaites entendre aussi… A tenter de calquer le mode de vie en vogue sur les réseaux à ma propre vie…jusqu’à en être presque « dépersonnalisée ».
    Alors, même si j’éprouve toujours un plaisir intense à trainer sur le Net, c’est vraiment avec parcimonie et filtre : et pas un filtre magique embellissant! ;-P

    Répondre
  17. Juliette

    Bonjour Julie,

    Saturation également pour moi, qui pourtant essaie de ne pas me connecter du tout à l’ordinateur un jour par semaine le week-end… Ce qui m’incite à vraiment décrocher, c’est le trop-plein de dérapages sur les réseaux sociaux sur lesquels je m’informe. La violence qui les traverse est inouïe. Je consulte plus ou moins régulièrement des comptes twitter et FB liés à l’actualité politique, et les insultes, les attaques, le dénigrement, les accusations, parfois mensongères, qui y sévissent sont hallucinants, sans parler de l’effet de meute qui fait beaucoup de dégât.
    Je nous souhaite plus de sérénité, de lectures et de conversations approfondies avec nos proches, de rencontres, de débats, de conférences, de réflexion partagée, de flâner dans les bibliothèques, les librairies, les brocantes, les fêtes locales, de prendre l’air… de vivre en somme. Jamais internet ne remplacera tout cela, et c’est tant mieux.

    Très bon week-end et à bientôt. Je continuerai à te lire avec plaisir!

    Répondre
  18. Lully

    Reposes-toi et profite.
    Je te comprends, même si, à fortiori, j’y passe surement moins de temps. Mon monsieur trouve que j’y suis beaucoup et je me suis rendue compte cet été en voyageant qu’il avait raison. J’essaye de « me raisonner », je teste des techniques pour laisser mon téléphone de côté et je dois dire que ça marche plutôt pas trop mal. Par exemple, je suis en train de supprimer toutes les notifications que je reçoit et qui « m’entraine » à regarder mon téléphone à longueur de journée. De cette façon, j’y vais simplement quand j’en ai envie : 2/3 fois par jour… Evidement si on y reste 2h à chaque fois c’est beaucoup mais je me raisonne. Ca fait beaucoup de bien d’ailleurs :)
    Si tu reste un peu plus longtemps par ici c’est génial, sinon tant pis. Le principal c’est que tu te sente bien (et à tous les coup ça va réduire tes migraines !!). N’hésite pas à nous faire part de tes projets tout de même quand tu y seras.. Oui, je suis trop curieuse ^^
    Allé bon week-end :)

    Répondre
  19. Tainiki

    Comme je te comprends totalement ! ;)
    Je t’envoie pleins d’ondes positives Julie pour cette envie de changement ! Suis ton chemin !
    Pleins de bisous

    Répondre
  20. Slow Joy

    Hello Julie,
    Au vu du nombre de commentaires que je laisse ici ou des interactions que j’ai avec toi sur Instagram, je n’ai pas à te prouver que pour moi, tu es ma blogueuse préférée. Et justement, c’est ce recul que tu prend, cette façon que tu as d’être TOI et pas un semblant « toi » que j’aime chez toi. J’aime ta positivité sur des petites choses du quotidien. Et c’est bien qu’une personne reconnue comme toi montre cet exemple de digital detox. Comme quoi, pas besoin de faire la courses aux abonnés/like pour être bien entourée. Au contraire, j’y vois du positif, ça éloigne les personnes inintéressantes !
    Courage dans tes projets, j’espère que tu trouveras le juste milieu qui TE feras du bien :)
    Bisous,
    Joy

    Répondre
  21. Qu'on se le dise

    J’avais trouvé l’article de Victoria très réglo de sa part, et vraiment intéressant aussi.

    Moi aussi cette course de façade derrière une approbation sociale éventuelle m’épuise. Mais quand tu passes des heures à t’investir dans ton blog, c’est parfois la seule manière de se faire connaitre. Et c’est chronophage et moralement éprouvant :)

    Ne faut-il pas avoir acquis une certaine notoriété et solidité dans la diffusion de ses articles pour s’octroyer des pauses? :)

    En tout cas, tu m’étonnes que ça t’a fait du bien !!

    Je suis contente d’avoir choisi une profession où l’on rencontre de vrais gens, et où je ne suis pas (pour l’instant) obligée de rester des heures derrière un bureau et un ordi ! ;)

    Répondre
  22. Marie-Laure

    Coucou Julie
    Tu as tellement raison! Je trouve même ton initiative courageuse. Comme tu le dis si bien, nous vivons dans une société ultra connecté. J’essaie à la maison de me raisonner et de raisonner mon mari et nos fils (15 et 12 ans) ms autant te dire que c’est très compliqué. Entre papa qui passe son temps libre ou devant TV sur son tel ou tablette à jouer à divers jeux, les garçons qui regardent des vidéos Youtube, et moi aussi en cuisinant. J’arrive à me limiter maintenant. Ms quand je leur propose d’éteindre la TV en mangeant par ex, ce n’est pas du goût de tout le monde ;) J’ai cette envie malgré tout de me détacher de tout ça, je fais comme toi avec les réseaux sociaux, je ne regarde que les dernières publications ou notifications qui m’intéressent. J ‘espère arriver à embarquer mes chéris dans cette digital détox! D’ailleurs si tu as des astuces, je suis preneuse.
    En tout cas, ton chéri a tout compris, et c’est certainement le plus heureux.
    Je te souhaite une belle aventure dans le cheminement de ton futur projet.
    Hâte de te lire à nouveau. Bisous

    Répondre
  23. Ana

    Cette article donne vraiment envie de faire la même chose, je trouve que tu as très bien parlé sur la façon dont les gens jugent gratuitement à travers les réseaux sociaux. Sinon jolie article, ça donne vraiment envie de faire une digital detox aussi

    Répondre
  24. Nathalie Marty

    Bonsoir Julie,
    Merci pour cet article, je suis totalement d’accord. C’est vraiment necessaire de se déconnecter de temps à autres, on est devenue obsédée avec l’internet et nos réseaux sociaux. On oublie de se détendre avec ceux qu’on aime, on oublie de prendre soins de soi et on oublie de mésiter et reposer notre esprit.

    Répondre
  25. Orel

    Comme tu le dis, nos nouveaux usages sont éprouvants autant pour notre corps que pour notre mentale.
    Ce n’est pas que toi, c’est un phénomène de société, et de plus en plus.

    Je te souhaite bon courage pour la suite de tes projets !
    Je peux te conseiller mon site, qui liste des outils pour apprendre à mieux-vivre avec la technologie :)

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *