Trucs et astuces pour chiner comme une pro

IMG_7692Depuis que la saison des vide-greniers a commencé, je partage toutes mes trouvailles avec vous  sur instagram (grâce au hashtag #dimancheonchine) J’adore chiner depuis plusieurs années maintenant et partager mes butins avec vous cette saison me fait vraiment très plaisir. D’autant que ça vous plaît apparemment beaucoup! Vous avez été plusieurs à me demander des petits conseils en la matière. Je vous les livre donc aujourd’hui.

Chiner peut paraître facile. Cependant, il y a des petites choses à savoir (que j’ai moi même apprises avec le temps) ainsi que des pièges dans lesquels il ne faut pas tomber (que je sais désormais éviter ou presque). Loin de moi l’idée de me considérer comme « une pro de la chine » (le titre de cet article est bien évidemment à prendre au second degré!) Néanmoins, je pense avoir ma petite expérience en la matière qui me permet de vous donner aujourd’hui quelques modestes conseils.

VGOUne tournée des vide-greniers (généralement un dimanche) doit être organisée et réfléchie. Bien sûr, je parle ici de « vraie » chine. De chasse aux trésors si vous préférez. Les personnes qui souhaitent se promener tranquillement ne sont pas vraiment concernées.

La première étape consiste à repérer dans quelles villes / campagnes sont organisées les manifestations. Pour ça, je ne jure personnellement que par ce site internet qui rassemble tous les vide-greniers, brocantes, marchés aux puces en France. Il vous suffit de sélectionner votre région ou votre département et vous aurez alors tout l’agenda des prochains événements. Sur ce point, si vous êtes proche d’un autre département (comme c’est mon cas), il peut valoir le coup d’y jeter un oeil! ;-)

Ensuite, libre à vous de choisir dans quels vide-greniers vous allez vous rendre car vous ne pourrez généralement pas tout faire. De mon côté, j’en sélectionne 5/6 grand maximum, ce qui donne en général 3 le matin et 2 l’après midi. Le mieux est de noter d’une année sur l’autre les vide-greniers qui vont ont vraiment plu. Et croyez-moi, ce ne sont parfois pas les plus grands qui sont les plus fructueux, bien au contraire. J’ai déniché mes plus belles pépites dans des petits vide-greniers, rassemblant parfois une soixantaine d’exposants seulement. Evidemment, si c’est votre première année de « chine », vous ne pourrez vous fier qu’à votre instinct.

VGAutre point concernant l’organisation : établissez un itinéraire via Google Maps. Lorsqu’on veut vraiment chiner et pas juste se promener, il ne faut pas avoir peur de faire des kilomètres. En cas de dimanche chargé, il peut nous arriver de faire plus de 150 bornes… Dans ces cas là, il est évidemment nécessaire de planifier son parcours pour minimiser les pertes de temps et éviter les incohérences de trajet (du genre aller au vide-grenier A puis au B puis au C alors que le C était entre le A et le B).

VGO2Lorsqu’on chine assidument comme je peux le faire presque tous les dimanches, on cherche forcément quelque chose de précis, tout du moins on a nécessairement des choses en tête : un style, des formes, des couleurs… Il y a quelques années, j’avais tendance à m’éparpiller un peu. Résultat, je me retrouvais parfois avec des objets certes jolis et parfois insolites mais dont je ne savais vraiment pas quoi faire.

Le mieux, et je le fais depuis deux ans, est d’établir une wishlist (si vous avez des choses précises en tête bien entendu). Cette année par exemple, je souhaite dénicher : un ventilateur Calor des années 60, un globe ancien, des ustensiles de cuisine en tous genres, un calendrier perpétuel, des cartes de géographie anciennes (de Bretagne si possible), une horloge à poser, un petit meuble de rangement style indu / brocante, des corbeilles à fruits, un miroir triplet à suspendre ou sur pied… (les choses rayées sont trouvées, hiiiii)

IMG_7706Cette wishlist n’est évidemment pas exhaustive puisque l’important est aussi de laisser la place au coup de coeur. Cette année par exemple, je n’ai pas su résister à un porte revues en rotin qui a trouvé toute sa place dans mon salon alors que je n’avais pas du tout dans l’idée d’en chercher un. Mais c’est ça aussi la joie d’une bonne chine : tomber amoureux de pièces auxquelles on ne pensait pas forcément! =)

Dans le cas d’une wishlist bien établie il peut par ailleurs être intéressant de vous renseigner sur le prix des objets recherchés si ceux-ci sont trouvables sur le net (Leboncoin, eBay…) Car trouver l’objet que vous recherchiez tant est une chose, l’acheter deux fois plus cher que si vous l’aviez acquis sur internet en est une autre… De mon côté par exemple, j’avais repéré plusieurs modèles de ventilateurs Calor sur Leboncoin. Ceux qui m’intéressaient étaient grosso modo entre 35 et 60 euros. Avec ces prix en tête, j’ai pu négocier le mien à… 18 euros!

VGPParlons justement de la négociation du prix (habile transition que voilà n’est-ce pas?! ^^) C’est un point parfois épineux qui dépend à la fois de vous et d’éléments extérieurs. Concernant ces derniers, vous ne pourrez malheureusement pas faire grand chose… Si le vendeur vend bien et / ou si l’objet désiré a déjà intéressé quelqu’un, le vendeur aura tendance à vendre au prix fort, parfois sans négociation. A l’inverse, si le stand du vendeur ne rencontre pas un franc succès ou s’il vient de pleuvoir, vous avez toutes vos chances pour entamer une bonne négociation.

IMG_7709Par contre, il y a certains éléments qui vous sont propres et que vous pouvez « contrôler » pour que le vendeur ne soit pas tenté de vous vendre au prix fort. Premièrement, faites attention à vos vêtements. Je sais, ça paraît très bizarre dit comme ça mais je vous assure que le vendeur fixe majoritairement son prix en fonction de la perception qu’il a de vous et de votre budget. C’est quelque part injuste, mais humain. En clair, inutile d’aller chiner avec votre sac Burberry ou Vuitton qui se remarque à des kilomètres ;-)

Deuxièmement, apprenez à contenir votre joie lorsque vous tombez sur LA pépite que vous recherchez depuis si longtemps. Si vous avez la banane jusqu’aux oreilles et sautillez presque de joie sur place, il y a de fortes chances pour que le vendeur fasse « flamber » son prix car il est persuadé que dans tous les cas, vous repartirez avec l’objet sous le bras. C’est un jeu d’acteur en somme! Faites semblant d’être vaguement intéressé (« oui c’est pas mal, un peu abîmé là non? ») et laissez éclater votre joie dans la voiture en faisant la danse du lama (ou du panda à vous de voir hein) ;-)

Troisièmement, faites attention aux tranches horaires. Curieusement, j’ai par exemple remarqué qu’en fin de matinée, les négociations étaient rarement possibles (la faim peut être? ^^) Privilégiez le début de matinée, le début d’après midi et la fin de journée, juste avant que les premiers stands ne commencent à remballer.

IMG_7727Le principe de la négociation est simple : plus le prix est petit, moins grande est votre marge de négociation. J’ai beau être davantage acheteuse que vendeuse (je l’ai été il y a quelques années), entendre des gens négocier des prix à 1,2 ou 3 euros m’agace un peu… (Sérieusement?! Tu veux pas qu’il te le donne non plus ce vase à fleurs?!)

Honnêtement, je ne « marchande » jamais sur les petits prix. On me dit « 3 euros », je prends ou je ne prends pas, point. Au dessus de 7/8 euros, je commence doucement à parler avec le vendeur et à « tâter le terrain ». Un vendeur qui ne souhaite pas négocier se sent à des kilomètres. Si vous souriez, entamez poliment la discussion de manière sympathique et qu’il reste de marbre sans « comportement » réciproque, autant vous dire que ça ne sent pas bon ;-)

Le tout est de trouver un juste milieu entre le prix que vous avez en tête et le prix de réserve de l’acheteur. Tout est une question de « feeling » et d’habitude. Pour mon ventilateur Calor par exemple (oui encore lui!), le prix de départ était de 25 euros. J’ai tranquillement parlé avec le vendeur puis lui ai dit que j’étais éventuellement intéressée par ce modèle (il en avait deux). Comme il m’avait l’air d’être quelqu’un de plutôt « direct », je lui ai demandé sans détour son dernier prix (en sachant pertinemment qu’un vendeur ne le donne presque jamais mais se place 2/3 euros au dessus). Il m’a dit 20, je lui ai répondu que je le prenais à 18. Banco, l’affaire était faite. Evidemment, tout est une question de situation et chaque vente se déroule différemment, celle-ci n’était qu’un exemple.

Voilà, je pense avoir fait le tour de mes petits trucs & astuces de chineuse. Je n’ai pas jugé utile de m’attarder sur les conseils classiques que vous devez probablement déjà connaître (avoir de la monnaie sur soi, prendre des sacs pour ramener ses butins…) J’espère que cet article aura pu vous aider et qu’il vous aura donner envie de vous y (re)mettre.

VGC

27 petits mots

  1. Djahann

    Excellent article ! Moi aussi ça m’exaspère d’entendre des gens pinailler pour quelques centimes ou vouloir faire baisser un prix déjà très bas. Et ça fait mes affaires, car du coup le vendeur leur refuse et hop, j’achète derrière et l’objet convoité est pour moi !

    Répondre
  2. Eliskarea

    Merci pour cet article! ça me donne envie d’aller fouiner dans les « rederies » (oui parce que dans le nord on dit rederie ahah)
    J’aime beaucoup ton blog, bonne continuation !

    Répondre
  3. La fille de l'encre

    Je commence à chiner régulièrement cette saison aussi et j’ai déjà fait des belles affaires ! Par contre, il faut que je me maîtrise, j’ai tendance à afficher le grand sourire :)

    J’ai remarqué que l’hésitation fais souvent baisser les prix et plutôt rapidement. Je prends, je pose, je prends, je pose et j’obtiens comme ça des réduc pas mal :)
    Mais je pense que j’achète encore trop cher, au vu de ce que je vois sur Instagram, il me faut encore de la pratique !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Haha! J’ai mis du temps à me débarrasser de la banane jusqu’aux oreilles moi aussi! Il faut dire que quand on trouve un merveilleux trésor, la joie est si grande qu’il peut être assez difficile de se contenir! ^^ Et oui effectivement l’hésitation fonctionne souvent très bien pour faire baisser un prix! ;-)

      Répondre
  4. des Ô & débats

    J’adore pour la négociation du prix « S’il vient de pleuvoir… » ca sent la bretonne qui parle lol moi je viens d’Arles (13), j’abandonne cette hypothèse vu qu’il pleut 10 jours dans l’année ! ^^

    Merci pour ces conseils, je m’en vais de ce pas sur ton site de Référencement des brocantes ;)

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Haha, exactement! Chez nous, on peut compter sur la pluie qui peut parfois se transformer en allié de taille! =p

      Répondre
  5. Clao

    C’est sympa tous ces conseils ! Ce n’est pas mon truc la brocante pour le moment car j’aurais l’impression de ne repartir qu’avec de l’inutile car je n’ai pas de wishlist en tête. Mais je comprends que ça ait de l’intérêt pour toi !
    Au registre des « tabous » de négociation, je me souviens d’un article (lu où je ne sais plus, désolé) dans lequel l’auteur, qui était passionné de chine et en plus adorait l’art de la négociation, se rappelait quelques années plus tard et encore avec honte et remords de la fois où pris par le jeu de négociation, il avait fait baisser le prix avec un enfant qui vendait ses petites affaires. Plus jamais depuis il n’a négocié avec un enfant, il s’est rendu compte qu’il était allé trop loin. Cela va de pair avec ton point de vue de ne pas négocier les petits prix. Je me dis depuis que si un jour cette passion me prend je pourrai y aller sereinement car j’aurais déja des limites.

    Répondre
  6. Beautylicious

    Ah, je me retrouve bien dans ton article ! Mes parents étant de grands collectionneurs, j’ai été baladée de brocante en brocante depuis toute petite ;)
    J’en fais régulièrement, mais plus pour me promener. Je fonctionne alors au coup de cœur :)
    Tu as fait de belles trouvailles en tout cas !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Ra c’est assez pénible ça… Chez nous il y en a pas mal aussi mais ils sont généralement « mis en évidence » donc je les évite au profit des autres =)

      Répondre
  7. ptitbourriquet

    Coucou,
    j’étais une grande adepte des brocantes dans le nord pas de calais le dimanche matin avec ma moman (c’était notre ptit plaisir du weekend ^^)
    mais depuis quelques mois nous voici dans le Finistère (avec Mr Boubou et Mini-Boubou)
    et je trouve qu’il y en a beaucoup avec peu d’exposants (dans le NPDC on avait l’habitude de faire les brocantes avec beaucoup d’exposants) et quand je vois des brocantes ici avec 40 exposants grrrr
    mais comme tu dis ce n’est pas dans les plus grandes que l’on fait les meilleures affaires
    va falloir que je m’y remette car mine de rien ça me manque ^^
    bisous
    Boubou

    Répondre
  8. Nollaig

    Ah les brocantes, c’est devenue toute ma vie ou presque héhé ! J’ai fais quasiment toutes celle de Rennes en septembre/octobre, et je suis aussi une inconditionnelle de la foire St-Michel de Brest, tellement fatiguante mais on y trouve tellement de choses!
    Pour ma part, je pars à chaque fois à la chasse de fringues (j’en trouve toujours, c’est dingue), de sacs à mains en cuir (j’ai ma réputation auprès de mes copines) et… de cafetières à l’italienne ! Je suis addict de ces cafetières, je sais pas comment ça m’est tombée dessus haha.
    En tout cas je suis ravie de voir que la saison des brocantes en centre-ville recommence bientôt. Je ne peux malheureusement pas me permettre d’utiliser trop l’essence pour aller bourlinguer en campagne tous les dimanches :/ je le ferais quand je serais vraiment motivée héhé ! J’aurais bien aimé de croiser au détour d’une allée, mais dans tous les cas je n’aurais pas osé te parler ^^

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      J’adorerais faire la foire St Michel une année, ça doit vraiment valoir le coup! =) Ah mais si mais siiii il faut oser hein! Je ne mords absolument pas! =D

      Répondre
  9. Florie

    Je me souviens d’un conseil très précieux que m’avait donné la mère d’une amie quand j’étais jeune adulte et que je chinais pas mal pour décorer mon nouvel appartement. J’avais trouvé une estampe japonaise encadrée que le vendeur proposait à 25€ et je n’arrivais pas à me décider quant au prix (si c’était raisonnable ou pas). Elle m’avait dit « combien es-tu prête à payer pour ce produit, toi? Combien vaut-il pour toi? C’est la première question à se poser quand tu as un doute, et la meilleure façon de repartir satisfaite. » C’est un état d’esprit qui m’a suivi depuis pour décider quoi acheter, quoi négocier, je trouve que ça évite en effet cet espèce de doute (« est-ce que je me suis fait rouler? »). Enfin ça ne remplace pas le super truc que tu as donné d’aller voir à combien se négocie l’objet sur internet bien sûr ;)

    Répondre
  10. Flore

    Hello tes conseils sont super ! surtout ppur négocier leprix, chose que je fais rarement (j’ose pas huhu!)
    Mais j’ai déjà vendu et ça m’exaspère les personnes qui négocie des vêtements déjà à 2€ … personnellement quand je vois une robe qui me plait à ce prix la, je fonce et j’essaye pas de négocier qu’elle soit à 1€ !

    Répondre
  11. bull'elodie

    Très complet tes articles =)
    J’adore chiner et on fonctionne à 2 avec mon amoureux. Je repère et lui il négocie (je ne suis pas très douée pour ça). J’utilise le même site que toi et je fais partie des gens qui vont au vide-grenier tôt le matin !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Héhé, travail d’équipe! =D Moi je ne laisse plus l’homme négocier car il y va beaucoup trop fort dès le départ en baissant le prix de manière fulgurante! Résultat : bien souvent, ça braque le vendeur qui refuse purement et simplement de poursuivre la négociation. Alors maintenant, je me charge de tout! ^^

      Répondre
  12. lola rennes

    hello !
    je viens de découvrir ta chaîne youtube et ton blog! j’aime beaucoup « ton style de vie  » Avec mon chéri, on remplace petit à petit les aliments, cosmétiques etc… que l’on a par des produits bio, éthique etc … un vrai bonheur, on réapprend, je trouve, à manger, soigner et laver avec de BONS produits. En plus je viens de voir que l’on habite dans le même département. Nous on est à Guichen ^^ (vers Bruz). voilà ^^
    allez je sens que je vais passer ma journée de RTT à lire ton blog ;D

    @+ et au plaisir de te lire :D

    Répondre
  13. Léa

    Merci pour tes conseils, ça peut être très utile effectivement! J’aimerais bien aller faire quelques vide-greniers lorsque je rentrerai en France :)

    Léa

    Répondre
  14. Mamzelle Emie

    Je suis une grande fan de chine / brocante et vide grenier. J’attend la saison printanière avec une grande impatience , il n’y a pas un dimanche ou je ne suis pas en train de vadrouiller à gauche à droite (si le temps le permet bien sur )

    Répondre
  15. Lulue

    C’est sympas d’avoir quelques conseils comme ça, perso pour le site je vais sur « Brocabrac » et je remarque qu’il est beaucoup mieu fournis que « vide-greniers.org » (pour ma région en tous les cas)
    Après, en vide geniers je ne cherche qu’une sorte d’objet: des figurines que je collectionne, comme ce sont des petits objets je m’en tire souvent entre 20 cents (ça c’est les gens qui les ont sur les bras depuis un moment) et 1€ par figurines donc rien à negocier … le plus interessant c’est quand on tombe sur un lot plus ou moins important … par exemple, une fois un Mr me les faisait 1€/pièce mais vu que j’ai fini par lui en prendre 12, il a bien voulu me faire un prix et je m’en suis tirer à 50 cents/pièce!
    En gros, quand tu achète en lot les prix deviennent beaucoup plus flexibles, ça peut devenir interessant!

    Bref, j’aime beaucoup ta chaine youtube déjà et c’est toujours agréable de te regarder/te lire (et n’etant pas dans le monde Vegan, ça me fait découvrir pas mal de choses)
    Boujoux

    Répondre
  16. Emilie

    Oh très sympa ton article, moi je débute en vide-grenier, ca a commencé l’année dernière doucement mais je me sens toute petite à coté de toi, je n’ai pas encore les bons réflexes et je retiens la wish list, car comme tu dis j’ai tendance à déambuler à trouver des choses jolies à regarder sans regarder et au final je finis un peu frustrée de n’avoir finalement rien trouver!
    Dans mon coin, près d’Aix en provence, je n’ai pas trop trouvé de vide-greniers bien sympa (juste 2 qui m’ont bien emballé la semaine dernière) mais où que je sois je vérifie toujours si y a pas un coin où aller chiner!
    Après c’est juste un peu la place à la maison qui manque mais ca je crois bien que c’est pour tout le monde!
    Merci en tout cas pour cet article (oh et je découvre ton chouette blog et hop! abonnée à la newsletter! :o)

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *