Mon expérience avec les fleurs de Bach

Avec l’essor des médecines alternatives et naturelles, on entend de plus en plus parler des fleurs de Bach. Je m’intéresse à ces élixirs depuis quelques années maintenant et j’en ai pleinement adopté certains. Je pense donc avoir suffisamment de recul pour vous parler aujourd’hui de ma petite « expérience » en la matière.

Les fleurs de Bach, c’est quoi?

Les Fleurs de Bach forment un ensemble complet de 38 élixirs floraux identifiés un à un par le médecin anglais Edward Bach entre 1928 et 1935. Diplômé de médecine générale, de chirurgie et de santé publique, ce dernier était également un bactériologiste de renom pour avoir mis au point plusieurs vaccins intestinaux. Tout ça pour dire que le mec n’est pas un charlatan ;-)

Les fleurs de Bach, destinées à harmoniser et équilibrer les émotions, sont souvent critiquées pour leur manque de scientificité. C’est simple, la science telle que nous la connaissons aujourd’hui exige des preuves et des explications physico-chimiques pour répondre à la question « comment ça marche? » Pas de preuves ni d’explications? Alors ça ne fonctionne pas. Et ça, c’est très très dommage! Car il est clair (et même prouvé) qu’il existe une véritable corrélation entre les maux physiques et l’accumulation de pensées et / ou d’émotions négatives. D’ailleurs lorsqu’on y pense, de très nombreuses expressions populaires nous rappellent ce lien : « je l’ai en travers de la gorge », « je me fais du mauvais sang », « j’ai mal au coeur », etc…

À ce titre, Edward Bach utilisait une métaphore très judicieuse en comparant le corps à une forteresse assiégée. Soigner uniquement le corps et les symptômes d’une maladie revient à réparer ou reconstruire les maisons endommagées, soigner les blessés et enterrer les morts, sans s’arrêter à la place forte. Et la place forte, justement, ce sont nos émotions. S’il est donc nécessaire de soigner son corps, il est aussi impératif de « soigner » également ses émotions, et donc de prendre conscience de l’impact de celles-ci sur notre état physique.

D’ailleurs, saviez-vous que les fleurs de Bach sont remboursées dans certains pays? C’est le cas en Allemagne, en Belgique, en Suisse ou encore en Italie où elles sont même considérées comme de véritables « médicaments » et vendues exclusivement, à ce titre, en pharmacie!

La méthode des fleurs de Bach permet, à partir de fleurs sauvages, « de surmonter les perturbations liées à différents états émotionnels, d’harmoniser nos émotions et de favoriser l’épanouissement de notre personnalité ».  Les fleurs de Bach ne « soignent » donc pas directement les symptômes physiques mais ciblent les composantes émotionnelles qui les accompagnent. Elles ne luttent pas non plus contre une émotion négative mais offrent simplement la possibilité de se rééquilibrer et de retrouver l’harmonie.

La méthode comporte 3 volets :

  • Apprendre à reconnaître ses émotions et leur éventuel déséquilibre
  • Apprendre à se connaître soi-même
  • Savoir se guérir soi-même

Ces 3 volets reflètent à mon sens ce qui est particulièrement intéressant avec les fleurs de Bach : elles nous « obligent » à nous recentrer sur nos émotions, à les nommer, et à repérer celles qui génèrent de la souffrance, des tensions, des blocages, etc… Non ce n’est pas simple mais c’est un « voyage en soi-même » qui est extrêmement intéressant. Cheminer avec les fleurs de Bach, c’est maintenir un certain équilibre émotionnel permettant de mieux gérer son stress et de mieux cerner ses émotions.

En pratique, la méthode des fleurs de Bach repose sur 7 groupes d’états émotionnels négatifs définis par Edward Bach lui-même :

  • Peur
  • Incertitude
  • Manque d’intérêt pour le présent
  • Solitude
  • Hypersensibilité aux influences et aux idées
  • Abattement et désespoir
  • Soucis excessif du bien-être d’autrui

Dans chacun de ces groupes, on retrouve ensuite : les fleurs de type, caractéristiques de notre personnalité; les fleurs d’états chroniques, appelées aussi aides ou auxiliaires, qui correspondent aux états émotionnels chroniques qui se sont développés au cours de notre vie et qui sont très ancrés; et les fleurs d’humeur, qui correspondent à des états émotionnels plus visibles, survenus en réponse à des événements de la vie quotidienne.

→ EXEMPLE : pour le groupe d’états émotionnels de peur, les fleurs de type sont Mimulus et Rock rose, et les fleurs d’humeur sont Aspen, Cherry plum et Red Chestnut. Aspen cible les peurs non identifiées, irrationnelles, et apporte la sécurité. Cherry plum cible la peur de perdre la maîtrise et apporte le contrôle. Mimulus cible les peurs connues et apporte de l’assurance. Etc…

Parlons maintenant de mon expérience avec les fleurs de Bach.

J’ai commencé avec Wild oat (fleur d’état chronique du groupe d’états émotionnels d’incertitude), qui m’accompagne maintenant par période depuis près de 2 ans. C’est une fleur en laquelle je me retrouve énormément. Elle est destinée à « ceux qui ont l’ambition de faire quelque chose d’important dans leur vie, qui souhaitent avoir beaucoup d’expériences et apprécier tout ce qu’il peuvent, pour vivre leur vie pleinement, mais qui ont des difficultés à déterminer vers quel travail se diriger ».

Comment je l’ai choisie? En identifiant des états émotionnels qui se sont développés depuis la fin de mes études de droit (2013) et qui sont aujourd’hui presque ancrés dans ma personnalité : le doute perpétuel d’avoir fait le bon choix, l’incapacité de savoir quelle est la « bonne » direction à prendre…

C’est une fleur qui a un énorme potentiel positif et qui m’aide beaucoup dans les moments de doute et d’incertitude. Accompagnée d’un travail de fond sur moi-même, elle accroît ma confiance dans les choix (de vie, d’activité…) que je peux faire. Je l’utilise par période, lorsque je sens le doute s’insinuer, et la mets de côté lorsque je n’en ressens plus l’utilité.

Même si je travaille beaucoup sur moi-même quant-à mon incertitude constante, c’est un processus long – du moins qui doit l’être pour être viable sur le long terme – et je pense donc garder Wild Oat à mes côtés pendant encore quelques années.

J’ai ensuite eu un rapport très différent avec Star of Bethléem (fleur d’humeur du groupe d’états émotionnels d’abattement et de désespoir). Elle m’a été conseillée à juste titre par mon amie Delphine (pardon j’ai l’impression de parler d’elle à chaque article mais ses conseils m’ont fait tellement de bien ♥). À juste titre parce qu’après le décès de ma grand-mère, j’ai complètement perdu pied (et hop, une autre expression insinuant le lien entre émotions et maux physiques) et j’ai eu énormément de mal à refaire surface.

Je n’ai eu qu’à lire la description de Star of Bethléem pour savoir que c’était elle qu’il me fallait à ce moment précis de ma vie (genre la petite lumière au bout du tunnel…) C’est la fleur consolatrice des chagrins et souffrances. Elle aide à reconstruire la structure de sa vie lorsque celle-ci a été bousculée par un choc (ce n’est pas pour rien qu’elle fait partie du complexe d’urgence – Rescue – CF plus bas). Elle apporte calme, équilibre, et libère les énergies bloquées par le traumatisme.

Encore une fois, cette fleur n’agit pas seule. Elle accompagne un travail de fond sur soi-même, en l’occurrence le travail du deuil pour moi. J’en ai fait une utilisation « intensive » lorsque j’étais au fond du trou et je pense sincèrement qu’elle m’a aidée. Je ne l’utilise plus au jour d’aujourd’hui mais je la conserve précieusement car je sais que c’est un allié sur qui je peux compter si nécessaire.

Et puis il y a eu Mimulus (fleur de type du groupe d’états émotionnels de peur), qui a naturellement fait suite à Star oh Bethléem. C’est assez drôle quand j’y pense, c’est comme si elles s’étaient « passées le flambeau » =)

J’ai toujours été très angoissée de nature. La peur et le stress font partie de mon caractère, alimentés par mon hypersensibilité. Après le décès de ma grand-mère et la perte de ma première petite lapine, mes sentiments d’angoisse se sont exacerbés et j’ai commencé à développer une peur de la perte assez incontrôlable.

J’avais peur. Peur que l’on m’annonce une mauvaise nouvelle lorsque mon téléphone sonnait. Peur qu’on fasse du mal à notre shetland family durant la nuit. Peur qu’il soit arrivé quelque chose à mon amoureux lorsqu’il rentrait un peu plus tard du boulot. Peur dès que ma deuxième petite lapine ne me semblait pas « comme d’habitude »… Ce sont des choses que je ne parvenais pas à exprimer oralement, qui me faisaient beaucoup de mal à l’intérieur et me rendaient très anxieuse au quotidien.

Je me suis donc tournée vers Mimulus, une plante qui vit « dangereusement » puisqu’elle pousse au bord des rochers et des cascades, là où le courant des eaux risque de briser ses tiges. Mais même si elle tombe, elle réussit toujours à se retourner vers le haut pour sortir ses fleurs de l’eau. C’est beau non? =)

Mimulus aide à surmonter les peurs, les phobies ou encore le trac et donne la capacité de les dépasser an apportant courage et assurance. Là encore, il faut en parallèle travailler sur soi-même et… c’est loin d’être évident. C’est une fleur qui m’accompagne toujours aujourd’hui car bien que mes peurs se soient un peu dissipées, je sens qu’elles sont toujours là, prêtes à refaire surface au moment opportun.

À côté de ces élixirs, j’essaie d’avoir toujours vers moi un flacon du complexe d’urgence – Rescue – qui contient 5 fleurs : Star of Bethléem, Cherry plum, Clematis, Impatiens et Rock rose. C’est le seul et unique mélange réalisé par Edward Bach lui-même, destiné à répondre à la quasi-totalité des mécanismes réactionnels liés au stress.

Plusieurs marques / laboratoires ont mis au point d’autres mélanges autour de « thèmes » particuliers. C’est par exemple le cas d’Elixirs & Co dont j’apprécie notamment le complexe Féminité qui contient 7 fleurs : Scleranthus cible les alternances d’humeur et apporte stabilité et équilibre; Mustard aide à surmonter un état dépressif ou mélancolique soudain et inattendu, sans raison connue; Chicory vise les états émotionnels comme la susceptibilité, le besoin de reconnaissance ou encore la dépendance affective, et pousse à se remplir soi-même sans attendre des autres; etc…

C’est un mélange que je trouve bien fait, complet, et qui m’accompagne lorsque j’en ressens le besoin, en plein symptôme pré-menstruel par exemple ;-)

Bien, parlons maintenant de la manière d’utiliser les fleurs de Bach. La méthode la plus connue et répandue est la prise de l’élixir par voie orale, soit pur, soit dilué. Pur, on conseille généralement de prendre 2 à 3 gouttes sous la langue 4 fois par jour. Dilué, on verse 2 gouttes dans une petite bouteille d’eau à boire tout au long de la journée. Mais on peut également utiliser les fleurs de Bach en application locale, sur le plexus solaire notamment. Encore une fois, soit pures, soit diluées dans une huile végétale, un baume, une crème pour le corps, etc…

Si le sujet des fleurs de Bach vous intéresse, je vous conseille chaudement le livre de Pascale Millier, pharmacienne de formation (qui m’a beaucoup aidée pour écrire cet article). Après quelques données historiques fort intéressantes et des explications sur la méthode et ses apports, l’auteure propose une présentation synthétique des 38 élixirs floraux et des états émotionnels qui y correspondent. Le livre comprend également des cahiers pratiques permettant de choisir rapidement et facilement un élixir pour réagir dans des moments spécifiques de la vie.

Dans la continuité, je vous conseille également le livre Voyage au coeur de la guérison, d’Anne Lamy-Filippelli, qui traite du lien entre nos états émotionnels et les maux / maladies qui peuvent nous affecter.

J’espère que cet article aura pu vous être utile. Je suis de mon côté persuadée des bienfaits des fleurs de Bach, qui aident à traverser les expériences et les épreuves de la vie.

Et vous? =)

28 petits mots

  1. Pêche & Églantine

    Je me rappelle de ma mère qui nous a toujours « soignées » avec de petites fioles en verre remplies de différentes fleurs de bach lorsque nous traversions des périodes de tristesse, de doute ou d’incompréhension totale face aux douleurs de la vie. Aujourdhui encore je me penche parfois sur elles pour m’aider et m’apaiser durant les périodes plus sensibles de ma vie.
    L’un des remèdes que j’ai d’ailleurs sur moins au quotidien est l’elixir Rescue qui fait vraiment des miracles dans les périodes de stress ou de choc émotionnel.
    En tout cas ton article est très bien fait et particulièrement intéressant !

    Bisous Julie,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

    Répondre
  2. kiickass

    Hannn ! Merci pour cet article très complet !!
    Perso c’est mon énergéticienne qui me fabrique mon petit mélange de fleurs de Bach sur mesure mais je vais quand même essayer de me dégoter le mélange féminité pour les périodes où je ressent du vague à l’âme (comme avec cette pluie par exemple)

    Répondre
  3. Prescilia

    Je me reconnais complement dans cette période de deuil que tu as vécu .. jy passe actuellement et je ressens excatement les mme émotions .. je pense du coup me tourner vers ces elexirs .
    Ton article passe à pique ! j’etais justement en train de me renseigner sur le net ;) .

    Répondre
  4. ChaM

    Merci Julie pour cet article très complet !

    Je suis une adepte des fleurs de Bach depuis plusieurs années. Elles m’ont beaucoup soutenue pendant un long et douloureux burn-out avec grosses crises d’angoisse (j’emploie le terme « soutenue » à dessein, puisque elles représentent en effet un réel soutien, mais lorsqu’on traverse des situations très difficiles, elles ne remplacent pas l’aide d’un.e thérapeute, quel.le qu’il.elle soit).

    Depuis, j’ai toujours avec moi du Rescue (après de nombreux tests, celles qui sont les plus efficaces sur moi sont les granules sans alcool de Biofloral – mais ça, c’est très personnel). C’est un peu mon couteau suisse, mon MacGyver des émotions, et même si je n’en prends désormais que de manière très occasionnelle, les savoir à ma disposition me rassure (c’est le double effet Rescue :-D ) !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci pour ton partage Charlotte! Comme tu l’as dit, elles ne remplacent pas le travail sur soi avec ou non l’aide d’un thérapeute mais c’est un réel soutien =)

      Répondre
  5. lespetitspiedsdanslesgrands

    Merci Julie pour ce chouette et très documenté billet !
    Autant je commence à être pas mal calée en huiles essentielles, autant je ne me suis jamais vraiment bien intéressée aux fleurs de bach. C’est sûr que ça demande une introspection plus profonde, on n’y est pas forcément prêts ! Mais tu me donnes envie de m’y pencher !

    Répondre
  6. Bulle Virtuelle

    Ton article est vraiment super! Jai adopté les Fleurs de Bach depuis plus dun an et je suis convaincue. J’ai toujours Rescue sur moi en cas d’angoisse, je suis de nature très angoissée. Jai eu loccasion dessayer Mimulus, Olive, Star of Bethleem et en se moment White Chestnut. Je decouvre le complexe avec plaisir.Je vais rapidement me procurer le livre car je voulais justement un ouvrage pour approfondir mais je ne savais pas lequel choisir. Je te fais confiance.

    Répondre
  7. Irène

    Coucou ! J’espère ne pas poster un commentaire qui va froisser, de toute façon tu as toute liberté sur le fait de le garder ou non… As tu envisagé l’idée que comme d’autres choses, les fleurs de Bach puissent n’être qu’une médiation, une belle médiation certes, mais qui finalement agissent surtout en renforçant ta confiance, en te donnant la possibilité de chercher de la force en toi même car tu penses être aussi soutenue de l’extérieur…? Cela ne retirerait rien au fait que cela t’a aidé (il n’y a aucun doute la dessus je te crois parfaitement), mais cela ne signifie donc pas forcément qu’il y a une quelconque solidité théorique/scientifique aux principes des Fleurs de Bach, dont, je l’avoue, les principes me semblent un peu farfelus et peu rigoureux, et n’ont jamais pu être reproduits ou vérifiés (mais pas plus par ailleurs que ceux de l’homéopathie). Je précise que j’ai forgé cette opinion après avoir suivi des cours de zététique à l’université, avant ça j’étais vraiment intéressée par les thérapies alternatives, donc je comprends aussi parfaitement qu’on soit attiré par cela, pas de jugement de valeur personnel de ce côté.
    Si des gens de passage par là sont intéressés pour en discuter (toujours courtoisement cela va de soi), j’avais notamment lu ce document : http://www.zetetique.fr/divers/Bach_ElixirsFloraux.pdf

    Bonne soirée !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Bonjour Irène! Il n’y a absolument aucun souci avec ton commentaire, tout point de vue est le bienvenu du moment qu’il est amené courtoisement et sans agressivité =) J’ai parcouru le document et il est très intéressant. Après je l’admets, malgré l’absence de base scientifique solide, j’aime à croire que les fleurs de Bach sont réellement efficaces et qu’il ne s’agit pas d’un simple effet placebo. Tout comme les cristaux / la lithothérapie, ces « méthodes » apparaissent parfois très farfelues aux yeux de certaines personnes. Libre à chacun d’y voir ce qu’il veut finalement ;-)

      Répondre
      1. Irène

        Merci de ta réponse (et cela me soulage un peu car chaque fois j’hésite à poster de peur de froisser, ce qui n’est franchement pas le but). Je tiens à souligner au passage que l’effet placebo n’est pas une vue de l’esprit, cela produit de vrais effets, donc ce n’est pas contradictoire avec le fait que quelque chose soit efficace pour nous en fait, que ce soit ça ou la lithothérapie ou autre chose (j’avais essayé de consacrer un article à la question, forcément imparfait). Ce qui change, fondamentalement, ce sont les explications qu’on donne à cette efficacité ressentie… Et de ce point de vue, par contre, effectivement, le sens qu’on donne à ces pratiques joue un rôle dans l’effet qu’elles nous procurent ! A bientôt par ici en tout cas :)

        Répondre
    2. Alessia

      J’aimerais beaucoup réagir au commentaire d’Irène, parce qu’il fait écho à certaines choses que j’ai pu lire de la part des personnes pour qui la zététique occupe une grande place dans leur façon d’aborder la vie. Ton commentaire est très courtois, je trouve que c’est chouette, parce que, justement, j’ai lu beaucoup de condescendance de la part de personnes qui partagent ton opinion.

      Au sujet de comment les fleurs de Bach opèrent, ou n’opèrent pas, je suis surtout convaincue que, si quelque chose nous fait du bien, sans faire de mal aux autres, aux animaux, ou à la planète, alors il n’y a pas vraiment de questions à se poser (sauf par curiosité, on s’entend). Je peux comprendre qu’on ne croie pas aux élixirs, aux pierres, etc (comme l’a bien dit Julie), mais je trouve aussi, personnellement, que si la science ne l’a pas (ou pas encore) expliqué, ça ne veut pas dire que c’est forcément un effet placebo. Cela tient de la croyance de chacun, évidemment, mais à la base de la science, il y a le doute, la recherche, et la constante remise en question de nos connaissances actuelles. Je ne sais pas si la science expliquera un jour ces croyances que j’ai, mais ça n’enlève rien au plaisir que je peux avoir à purifier mes pierres, ou à prendre quelques gouttes de Rescue (la seule chose qui peut stopper une crise d’angoisse chez moi, à part le Xanax !), et à tout le bien-être que ça apporte dans ma vie :)

      Répondre
      1. Irène

        Bonjour Alessia, je m’excuse, je n’avais simplement pas vu ton commentaire sinon j’y aurais répondu avant… Je suis bien d’accord malheureusement sur la condescendance omniprésente dans le milieu sceptique/zététique, je le déplore. Figure toi que dans le fond je suis aussi d’accord sur le fait que si quelque chose nous fait du bien, et ne comporte pas de risques, il n’est pas forcément nécessaire d’arrêter. Pour moi en fait le risque est indirect, c’est plutôt un probème qui réside dans le fait d’adopter une certaine manière de penser et de ne pas accorder trop d’importance aux preuves.. une tendance qui ne va pas poser de souci dans beaucoup de cas mais pourra s’avérer problématique dans d’autres, surtout si par exemple on fait la promotion de certaines pratiques et qu’on influence d’autres personnes qui auront peut être, elles, moins tendance à distinguer les pratiques risquées des autres. Voilà un premier aspect. Ensuite sur les Fleurs de Bach ou l’homéopathie, un autre aspect réside dans le fait qu’il y a quand-même un coût financier derrière qui justifie qu’on essaie d’informer là dessus… et que cela enrichit des entreprises qui ne sont pas forcément plus éthiques que les autres dans le fond. Si on peut au moins donner ces infos, ensuite chacun prend sa décision en connaissance de cause. Concernant ce que tu dis sur les pierres, en fait les études existent, il n’y a pas vraiment d’incertitude sur le fonctionnement… et comme je le disais à Julie au dessus, il n’y a d’ailleurs pas de contradiction entre le fait que ce soit un effet placebo et le fait qu’il y ait un réel mieux être : les effets placebo sont de vrais effets, ce n’est pas une illusion !! (j’ai consacré un article à ça si ça t’intéresse). Enfin, je rebondis sur ta conclusion : je pense comme tu le dis que la dimension plaisir est à prendre en compte. Si je prends les cosmétiques, par exemple, personnellement je ne vérifie pas chaque fois que mes eaux florales ont des effets vérifiés scientifiquement etc… parce que finalement il y a peu d’enjeu et que ce qui compte c’est que cela me fasse du bien, comme un petit rituel. Je suis plus exigeante quand il s’agit de santé mais on place tous la barre à un endroit différent :)

        Répondre
  8. Sarah Lee

    Hello Julie !

    Star of Bethléem m’a sauvé il y a quelques années lors d’une rupture très violente. Je me rappelle que j’étais en état de dépression très avancée, et personne n’arrivait à m’aider, et lorsque j’ai trouvé cette petite fiole j’ai eu l’impression d’arriver à sortir la tête de l’eau. Comme tu dis, cela ne guérit pas tout seul – cela ne retirait pas la douleur, en somme – mais j’ai vraiment eu l’impression que ça m’aidait à respirer, et à avoir la force de faire ce travail justement.
    Je trouve le nom du complexe assez beau d’ailleurs, quand on y pense: l’Etoile de Bethléem, qui annonce la naissance du « Messie » et qui guide les Rois Mages dans la nuit. Même en étant profondément athée, je trouve que le nom est particulièrement bien choisi, je trouve.

    Merci pour cet article, très détaillé et super intéressant ! Bisous Julie :)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Je l’ai un peu vécu comme ça aussi, la lumière au bout du tunnel… Et je suis du même avis que toi concernant son nom. Je suis également athée mais je le trouve extrêmement bien choisi =)

      Répondre
  9. nini

    Merci pour ce bel article! Etant dans une période difficile, j’ai essayé ces fleurs, mais pour l’instant, je n’ai pas trouver chaussure à mon pied… je vais donc commander ces livres! Une petite question : à ma connaissance 3 « labos » se partagent le marché, tu as visiblement les 3… pour ma part, habitant en auvergne, je privilégie la marque biofloral. Je n’ai donc pas chercher ailleurs! Mais apparemment, les complexes ne sont pas les m^mes si je comprends bien, c’est cela? Sait tu si la qualité est identique entre les 3? (qualité la plus saine possible, j’entends). Encore merci pour ce très chouette blog, ta sincérité, ta joie de vivre sont un gros plus! et la vidéo lookbook est top! merci!

    Répondre
  10. nathalie

    j’en utilise aussi . ce qui m’a bien aidé, la sophrologie et surtout l’hypnose ericksonnienne, très étonnante, qui n’est pas une « vraie » hypnôse mais une suggestion consciente pour regler certains problèmes….Bises

    Répondre
  11. Nathalie C

    Depuis quelques moi,j’utilise un mélange que ma belle-sœur m’a conseillé pour lutter contre les bouffées de chaleur,vive les joies de la féminité vieillissante….Je cherchais une solution naturelle,non hormonale ni « phyto- hormonale » et je dois dire que je suis plus que contente et je pense que ce mélange de fleurs agit non seulement sur les bouffées de chaleur mais m’aide aussi à passer ce nouveau cap qu’est la pré- ménopause. Pour info,j’utilise walnut,chicory’holly,vervain et scleranthus

    Répondre
  12. Misa

    Bonjour Julie,
    Merci beaucoup pour cet article qui tombe à point nommé ! J’avais déjà entendu parler des fleurs de bach il y a bien longtemps mais je ne m’y étais pas particulièrement intéressée (elles m’auraient pourtant énormément aidé sur la dernière ligne droite de mes études de droit qui ont été grandement affectées par une dépression nerveuse… ahah !).
    J’ai récemment vu mon ostéo qui m’a conseillé, après avoir appris que j’étais anxieuse de nature, d’acheter la Formule Rescue me des fleurs de bach (jusqu’ici, je n’avais qu’un parfum d’Elixir & Co : Audace qui m’aidait beaucoup pendant mes oraux et mes entretiens).
    J’ai commandé White Chestnut car je suis obsédée par certaines interrogations que je juge existentielles et qui ne le sont en fait pas… à m’en rendre malade (je dors très mal et m’alimente de moins en moins), j’attends sa réception avec impatience.
    Enfin bon, je n’écrivais pas pour ça ! J’ai vu que tu avais commandé plusieurs marques : Celle que j’ai pris est de Biofloral (parce que je voulais bêtement du bio) mais penses-tu que la formule d’origine de la marque Bach (le flacon brun à l’étiquette crème) soit plus efficace ? J’ai un doute… même si les quantités sont les mêmes, les prix varient beaucoup.
    Merci beaucoup pour ton retour et cet article :)
    Signée une autre juriste qui a également douté de son parcours à la fin de ses études !

    Répondre
  13. Kakou

    Coucou ma belle
    J’aurais pu écrire cet article … j’ai l’impression de me voir quand je te lis ….
    Adepte des Fleurs de Bach qui m’ont « sauvé la vie » à 2 reprises …
    Je prends en ce moment Star of Béthlehem, Mimulus et Red Chesnut en ce moment après le décès de de ma mère et de ma soeur …
    Merci pour le titre du bouquin que tu nous conseilles, j’en avais un mais il n’est pas top !
    Je t’embrasse bien fort

    Répondre
  14. Marjorie

    Bonjour Julie,
    Les fleurs de Bach m’accompagnent maintenant depuis plusieurs années lors de périodes difficiles, comme une période de chômage actuellement…
    J’ai lu plusieurs ouvrages bien sûr mais, comme en ce moment j’ai beaucoup de temps (ahem), j’en ai profité pour emprunter le livre de Pascale Millier à la bibliothèque juste pour voir. Et Oh My God ! comme disent nos cousins d’Amérique.
    Ce livre m’a apporté une nouvelle vision de l’utilisation des fleurs de Bach mais surtout, surtout, une meilleure compréhension de chaque fleur et de ce qu’elle peut apporter. Le livre est très détaillé et permet de trouver LES fleurs de Bach qui correspondent à notre personnalité et celles qui peuvent nous aider en fonction des difficultés du moment.
    Du coup :
    – je viens de commander les fleurs qui vont pouvoir m’aider dans les semaines à venir
    – je vais bien sûr acheter le livre de Pascale Millier qui ne quittera plus ma bibliothèque personnelle
    Merci pour ce partage Julie ! :)
    Bonne journée

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *