Passer aux déodorants naturels | Le guide ultime

déodorants naturelsCe n’est pas une surprise si vous avez suivi le premier volet de cette série de billets dédiés à l’hygiène de nos dessous de bras : je suis absolument contre les déodorants « classiques » et en particulier contre les sels d’aluminium qu’ils contiennent. Sauf que lorsqu’il s’agit d’acheter son déodorant, ce qui arrive tout de même fréquemment pour une personne lambda, force est de constater que les magasins n’ont pas beaucoup d’alternatives saines à nous proposer… Je pense que la grande majorité des femmes achète leur déodorant en grandes et moyennes surfaces. Et franchement vous avez vu les rayons? Narta, Bourgeois, Ushaïa et compagnie se font la guerre pour agresser nos aisselles et qui sait, nous provoquer un cancer du sein d’ici quelques années… Par contre, aucun déodorant naturel à l’horizon (ou presque)!

Vu la polémique autour des sels d’aluminium, les marques conventionnelles ont tout de même « fait des efforts » puisqu’on voit de plus en plus fleurir des déodorants « sans sels d’aluminium« , « sans alcool« , « sans parfum« … Sauf que si les marques raisonnaient toujours en terme de sécurité des utilisatrices en ayant à l’esprit leur bien être et leur santé ça se saurait depuis bien longtemps. Et l’histoire du « sans sels d’aluminium » est à l’image de celle du « sans silicone » ou encore du « sans paraben« , ce n’est rien d’autre qu’un business juteux alimenté par une mode passagère.

Bien souvent d’ailleurs, pour ne pas dire toujours, il faut se poser cette question : « sans machin chose d’accord, mais remplacé par quoi? » Oui parce que pour faire un déodorant anti-transpirant sans sels d’aluminium, il n’y a pas de magie… D’autres ingrédients s’y substituent et ils ne sont souvent guère mieux. Les silicones notamment sont très utilisés pour bloquer la transpiration puisqu’ils sont bien connus pour boucher les pores. Je sais que c’est une chose avec laquelle beaucoup de femmes ont du mal mais c’est comme ça : la transpiration est notre amie et elle nous veut du bien car c’est entre autre grâce à elle que le corps élimine les toxines. Dès lors, s’empêcher de transpirer c’est bloquer le rejet des toxines et les obliger à rester dans l’organisme…

D’où l’intérêt d’opter pour des déodorants naturels et si possible certifiés bio, où la notion « d’anti-transpirant » n’existe pas.

IMG_4353L’alternative la plus économique qui soit c’est bien évidemment la pierre d’alun, qui dure une éternité. Mais vu mon côté parano sur les compos, elle ne m’a jamais tentée. Et pour cause, « alun » ne sonne t-il pas un peu comme « alu-minium« ? En réalité, la pierre d’alun, extraite de roches « alunites », en provenance essentiellement du Maroc, est un sel double d’aluminium et de potassium. Elle fait donc bien partie de la catégorie des sels d’aluminium qui font tant polémique… Le fait qu’elle soit naturelle ne garantit pas son innocuité. C’est d’ailleurs une remarque qui se veut générale : tout ce qui est naturel n’est pas forcément bon pour notre santé (coucou le mercure…) Il est vrai qu’aucune étude n’est venue véritablement corroborer les dangers liés à la pierre d’alun mais tant que le doute plane, je pense qu’il est de bon ton de s’abstenir. En tout état de cause, après avoir entendu plusieurs témoignages, je ne peux que constater que la pierre d’alun n’est pas la bonne alternative à long terme : elle finit par brûler, irriter les aisselles, voire provoquer des lésions et microcoupures du fait de ses bords qui deviennent tranchants au fil des utilisations.

Mais après la pierre d’alun il nous reste quoi alors?

Bien qu’ils ne soient pas tellement accessibles en grandes et moyennes surfaces, il suffit de chercher un peu pour se rendre compte que les marques sont en réalité très nombreuses à proposer des déodorants naturels. Vous trouverez largement votre bonheur en magasins bio ou sur des boutiques en ligne (Monde bio notamment) avec des marques comme Lavera, Florame, Weleda, Acorelle ou encore Melvita. Les prix varient suivant les marques et les actifs utilisés mais je trouve que les déodorants naturels ont l’avantage d’être nettement plus économiques que les conventionnels.

IMG_4358

Comme pour les déodorants classiques, il en existe plusieurs formats : en spray, en bille mais aussi en crème. Je ne suis personnellement pas convaincue par les déodorants naturels en spray. Sans gaz propulseur, ils sont particulièrement liquides. Un pshit ça va, deux pshits bonjour les dégâts. Je pense que vous voyez de quoi je parle : le déodorant qui coule le long des bras et le long du corps au petit matin, c’est moyennement agréable… Cependant, plusieurs marques en proposent ce qui signifie qu’il y a forcément des femmes à qui cela convient. J’ai de mon côté essayé le Crystal Essence, marque très renommée outre Atlantique, à la lavande et au thé blanc mais inutile d’aller si loin! Plusieurs marques françaises et allemandes certifiées et labellisées en proposent et certains déodorants ont même l’air d’être plutôt bien appréciés. Ceux de Weleda notamment en ont apparemment ravi plus d’une. Toujours côté sprays, vous trouverez également peut-être votre bonheur chez Marilou bio, Florame ou encore Douce Nature.

Le format bille est mon deuxième préféré. Plus pratique que le format spray, il nécessite toutefois une attention hygiénique plus marquée afin que la bille reste bien propre. Vous en trouverez chez Born to bio, Lavera, Douce Nature, Logona… Personnellement, j’ai pu en tester quelques uns, et je suis particulièrement enchantée du Lime Sensation de Lavera*. Il est efficace et sent bon le citron vert.

IMG_4360

Le format crème est, à mon sens, l’apanage des déodorants naturels. Se crémer les aisselles peut paraître quelque peu… curieux! Certaines sont même rebutées par cette sensation, notamment lorsque l’épilation n’est pas au top. En ce qui me concerne, j’en suis pleinement convaincue et ce n’est pas près de s’arrêter. Je n’utilise que ce type de déodorant depuis le test du Soapwalla, probablement le plus renommé des déodorants crème (vous le trouverez notamment sur la boutique d’Ayanature). Mais désormais, il n’est plus seul sur le marché puisque Schmidt’s a rendu la concurrence particulièrement rude (ils sont quant-à eux en vente chez Rose & Nadine). Moins cher, ils sont disponibles en plusieurs « parfums », de quoi les rendre plus attractifs. Je pense que l’efficacité respective de ces deux déodorants crème sera propre à chaque femme mais de mon côté je préfère les schmidt’s qui sont redoutables avec toute odeur de transpiration! Seul bémol : leur texture dure et épaisse me paraît difficilement travaillable en hiver… A tester en décembre / janvier prochain!

Peu important leur format, les déodorants naturels et bio ont en général un petit défaut : ils sont plus onéreux que les déodorants conventionnels, quoique plus économiques à l’utilisation. Mais ils ont un avantage énorme : leur composition minimaliste. En effet, ils ont généralement une base semblable avec peu d’ingrédients :

IMG_4364

 Le bicarbonate de soude qui neutralise efficacement les odeurs. Biodégradable, il est sans danger pour l’environnement et pour notre santé. Il en est de même pour l’arrow root qui a de plus des propriétés absorbantes.

 L’aloe vera et la glycérine végétale qui sont des actifs hydratants permettant de prévenir la déshydratation des aisselles, possiblement causée par le bicarbonate de soude.

 Des actifs « anti-transpirants » comme l’oxyde de Zinc et la fibre de bambou qui donnent une sensation de fraîcheur et absorbent la transpiration.

 Des huiles essentielles aux vertus séborégulatrices, anti-bactériennes et / ou anti-odeurs. Elles sont plutôt nombreuses : Arbre à thé, Menthe poivrée, Ylang-ylang, Lavande, Palmarosa, Sauge sclarée… Vous avez donc le choix mais attention à ne pas utiliser d’huile essentielle dermocaustique ou photosensibilisante. En outre, évitez les si vous êtes enceinte ou épileptique. Enfin, si un déodorant naturel (crème notamment) vous irrite les aisselles, c’est probablement à cause des huiles essentielles qu’il contient. Essayez alors d’utiliser un déodorant formulé avec d’autres huiles essentielles ou bien même sans.

IMG_4357Cette composition minimaliste et le caractère commun des ingrédients à utiliser rend la réalisation de déodorants naturels maison très aisée. Et rassurez-vous, nul besoin d’être une grande tambouilleuse de cosmétiques maison pour faire soi même son déodorant. D’ailleurs, pour les moins « débrouillardes », vous pouvez tout à fait utiliser uniquement du bicarbonate de soude en l’appliquant sur vos aisselles en massant. Mais attention, prenez garde à choisir du bicarbonate très doux, le plus fin possible, et pas celui du supermarché qui ressemble à du sel… Ce serait la catastrophe assurée pour vos petits dessous de bras, cette zone si fragile. Pour plus d’infos sur ce sujet, vous pouvez rendre une petite visiste à Pin-up bio.

Pour ma part, je teste une recette maison depuis plusieurs jours et j’en suis pleinement satisfaite. Voici la recette  Faire fondre délicatement au bain marie 15g d’huile végétale de coco et 15g de beurre végétal (karité, mangue…). Une fois le mélange fondu, ajoutez petit à petit en mélangeant 15g de bicarbonate de soude puis 10g d’arrow root. Une fois que le mélange est bien homogène, ajoutez 5 à 6 gouttes d’huile essentielle de votre choix (seule ou en mélange). Pour ma part, j’ai opté pour 2 gouttes d’huile essentielle de lavande et 4 gouttes d’huile essentielle de Palmarosa*. Je le conserve au réfrigérateur pour le garder solide. J’en prélève à l’aide d’une petite spatule le matin et le fait qu’il soit frais est très agréable. On a l’impression de s’appliquer un petit glaçon qui fond trèèèès rapidement. Surtout, il est efficace du matin au soir. J’en suis vraiment contente!

Evidemment, toutes les recettes sont possibles! Si vous n’avez pas d’arrow root, faîtes sans! Si vous voulez mettre plus de bicarbonate, augmentez un peu la dose. Si vous êtes enceintes, omettez les huiles essentielles. Si vous n’avez pas envie de conserver votre déodorant au réfrigérateur, ajoutez un peu de cire végétale en début de préparation et le tour est joué! Il n’y a vraiment aucune obligation en matière de déodorant maison. Le tout est de trouver LA formule qui vous conviendra personnellement.

IMG_4350

C’est bien beau tout ça Julie mais même après avoir testé tout ce que tu viens de mentionner moi je sens encore le poney en fin de journée…

Il faut savoir que passer aux déodorants naturels aura forcément pour issue un échec si vous vous attendez à avoir la même efficacité qu’un déodorant conventionnel du jour au lendemain. Pourquoi? Tout simplement parce que leur efficacité est conditionnée à quelques semaines d’adaptation. En effet, les conduits des glandes doivent d’abord se vider totalement des résidus de sels avant de reprendre un fonctionnement normal pour pouvoir à nouveau répondre aux actifs du déodorant. Alors oui au début on galère et on a même parfois envie de jeter l’éponge et de resortir son Narta mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle? En ce qui me concerne, je m’estime plutôt chanceuse. J’ai dû patienter 3 à 4 semaines avant d’être satisfaite des déodorants naturels côté efficacité.

Mais je pense que mon alimentation a clairement joué un rôle non négligeable dans cette courte « transition ». Et j’arrive donc au deuxième point qu’il est important d’avoir à l’esprit avant de passer aux déodorants naturels et bio. Il existe un lien indéniable entre l’alimentation et la transpiration. Certains aliments rendent la digestion difficile et mettent à mal notre foie et nos émonctoires d’une manière générale (ces derniers permettent l’évacuation des toxines : outre le foie, il s’agit des intestins, des reins, de la peau, et des poumons). Résultat : ils favorisent la transpiration. C’est le cas : des produits raffinés / transformés (comme par exemple les céréales blanches, le sucre blanc…), des protéines animales, des produits laitiers et du gluten (contenu dans le blé, l’orge, le seigle et l’avoine).

Conclusion : si les déodorants naturels ne sont pas efficaces sur vous, la solution vient peut être de votre alimentation. Personnellement, je ne mange plus de viande depuis bientôt 2 ans et je suis quasi-végétalienne. Résultat, mon corps a beaucoup moins de toxines à éliminer et ça se ressent croyez-moi, autant en terme de grain de peau, que de transpiration!

Evidemment, je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut devenir végétalien pour ne plus transpirer! Je dis simplement qu’en diminuant votre consommation des produits mentionnés ci-dessus, vous aurez nettement plus de chance d’obtenir une efficacité probante du côté des déodorants naturels et bio.

IMG_4345

Voilà, je pense avoir fait le tour de cette grande question qu’est le passage aux déodorants naturels. J’espère sincèrement que ce billet aura pu vous aider ou au moins vous convaincre de leur possible efficacité à condition d’être patiente et de respecter une certaine hygiène de vie.

Si vous avez des question, n’hésitez pas, j’y répondrai avec grand plaisir!

LOVE* produits reçus pour test

71 petits mots

  1. Échos verts ❀ Natasha

    Voilà encore un article ultra-complet! Personnellement, cela fait près d’un an que je n’utilise plus de déodorant classique et même presque rien à la place… J’ai testé la Pierre D’Alun pendant un mois, jusqu’à ce qu’on m’informe qu’elle pouvait aussi être nocive… Du coup, j’ai simplement arrêté de mettre quoi que ce soit et cela ne pose aucun problème! En hiver, à aucun moment n’ai-je ressenti le besoin de « chasser les mauvaises odeurs » car il n’y en avait point et quand il fait chaud, si je sais que je risque de beaucoup transpirer ce jour-là, je mets soit du bicarbonate de sodium, soit de l’HE de Palmarosa… Et ça marche très bien! Mais finalement, j’en mets très très rarement! Merci d’avoir si bien présenté toutes ces alternatives, je suis sûre qu’un bon nombre d’aisselles t’en seront reconnaissantes ;-)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup Natasha, des compliments de ta part me font extrêmement plaisir! =) A terme j’aimerais moi aussi ne plus rien utiliser en guise de déodorant ou, au pire, quelques gouttes d’huile essentielle ou un peu de bicarbonate, comme toi en somme. Pour le moment, ça me paraît compliqué, du moins « psychologiquement » parlant. Je pense qu’il faut laisser le temps au temps, la transition se doit d’être douce pour être réussie, à voir d’ici quelques années! ;-)

      Répondre
  2. Superfici'Elle

    Autant je suis passée au naturel pour la grosse majorité de mes produits de soins, autant question déodorant, j’avoue avoir encore du mal, parce que je trouve que je sens le chaud à peine quelques heures après. Mais tes deux articles, le précédent et celui-ci me font vraiment réfléchir et j’ai de plus en plus envie de tester les déo-crème. Avec les températures qui rafraichissent, c’est peut-être le bon moment pour commencer.
    Merci beaucoup pour tes articles, bises

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Effectivement, je pense qu’il est préférable de ne pas passer aux déodorants naturels en plein été, cela aurait probablement pour conséquence de rendre la transition encore plus délicate. L’automne sera plus approprié et permettra d’éviter les phases de transpiration importantes liées aux grosses chaleurs ;-)

      Répondre
  3. Aurore

    J’essaye aussi de passer au déo naturels et je pensais avoir trouvé le bon avec un trouvé sur Etsy chez Live Beautifully…mais après quelques semaines d’utilisations il m’a trahie !! Je sentais juste la mort après quelques heures alors qu’il ne faisait pas plus chaud que ça…(sans compter qu’il tâche beaucoup les vêtements surtout les blancs =o ) j’ai vraiment pas compris du coup je me suis rabattue sur un Sanex affichant des sans machin sans truc mais je me doute bien qu’il n’est pas naturel.
    Je testerai à l’avenir ceux de Lavera ou Melvita et pourquoi pas des déos crèmes. Mais ce que je cherche chez un déo, en plus d’éviter que je pue la mort, c’est qu’il ne tâche pas les vêtements…

    Je continue donc ma recherche du déo parfait et grâce à ton article, j’espère bien trouver le Graal ^^

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Coucou Aurore,

      Personnellement, je n’ai jamais eu de problème de tâches sur les vêtements, blancs notamment, avec les déodorants naturels alors que cela m’arrivait fréquemment avec les déodorants conventionnels… Mais je pense que la transpiration a clairement un rôle important là dedans et c’est peut être elle qui est à l’origine des tâches, pour le moins en partie. Plus le corps a besoin d’éliminer, plus la transpiration sera importante mais aussi plus elle sera « forte ».

      J’ai entendu beaucoup de bien des déodorants sticks Live Beautifully mais honnêtement, je crois que j’aurais désormais des scrupules à acheter des déodorants naturels tout faits… J’ai réalisé le mien avec énormément de facilité et vu son efficacité, je me vois mal remettre 10 euros ou plus dans un déodorant alors que de toute évidence, la composition sera la même à quelque chose près =)

      Répondre
  4. Hey Julie

    Hello Julie ton article est vraiment très intéressant. Pour ma part j’utilise depuis 9 mois le Aromaco de Lush. La composition m’a l’air plutôt bonne mais toi qu’en penses-tu ? Fais-il selon toi parti des déodorants naturels ?

    Merci si tu lis mon commentaire :)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Coucou Julie! Je viens d’aller jeter un oeil à ce cher Aromaco et à ce que j’ai vu la composition me paraît bonne même s’il contient quelques ingrédients synthétiques et n’est donc pas 100% naturel. Après je t’avouerais que Lush n’est pas forcément mon ami… Disons que je n’aime pas leur discours parfois brumeux sur les compositions ;-) Mais si ce déo te convient parfaitement, continue avec lui, sa composition n’a rien d’un déodorant conventionnel que tu trouverais dans ton supermarché! =) Bisous bisous!

      Répondre
  5. Blanchefleur

    Wow, c’est un article super intéressant ça, c’est rare des articles de qualité et documentés ! Je ne savais pas pour la pierre d’alun, je connais tellement de monde qui passe au naturel avec ça !
    Après mon souci c’est que j’ai besoin d’un truc fort comme déodorant, en tant que cliché de roukmout sur pattes, j’ai quelques odeurs et je ne peux pas me permettre de les laisser vagabonder… du coup j’utilise parfois du chimique. J’ai le déodorant Propolia actuellement, mais je vais essayer certains que tu cites, vu que j’arrive au bout du roll.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait très plaisir! <3 Je ne savais pas que Propolia faisait des déodorants dis donc, intéressant! =)

      Répondre
  6. Lo - Eeonian

    Quel bel article, comme d’habitude ! Si complet, si belles photos !
    Je suis tellement d’accord avec toi sur le paragraphe du « sans ». Pourquoi vendre un produit parce qu’il est « sans ci, sans ça » ? A chaque fois je dis la même chose : pourquoi définir un produit par ce qu’il n’est pas ? (ben souvent, pour cacher ce qu’il est, hein :))
    J’ai bien envie de tenter le déo maison aussi mais pour l’instant, je termine mes stocks… et j’aime tellement mes sticks Live Beautifully que je pense avoir du mal à faire mieux moi-même ! ^^

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Heyyyy ça me fait trop plaisir de te lire de nouveau pr ici!! =) Et tu me flattes avec tes compliments… Adorable tu es! <3

      "Pourquoi définir un produit par ce qu’il n'est pas? Bien souvent pour cacher ce qu'il est" Tu as complètement raison et je n'aurais vraiment pas dit mieux, je garde précieusement cette phrase très parlante dans un coin de ma tête pour la placer dans toute conversation où on me vantera les mérites d'un shampoing Garnier ou d'un déodorant Narta estampillé "sans bidule" ;-)

      J'avais découvert les déos sticks Live Beautifully chez toi et bien que tu m'ais particulièrement tentée (coquine ^^) j'ai su être forte et j'ai résisté à la tentation! ;-) Et comme je l'ai dit un peu plus haut, maintenant que j'ai goûté aux déos maison, je pense que je ne suis pas prête d'y renoncer! C'est tellement facile et nettement plus économique que d'acheter du tout fait! =)

      Répondre
  7. Délia

    Ben j’utilise la pierre d’alun tous les jours et je ne sais pas si c’est la forme de la mienne mais j’ai pas du tout le souci des cotés tranchants :-) (poutant ça fait 6 mois que je l’utilise la petite!)
    Même si c’est efficace j’ai très envie de tenter les déo schmidt’s donc je pense que je vais me tourner vers eux à la rentrée quand j’aurai renfloué les caisses!

    Répondre
  8. Sixtine, Aventures d'une bruxelloise

    Oh merci, merci pour ton article !
    Décidément, je suis plus que fan de ton blog et de tes précieux conseils :)
    Je viens de finir mon pot de Soapwalla et je me suis commandé le Schmidt’s Lime + Bergamote, son odeur est délicieuse et niveau efficacité, je n’ai rien à y dire ! Je pense vraiment continuer avec ce déo et tester d’autres senteurs. Mais comme tu dis, sa texture est nettement moins fondante que le Soapwalla, c’est dommage …
    Bisous :)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucouuuup! <3 Pour la texture des Schmidt's effectivement c'est dommage car je pense qu'elle va les rendre délicats à utiliser en hiver… =/ D'ailleurs, ça me conforte dans mon choix de faire désormais mes déodorants naturels moi-même avec la texture qui me convient, pourquoi pas plus dure en été mais plus souple en hiver ;-) En revanche au-delà de ça, c'est vrai que leurs parfums sont très agréables et ils sont très efficaces!

      Répondre
  9. Thing&Fringe

    justement ça fait plusieurs mois que je me tate à passer du coté deo naturel, car j’ai de plus en plus de mésaventure avec les deo dont le parfum vieilli alors que je su peu, mais genre odeur dégueu.

    Répondre
  10. Francesca

    Merci beaucoup pour cet article très complet et hyper intéressant !
    Comme, je pense, de nombreuses personnes, je croyais que la pierre d’alun était totalement inoffensive…..comme quoi, il n’y a jamais assez de prévention et d’information.
    Je m’en servais pour mon fils de 12 ans qui souffre d’un important problème de transpiration et des mauvaises odeurs qui vont avec….du coup, ton article me laisse perplexe car je ne sais pas vers quelle formule me tourner. Vaut il mieux éviter pour lui, vu son âge, une formule contenant de huiles essentielles ?
    Car, oui, le naturel peut aussi concerner les plus jeunes ! Je crois même, qu’il n’est jamais trop tôt de les éduquer dans ce sens afin d’en faire des adultes pleinement conscients de la société de consommation ou nous vivons. S’il y a d’autres mamans dans mon cas, je veux bien connaître vos solutions.
    Merci encore

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Comme je le dis dans l’article, aucune étude n’a pu sérieusement mettre en doute l’innocuité de la pierre d’alun, seuls des doutes subsistent… A chacune de voir si elle considère ces derniers comme fondés et légitimes… Pour ce qui est des enfants, je pense qu’il faut effectivement éviter les huiles essentielles. Pourquoi ne pas se contenter d’un déodorant maison à base d’huile de coco, de cire végétale et de bicarbonate? Qui ne tente rien n’a rien! ;-)

      Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il n’y ait pas d’âge pour être sensibilisé au naturel, d’autant que c’est en général au moment de l’adolescence que l’on prend le plus de mauvaises habitudes en termes d’hygiène de vie.

      Répondre
  11. mibrume

    J’aime ton article, il est complet, compréhensible, parfait quoi ! :D
    Pour ma part, cela fait presque 1 an et demi que j’utilise le bicarbonate de soude (2euro le kilo en pharmacie et je n’ai toujours pas finis mon sachet !!) et dès ma première utilisation j’ai cessé de sentir le poney, je me suis sentie plus libre, un miracle :D. Le déo de supermarché ne faisait qu’aggraver l’odeur déjà infecte de mon corps … Depuis j’ai toujours ma poudre avec une petite bouteille d’eau minérale surtout pas du robinet !! Très important : car l’eau du robinet contient des agents détergents, genre eau de javel, surtout en hiver qui se termine une réaction chimique très agressive pour la peau !
    je cherchai une recette au bicarbonate avec un effet hydratant (le bicarbonate assèche la peau) et la tienne à l’air formidable je vais la tester au plus vite !!
    Des bisous :D

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Vraiment ravie que l’article t’ait plu! =) Tu m’étonnes, c’est hyper économique le bicarbonate! Merci pour tes judicieuses précisions quant-à l’eau du robinet! ;-)

      Et je serais très contente si ma petite recette de déodorant maison fonctionnait sur toi, n’hésite pas à me donner ton retour si tu la testes! =)

      Répondre
  12. Morgane

    Tout comme Natasha d’Echos verts, je ne mets quasiment plus de déo. Je suis d’abord passée par la case « déo sans ça, ni ça »… puis très vite, j’ai compris que ces produits n’étaient pas aussi inoffensifs qu’ils laissaient paraitre. Du coup, j’ai opté pour la pierre d’alun. Mais là encore, après quelques mois d’utilisation, on me dit que cette pierre, certes naturelle, n’est pas non plus la solution idéale. Bon, aux grands maux les grands remèdes, je décide de ne plus rien mettre du tout. Les premières semaines sont un peu compliquées et les odeurs de fin de journée pas toujours agréables. Puis tout doucement, « le système » se régule. Je transpire moins et sens moins. J’ai aussi changé mon alimentation. Et maintenant, je ne sens quasiment plus rien. Je dois mettre du déo 1 à 2 fois par mois, c’est tout. Mon objectif est de ne plus rien mettre de manière définitive. Je ne sais pas si c’est moi qui ai de la chance, ou si finalement en laissant faire le naturel l’organisme se rééquilibre de lui-même et prouve qu’il n’a pas besoin de tout ces produits chimiques pour ne pas sentir.
    Un grand merci pour cet article de qualité !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci pour ton message Morgane, c’est toujours intéressant de lire les expériences des autres.

      Je pense que tu as entièrement raison et qu’il ne s’agit pas d’une question de chance : l’organisme se régule et se rééquilibre seul lorsqu’on arrête de l’agresser à coup de produits chimiques et d’alimentation malsaine! Le hic c’est qu’il ne peut pas le faire du jour au lendemain, il faut lui laisser du temps, c’est normal. Mais tout le monde n’en est pas forcément conscient, c’est dommage!

      Comme dit plus haut, j’espère moi aussi pouvoir un jour me passer complètement de déodorant, ce serait clairement une énorme victoire. Mais pour l’instant, je reste avec mes petits déodorants naturels sans dangers qui me satisfont pleinement et qui ont un côté rassurant psychologiquement parlant ;-)

      A bientôt!

      Répondre
      1. Wizzz

        Bonjour, je découvre ton blog et je rattrape donc peu à peu la lecture de tes nombreux articles,

        je voulais aussi apporter mon témoignage sur le déo!

        Il y a quelques années, je ne pouvais pas imaginer partir de chez moi sans déodorant anti transpirant, J’ai une transpiration assez abondante mais surtout due au stress. Une situation un peu « sous pression » ( il m’en faut peu : juste parler à un inconnu peut me provoquer tout celà) et hop je transpire (aisselles, bas du dos, mains…) pas forcément beaucoup mais une transpiration « forte » avec des odeurs marquées: la sueur froide de la peur. Bref et dès qu’on dépasse les 20 degrès mon système se met en sur régime haha.

        Mais bon j »ai essayé de me sortir de la spirale : deo de plus en plus « costaud », transpiration de plus en plus marquée ( taches jaunâtres aux aisselles des chemisiers blancs bonjouuuur). J’ai pris des déo de plus en plus naturels et minimalistes puis plus de déo du tout ( à part un déo crème à base de bicarbonnate et d’arrow roots pour quand il fait vraiment chaud ou les jours où je vais devoir faire face à du stress). Et c’est vrai que le corps se régule! Moins agressé il sécrète moins de sueur acide. Les odeurs sont aussi dues aux mauvaises bactéries sur la peau donc en se lavant tous les jours et en gommant les aisselles ( sisi au savon noir ça marche super bien) régulièrement on évite que la transpiration reste bloquée et inflamme les pores de la peau.

        Ensuite la transpiration est régulée par les hormones, et celles ci bougent pas mal tout au long du cycle ! une fois qu’on comprend celà on subit moins la transpiration. De même pour la « peur de l’auréole »: on a beau se dire que c’est naturel de transpirer ça met mal à l’aise de devoir faire une présentation publique avec deux grosses taches sombres sur ses vêtements… Outre le fait de privilégier les matières naturelles, des formes et des couleurs de vêtement, on peut agir par auto persuasion :). J’ai pris du recul sur la transpiration et du coup je panique beaucoup moins quand j’ai des auréoles en formation. Ce qui avant me faisait encore plus transpirer. En fait c’est un cercle vicieux la transpiration : plus on essaye de lutter contre, plus on agresse, plus le corps suréagit, plus on y pense, plus on stresse, plus on transpire « mal »…

        Du coup il faut rééduquer son corps à transpirer, en ne bloquant pas son mécanisme quand la suée est voulue ( sport, hammam, sexualité-sisi la transpiration joue un rôle hyper important dans la sensualité!).
        Et pour sentir  » bon » je vaporise mon parfum ou mon eau de cologne sur mes vêtements au niveau des aiselles et pas directement sur la peau.

        Répondre
  13. Nolwenn

    Très complet et instructif cet article ! Je n’avais jamais pensé aux effets de notre alimentation sur la transpiration et en réfléchissant je me suis dit que c’était finalement évident (merci de le rappeler :-) !) : tout ce qui nourrit notre corps se ressent sur la peau/cheveux/énergie etc.
    Pour ma part j’ai adopté le Soapwalla qui fonctionne divinement bien (aucune odeur et même moins de transpiration alors qu’il n’est pas antitranspirant), il reste assez onéreux donc je testerai peut-être les Schimdt’s ensuite.
    Merci pour tous ces précieux renseignements, ton blog et ta chaîne son vraiment un mine d’infos… et de tentations !
    Joli week-end

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton gentil commentaire! Le lien alimentation / transpiration paraît certes évident mais comme tu le dis ça ne fait jamais de mal de le rappeler! ;-) Bisous bisous!

      Répondre
  14. Claire7799

    Merci pour ce guide très complet, je me posais la question de l’efficacité des déos naturels! Suite à ton article, je vais tester le Lavera qui me tentait bien depuis quelques temps et prendre le temps de me faire un avis!

    Répondre
  15. natpiment

    un article trè complet ! J’ai utilisé le pschitt de weleda , comme tu dis , ça coule !!!! pour une efficacité moyenne !
    depuis, j’utilise le schmidt’s, et j’en suis très contente.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Oui les Schmidt’s sont top, il n’y a vraiment pas à dire! ;-) Comme je le dis dans l’article ça doit vraiment dépendre des habitudes de chaque femme. Alors que certaines préfèrent utiliser des déodorants crème, d’autres n’apprécieront pas le geste et préfèreront peut être les vaporisateurs. A chacune de voir! =)

      Répondre
  16. Elodie L.

    Comment dire, j’adore te suivre et ton blog.
    Tout est expliqué, c’est complet…
    Je viens d’acheter le Soapwalla et le Schmidt’s pour les tester et comparer.
    J’ai essayé les déos sans sel d’alu et ce fut une catastrophe même en persistant.
    Je suis donc retournée vers les compositions chimiques et à risque mais mon corps ne les aime plus maintenant.
    J’attends donc de finir ce que j’ai chez moi de mauvais pour commencer mes deux derniers achats :)
    Puis après ça je ferai ta recette maison avec grande hâte et joie lol
    Merci pour ce partage sain.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      C’est vraiment trop gentil, merci beaucoup! <3 J'espère sincèrement que le Soapwalla et / ou le Schmidt's te conviendra! =)

      Répondre
  17. Punkyhead

    C’est drôle, jamais un déo « classique » n’a fonctionné sur moi. J’en ai essayé des tonnes et aucun ne m’a apporté satisfaction. Lorsque je suis passée aux produits naturels et home-made, je ne me faisais aucune illusion sur le déo et pourtant…celui que je fabrique moi même est une tuerie absolue, je n’en changerai jamais!

    Répondre
  18. JAZZMIIINEE

    Hello Julie!!! tout à fait d’accord avec toi!!!…en particulier sur le lien entre alimentation et odeurs!…
    Pour ma part, je suis très satisfaite des Schmidt’s qui sont je trouve moins agressifs à la longue pour mes aisselles sensibles ;-)
    Le seul point que j’ai à leur reprocher c’est leur texture un peu difficile à « travailler »…en tout cas dès que j’ai fini celui que j’ai en cours, je teste ta recette!!!
    bises
    Delphine

    Répondre
    1. JAZZMIIINEE

      …je voulais dire  » je suis très satisfaite des Schmidt’s qui sont je trouve moins agressifs à la longue QUE LE SOAPWALLA pour mes aisselles sensibles … »

      Répondre
  19. Ping : Revue du web #24 | Mnêmosunê

  20. lescreacoco

    J’adore ton blog que j’ai découvert il y a peu de temps! J’ai moi même testé le Saopwalla mais irritant et je suis passée au bicarbonate mais mes petites aisselles sensibles n’ont pas aimé ;-). Du coup je vais essayé de me le faire mais peut tu me dire si on peut faire un deo sans bicarbonate et huiles essentielles? Merci

    Répondre
    1. Aude

      coucou ! Sans HE oui c’est possible, sans bicarbonate je ne sais pas. Mais fais bien attention de prendre le bicarbonate du rayon ménage (je trouve qu’il a une tête de sucre glace), plutôt que celui du rayon cuisine qui ressemble à du sel. Tu peux aussi mettre davantage de fécule.

      Répondre
    2. Julie Auteur de l’article

      Ravie que mon blog te plaise! =) Pour en revenir au déodorant, il me paraît difficile d’éliminer à la fois les huiles essentielles et le bicarbonate tout en gardant une efficacité équivalente… Au pire comme le dit Aude, il faut choisir un bicarbonate très doux et minimiser sa dose dans ta recette de déodorant maison =)

      Répondre
  21. Ping : Tops et flops "bio" | Et cr0quer la vie...

  22. Aude

    Merci pour cet article très complet. Quand j’ai vu ta recette, alors que mon déo cracra est bientôt fini, j’ai filé au magasin bio acheter l’huile de coco qui me manquait, affaire à suivre. J’ai une histoire avec des hauts et des bas, les déos sensitive de différentes marques ne valent rien sur moi, je sens le fennec au bout de quelques heures. Le déo spray de Weleda à la sauge est bien, mais je pense qu’il faut être du matin pour apprécier l’inévitable dégoulinure, je n’en ai pas racheté. J’ai aussi testé les déos Melvita, et bien sûr il a fallu qu’ils revoient leurs formules et que les nouvelles me fassent elles aussi sentir le fennec :( En revanche, l’HE de palmarosa a eu un bon succès dans le passé, j’en ai mis dans ma popote :)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Oui franchement le déo qui dégouline moi je ne peux pas, je trouve ça particulièrement désagréable! =/ En revanche, les déos crème… AU TOP! =)

      Répondre
  23. kcyzen

    Waouh super article ! J’aime beaucoup ta façon d’écrire :-)
    Je me sers de temps en temps de la pierre d’alun mais depuis quelques temps, je vois beaucoup de mauvais coms dessus.
    J’ai donc laissé tombé.
    Et je vais me faire un plaisir de fabriquer le mien (enfin le tiens :-D) car ça fait longtemps que je n’ai rien tambouille :-)
    Merci bcp pour cet article bien complet que j’ai pris plaisir à lire :-)
    Évidemment je te suis avec intérêt ! ;-)

    Kat

    Répondre
  24. Tamara

    Bonjour,
    Merci énormément pour cette recette. J’utilise actuellement le Soap walla et j’en suis TRÈS contente. Je vais essayer ta recette mais le fait de le mettre au frigo pour qu’il ne soit pas trop liquide me dérange. Je vais bien sur mettre une cire pour le solidifier mais que penses tu si je rajoute du Dry Touch de chez Aromazone. Y a t il un intérêt??? Bises.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Je ne pense pas que le Dry touch apportera quelque chose, en tout pas pas quelque chose d’intéressant. Le déo n’a selon moi pas besoin d’avoir un toucher sec puisqu’il pénètre très bien dans la peau. Après tu peux toujours essayer pour voir ce que ça donne. Je serais d’ailleurs curieuse de savoir ce que tu penses du résultat! ;-)

      Répondre
  25. rigaud

    Merci bcp Julie pout cette article très complet et enrichissant. Je garde ta recette sous le coude car avec ttes celles proposées je m y perd. Biz

    Répondre
  26. JAZZZMIIINEE

    Hello Julie!
    Ayant trés bientôt terminé mon dernier pot de Schmidt’s, je pensais m’atteler à la fabrication de mon propre déo en suivant ta recette! ;-) Juste une petite question : y a-t-il besoin d’intégrer un conservateur dans la recette? En particulier si on souhaite le garder hors du réfrigérateur? Mais peut-être que la texture exige d’ailleurs d’être conservé au réfrigérateur?…bon finalement c’est en fait 3 questions et non pas uuuunnnneeee!!! quel scandale! ;-) bonne journée, biz

    Répondre
    1. Friendly Beauty Auteur de l’article

      Coucou ma belle!

      Alors pour la recette, je n’ai ajouté aucun conservateur, j’en suis à la moitié du pot et RAS! ;-) Comme tu le sais je mets le mien au réfrigérateur ce qui permet de conserver une texture solide. Si tu le mets en dehors, le déodorant va se liquéfier et sera, à mon sens, moins pratique à utiliser. Et pour le coup, je ne sais pas si tu peux te passer de conservateur. Je pense que oui, surtout si tu ajoutes des HE anti-bactériennes mais je ne peux rien t’assurer. Pour être tranquille et si tu es vraiment désireuse de ne pas le mettre au frais, ajoute un peu de cire végétale lors de la préparation et il restera bien solide! ;-) Dans tous les cas, je dirais que la conservation ne pose normalement pas de soucis si tu as bien pris soin de tout stériliser avant la manip puisque le déodorant ne contenant pas d’eau, la prolifération d’éventuelles bactéries est très fortement réduite! =)

      Bisous bisous!

      Répondre
  27. Lacigale ou la fourmi

    Waouh quel article.
    Une chose m’a beaucoup intéressée: je ne savais pas qu’il fallait un temps d’adaptation pour que le corps s’habitue aux deo bio. Peut-être est-ce pour cette raison que j’avais trouvé le biosecure et le Sanex si peu efficaces?
    Je vais re-tester biosecure que j’avais laissé à moitié plein dans un coin!
    Et je crois que je vais me mettre à cuisiner mon deo.
    Â ton avis, quel ingrédient les labo mettent- ils pour que les deo soient bien solides? Cire d’abeille uniquement?
    Bises ma belle, et je suis ravie d’avoir découvert ton blog!

    Répondre
  28. patsy

    Coucou!!
    Je reviens longtemps après la bataille, juste pour te dire merci pour tes explications et ta recette, puisque je l’ai (enfin) testée, et en fait le plus dur était de réunir les ingrédients nécessaires, mais moi qui ai eu des expériences ratées dans la fabrication de cosmétiques maison, je dois dire que là c’était un jeu d’enfant! J’ai rajouté un peu de cire pour avoir une consistance moins liquide, je n’ai pas utilisé exactement les mêmes huiles essentielles, et depuis une semaine que je le teste mon déo est super efficace, pas cher et on sait ce qu’il y’a dedans! J’aime beaucoup aussi le fait qu’on puisse varier les ingrédients, notamment les huiles essentielles au gré de nos envie…
    Bref je suis enchantée! J’en profite pour te dire que j’aime beaucoup ta chaine youtube et ton blog, merci de nous faire partager ton monde, c’est très enrichissant!

    Répondre
  29. Pauline

    Encore un article très intéressant, je pense faire ta « recette » de déodorant fait maison et je me demande quel conservateur je peux incorporer ? Car je ne trouve pas cela très pratique de le conserver dans le frigo.. Merci d’avance pour ta réponse :-)

    Répondre
  30. Ping : Comparatif de déodorants bio - Eleusis Megara

  31. Laetitia

    Je viens de lire tes deux articles sur les déodorants, ils sont vraiment très intéressants, clairs et complets, merci beaucoup pour ce partage :-) il va m’aider à y voir plus clair, je cherche justement un bon déodorant naturel. J’utilisais une pierre d’alun mais après avoir lu divers articles, je me suis rendue compte que ce n’était peut-être pas la bonne solution…
    Je pense tester le Soapwalla ou le Schmidt’s dans un premier temps, j’ai lu pas mal de bonnes critiques.

    Je tenais également à te dire que ton blog est très agréable à lire, j’aime beaucoup les sujets que tu traites, ce sont souvent des sujets qui me parlent, qui me tiennent également à coeur et tu es toujours très complète, je trouve cela super :-) Je te souhaite de passer une bonne fin de weekend !

    Répondre
  32. Ping : Pourquoi et comment réduire ses déchets dans la salle de bain | Friendly Beauty

  33. Juliette

    Super article !
    Justement je cherchais une recette de déo naturel et la tienne me tente bien !
    Tu dis que l’on peut se passer de l’Arrow Root mais sinon tu penses que cela peut se remplacer par de la maizena, j’ai déjà vu ça sur certains blogs ?

    Merci à toi je découvre ton blog et il est passionnant :)

    Répondre
  34. Liza

    Bonjour Julie,

    Je viens de faire ta recette de déodorant mais une fois au frais, la préparation se sépare. Est-ce normal ou est-ce moi qui ai manqué quelque chose ?
    Merci d’avance pour ta réponse.

    Répondre
  35. Eranthax

    Bonjour Julie,

    Tu es ma sauveuse de dessous de bras ! :)
    Je tenais te le dire !
    Recette validée et adoptée.

    Merci pour ça et tout le reste ….

    Répondre
  36. Aurélie

    Coucou Julie ! J’ai suivi la recette de ton déo maison et il y a le bicarbonate qui se met au fond, est ce normal ? Je présume que c’est normal, mais dois je remuer jusqu’a ce que le mélange durcisse ? Merci d’avance ! Bonne journée !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Ah c’est curieux je n’ai pas ce souci… Tu l’as mis au réfrigérateur pour qu’il refroidisse et durcisse plus vite? Car effectivement, mélanger à la main jusqu’à ce que le mélange durcisse peut être fastidieux et chiant ^^ Et les personnes ayant testé ma recette ne m’ont jamais fait part de ce problème, peut-être que cela vient de ton bicarbonate qui serait trop « lourd »? Je ne sais vraiment pas c’est une hypothèse. Si tu trouves la solution n’hésite pas à m’en faire part! =)

      Répondre
  37. Almost Natural

    Salut !

    Je découvre ton blog aujourd’hui et j’aime beaucoup. Ces derniers temps, j’ai commencé à m’intéresser à tout ce qui est écologique, j’essaye de diminuer au maximum l’impact que j’ai sur la planète et c’est un vrai casse tête.
    J’ai suivis le lien vers l’article de ta consœur les cheveux de mini qui décrit comment le commerce du naturel c’est transformé pour devenir un vrai business lucratif qui nous fait acheter toujours plus et du coup je me rend compte que je suis tombée en plein dedans.
    J’achète toujours plus pour fabriquer mes cosmétiques moi même et finalement, oui, je dois générer encore plus de déchets et je jette constamment des produits à peine utilisés arrivés en fin de DLC.

    En tout cas, merci pour cet article et tous les autres.

    Répondre
  38. Ping : Mes gourous mode et beauté - Peppermint Beauty

  39. Lucie

    Bravo pour le travail sur cet article, c’est hyper intéressant car tu es bien documentée. Je l’ai immédiatement envoyé à ma mère qui utilisait la pierre d’alun mais elle m’a dit avoir déjà arrêté à cause des sels d’aluminium. Pour ma part, je suis passée au déo Weleda 100% huiles essentielles il y a un an et cela me convient parfaitement mais j’ai envie d’essayer de suivre ta recette de déo fait-maison.
    A bientôt!

    Répondre
  40. bibiecherie

    Je suis passée au deo naturel fait maison depuis 3 mois et j’en suis RAVIE. Pourtant, j’étais (et je le suis encore ) exigeante sur la « garantie » qu’il tienne ses promesses… j’utilisais alors un deo trouvé en grande surface mais depuis que je me suis intéressée à la composition des produits. …J ai donc réalisé mon propre déodorant et il est PARFAIT !! (Huile de coco, bicarbonate de soude, talc,maïzena et HE mais facultatif )

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *