Premier hiver avec notre poêle à granulés | Avis & conseils

Le printemps arrive tout doucement, les températures se radoucissent et René, notre poêle à granulés, a désormais suffisamment été étrenné pour que je puisse vous en parler en détails. Vous avez été nombreux.ses à me poser des questions à son sujet lorsqu’on l’a fait installer en août dernier. Pourquoi un poêle à granulés? Comment on l’a choisi? Est-ce qu’on en est contents? Tant de questions auxquelles je vais répondre aujourd’hui tout en vous donnant un avis le plus éclairé possible.

Commençons par le commencement :

—   P O U R Q U O I   U N   P O Ê L E ?

Initialement, on chauffait la maison à l’électricité, principalement par le biais de radiateurs à inertie fluide. On a fait le choix de changer notre mode de chauffage et d’opter pour un poêle pour trois raisons qui sont, par ordre de priorité : le confort, les économies, et l’écologie.

Un peu égoïstement, le confort était donc notre motivation première. Disons les choses comme elles sont : un poêle, c’est clairement plus chaleureux qu’un radiateur électrique #2salles2ambiances ^^ Et puis la diffusion de la chaleur est également différente. Avec un poêle elle est plus homogène, plus diffuse, bien plus qu’on ne l’aurait imaginé d’ailleurs.

Après le confort, venait l’envie de faire des économies sur le long terme. Et j’insiste sur ce “long terme”. Je reviendrai également plus bas sur la question du prix mais il faut savoir qu’un bon poêle coûte assez cher, cette notion étant néanmoins toute relative et dépendante de votre budget. Il coûte cher à l’achat bien sûr, mais il ne faut pas non plus oublier les dépenses annuelles : l’achat de bois ou de granulés, et le nettoyage.

On termine enfin par l’écologie qui, bien qu’arrivant en dernier dans nos motivations, n’est pas négligeable à mon sens. Je n’ai pas fait les calculs exacts mais entre la consommation de nos 6 radiateurs électriques et celle de notre poêle à granulés d’une puissance maximum en fonctionnement de 110 W (400 W à l’allumage), comme dirait l’autre, y’a pas photo. Sachant que la majeure partie de l’électricité en France est fournie par les centrales nucléaires, un poêle qui en consomme peu est forcément plus avantageux côté impact environnemental. Au delà de la problématique liée à la production électrique, il y a aussi celle des émissions de CO2. Pour 1kWh de chaleur utile, elle est de 33 g avec les granulés contre 180 g avec l’électricité, soit plus de 5 fois supérieure (Source).

—   P O U R Q U O I   U N   P O Ê L E   À   G R A N U L É S ?

C’est une question qu’on a eu un peu de mal à trancher à la maison, je dois bien l’avouer. Entre le poêle à bois et le poêle à granulés, mon coeur a balancé plusieurs mois. Tandis que David était convaincu par le second, j’étais tout de même emballée par le charme et l’esthète du premier. C’est très subjectif mais je trouve la majeure partie des poêles à granulés assez laids. Disons que leur manque de pieds, présents sur les poêles à bois et faisant partie intégrante de leur charme à mon goût, conjugué à leur taille parfois massive façon “gros bloc”, ne me plaisaient pas. Certaines marques essaient de faire des efforts en développant des formes arrondies, en jouant avec le contraste des matières (la pierre, la fonte, la céramique…) ou en y faisant graver des motifs… Ahem, comment dire… Je trouve que c’est pire! =X

Au delà de l’esthétisme, c’est aussi l’indépendance vis-à-vis de l’électricité qui me plaît avec le poêle à bois. Si une panne électrique survient pendant plusieurs jours en plein hiver, on n’a aucun soucis à se faire.

Enfin, le poêle à bois me semblait un peu plus écologique que le poêle à granulés, puisqu’avec ce dernier, il faut ajouter la production des granulés et leur ensachage, la plupart du temps dans des sacs en plastique.

Cependant, après mûre réflexion, j’ai laissé de côté mes envies de “charme ancien” en entendant les arguments de plusieurs professionnels. Celui qui a le plus pesé dans la balance est l’impossibilité d’une programmation. En clair, avec le poêle à bois, vous partez pour un petit week-end le vendredi soir, vous rentrez le dimanche en fin de journée, il fait un froid de gueux chez vous, à moins que vous ayez missionné votre chat pour remettre du bois. Je grossis le trait bien sûr mais c’est à peu près ça ^^

Deuxième argument, plus “technique” cette fois : le poêle à bois a un rendement un peu moins intéressant que le poêle à granulés. On appelle rendement la part de la chaleur totale produite qui est restituée pour chauffer votre intérieur. Par exemple si le rendement est de 50%, cela signifie que la moitié de la chaleur produite est restituée. Tandis qu’une cheminée traditionnelle à foyer ouvert a un rendement faible de 10 à 20% (qui implique donc que 80% de la chaleur produite est perdue), les poêles ont un rendement bien plus élevé : de 50 à 80% pour les poêles à bois, et de 80 à 95% pour les poêles à granulés. 

Enfin, et c’est ce qui a achevé de me convaincre, le système des granulés est tout de même bien plus pratique au quotidien : pas de bois à couper et / ou à stocker (on y reviendra plus bas mais les granulés prennent évidemment beaucoup moins de place) et, visiblement, moins de poussière dans la maison d’après ce que j’ai pu lire ici et là.

Même si on n’a pas fait ce choix, je vous en touche deux mots : il existe des poêles mixtes / polycombustibles : mi-poêle à bois, mi-poêle à granulés. Ils ont le mérite d’assurer une autonomie électrique et donc un fonctionnement même en cas de coupure, mais on a écarté cette possibilité  pour plusieurs raisons de notre côté : les modèles sont extrêmement imposants et souvent plus chers car plus techniques. 

—   P O U R Q U O I   C E   P O Ê L E   À   G R A N U L É S ?

Une fois d’accord sur le poêle à granulés, il a fallut choisir la marque et le modèle. Comme dit plus haut, l’esthétisme était très important pour moi #LARELOU. Vous avez peut-être l’impression que j’insiste là dessus mais il faut bien se dire que le poêle fait partie intégrante de votre intérieur, ce n’est pas un petit radiateur blanc qui “se fond” dans la masse. Une fois qu’il est installé, il est installé, ce n’est pas comme un tableau qu’on peut décrocher ;-) Je voulais donc trouver un modèle qui corresponde à mes goûts et qui s’accorde à notre décoration intérieure : un poêle rectangle, noir, sobre, sans fioritures, gravures ou que sais-je encore, et avec une vitre d’une belle taille pour que l’on puisse pleinement profiter de la flamme.

En parallèle, j’avais personnellement très envie d’opter pour une marque française. J’avais notamment repéré Hoben et Alpen Wood. Avec cette dernière, on a même du 100% made in France, du corps de chauffe jusqu’aux cartes électroniques, ce qui est loin d’être le cas la plupart du temps. Mais on a aussi le prix qui avec… Budget oblige, j’ai dû revoir cette exigence à la baisse (et en même temps les modèles de ces deux marques ne m’enthousiasmaient pas plus que ça).

Finalement, après visite d’un showroom, on a craqué sur un modèle de la marque Jøtul (le PF 931 S), leader norvégien de la fabrication de poêles et cheminées. C’est d’ailleurs l’une des plus anciennes entreprises sur ce “créneau” (elle a été créée en 1853, autant vous dire que les mecs savent de quoi ils parlent et ce qu’ils font) ;-) Ce qui m’a plu chez eux : ils font de la fonte un matériau de choix, matériau que j’apprécie moi-même énormément de part sa longévité et sa robustesse.

On l’a choisi parce qu’on le trouvait beau, parce qu’il rentrait dans notre budget, mais aussi parce qu’il “cochait” toutes les caractéristiques désirées et correspondant à nos besoins :

 un tubage vertical avec sortie par le haut. Initialement, on était séduits par le système de ventouse à l’arrière du poêle, avec une ouverture dans le mur le plus proche (autrement dit on ne voit pas le tubage). Mais les retours lus et ici et là et les divers avis de professionnels nous ont incités à préférer l’option plus “conventionnelle” du conduit, et en particulier avec sortie par le dessus du poêle. Celle-ci a un avantage de taille : elle permet de placer le poêle un peu plus près du mur (à une douzaine de centimètres) et donc de gagner de la place dans la maison.

 Une convection naturelle + une ventilation débrayable. Les poêles à convection naturelle sont silencieux, la diffusion de la chaleur se faisant par rayonnement, sans recours à un ventilateur. Les poêles ventilés permettent quant-à eux de diffuser la chaleur plus rapidement grâce à un ventilateur. Le modèle qu’on a choisi propose les deux et répond donc à toutes nos attentes : travaillant à la maison j’ai parfois besoin de silence et me contente donc de la convection naturelle; mais pour chauffer toute la surface de la maison on a absolument besoin du ventilateur qui permet de “souffler” la chaleur jusqu’à l’étage.

 Un tiroir à cendres d’une grande capacité. C’est un point auquel on ne pense pas forcément, je trouve, lorsqu’on prévoit d’acheter un poêle à granulés alors pourtant qu’il a son importance si l’on ne veut pas devoir le vider quotidiennement. Celui du modèle que l’on a choisi est suffisamment grand et nous confère une autonomie de vidage entre chaque nettoyage (tous les 4 jours environ).

 Un poêle labellisé Flamme Verte, un label indicatif de la performance énergétique et environnementale d’un appareil de chauffage au bois. Pour faire court, la charte Flamme Verte classe les appareils en fonction de leur rendement énergétique et de leur émission de CO2 dans l’atmosphère; et leur délivre, en fonction, des étoiles, le classement allant de 1 à 5. Et seuls les appareils obtenant 4 ou 5 étoiles sont éligibles à la labellisation Flamme Verte. Le gros avantage de ce label : il permet de bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique de 30% sur le montant TTC de l’appareil (dans la limite de 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple), ce qui est loin d’être négligeable. Néanmoins, je ne sais pas si le dispositif est toujours d’actualité, n’hésitez donc pas à vous renseigner auprès d’organismes comme l’ADEME.

—  C H O I S I R   E T   S T O C K E R   L E S   G R A N U L É S

Quels granulés choisir? Vaste question que voilà. Qui n’a pas de réponse unique. J’imagine que tout dépend de vos attentes, votre budget, vos convictions, etc… Il existe plusieurs certifications en la matière : DIN Plus (certification allemande), NF granulé biocombustible (certification française) et EN plus (certification européenne). Sachant que, par exemple, des granulés fabriqués en France peuvent tout à fait porter la certification DIN Plus.

De notre côté, pour ce premier hiver, on a décidé de faire confiance à Breizh Pellet, une entreprise locale qui fabrique des granulés à partir de produits connexes issus de scieries bretonnes. Elle propose deux types de granulés : une gamme 100% résineux certifiée DIN Plus (en sacs plastique) et une gamme 70% résineux / 30% feuillus certifiée NF (en sacs papier). On a opté pour la première, en achetant directement une palette de 65 sacs que l’on stocke au garage. Ce qui me chiffonne : les sacs en plastique évidemment…

Je vous en avais parlé dans cet article, on était très tentés par la gamme de granulés contenus dans des sacs en papier mais, malheureusement, Breizh Pellet ne fait pas de vente directe et aucun des distributeurs proches de chez nous ne propose cette option. Et puis les granulés craignant l’humidité et notre garage étant très mal isolé, pas sûre que les sacs en papier permettraient de les conserver correctement tout un hiver…

Reste l’option du vrac qui nous séduit énormément mais qui n’était pas envisageable pour ce premier hiver. On y réfléchit donc sérieusement pour le prochain et on envisage de faire l’acquisition d’un silo qui nous permettrait de nous passer complètement de sacs, qu’ils soient en plastique ou en papier.

Par ailleurs, on se dirigera sûrement vers une autre marque de granulés. Je ne vous cache pas qu’on a lu ici et là de nombreux retours très négatifs sur Breizh Pellet ces dernières semaines, de la part de personnes qui, comparativement à d’autres granulés, ont trouvé que ceux-ci produisaient énormément de poussière et encrassaient par conséquent bien plus rapidement la chambre de combustion du poêle. Ne pouvant pas comparer de notre côté, on ne sait pas trop quoi en penser… En choisissant une autre marque l’hiver prochain, on pourra se faire notre propre opinion.

Est-ce qu’une palette suffit pour un hiver? Difficile encore une fois de répondre à cette question, tant elle dépend de l’usage que l’on fait du poêle, de la rigueur de l’hiver et donc de la région dans laquelle vous habitez, etc… Nous sommes fin février et il nous reste une dizaine de sacs. Nous en manquerons probablement sur la fin, on en rachètera quelques uns jusqu’à ce que la douceur du printemps soit bien installée.

—   P R E M I E R   H I V E R ,  P R E M I E R   A V I S

Une chose est sûre : nous sommes on ne peut plus ravis de la présence de René à la maison ;-) Ce premier hiver avec lui a été largement à la hauteur de nos espérances, tant le confort est tout bonnement inégalable comparé aux chauffages électriques. Et puis un poêle a un côté chaleureux et cosy plus qu’appréciable dans un intérieur.

Pour l’aspect “économies” dont je vous faisais part au début de l’article, il est clair qu’à long terme on s’y retrouvera, mais ça va prendre un peu de temps (puisqu’il faut bien sûr “rentabiliser” le coût d’achat et d’installation du poêle). À vue de nez, je dirais qu’on va en avoir pour 300 € de granulés par hiver. Aux granulés s’ajoute le nettoyage annuel fait par un professionnel, qui tourne autour de 150 €. On est donc loin de notre facture globale annuelle d’électricité qui monte en général autour des 1200 / 1300 €. Certes, le chauffage électrique ne représente pas à lui seul la totalité de cette somme, mais selon mes calculs sa part est d’environ 60%, soit 750 €, c’est-à dire 300 € de plus que ce que le poêle va nous coûter par an. Sachant qu’à tout ceci s’ajoute bien sûr l’aléa de la panne ou du dysfonctionnement nécessitant réparation.

Bien qu’on soit pleinement satisfaits de notre poêle, avec le recul, j’ai envie de “nuancer” un tout petit peu la chose et de vous donner en même temps quelques petits conseils.

D’abord, on ne s’attendait pas forcément à ce que le nettoyage une à deux fois par semaine nous prenne autant de temps. C’est David qui s’y colle et il met environ 30 minutes à tout faire : vider le tiroir à cendres, enlever / aspirer la cendre qui s’est déposée un peu partout, nettoyer les 2 vitres avec du journal… Ça paraît peu 30 minutes, mais quand vous rentrez d’une journée de boulot fatigante, que vous n’avez qu’une envie – vous installer sur le canapé pour profiter de votre poêle – mais que celui-ci doit être nettoyé, la flemme arrive vite ;-)

Sur ce point on vous conseille très chaudement d’acheter un aspirateur à cendres qui vous fera gagner du temps. C’est un tout petit investissement (le nôtre a coûté une trentaine d’euros) pour un gain de temps plus qu’appréciable.

Ensuite – et là c’est un peu plus “problématique” – on a du mal à chauffer l’étage de la maison alors pourtant que celle-ci a une surface de 100 m2 et que la puissance de notre poêle permet en théorie de chauffer 230 m2. Grosso modo, pour pouvoir arriver à une température qu’on estime correcte dans les chambres (19° degrés), on doit chauffer à bloc en bas et pousser la ventilation au max pendant 1 heure ou 2. En somme, pour avoir 19° en haut, on a 25/26° en bas, et avec – par conséquent – une belle différence de ressenti quand on monte se coucher…

On s’y est habitués et ça ne nous gêne pas plus que ça mais c’est vrai qu’on n’avait pas forcément réfléchi à ce point lorsqu’on a choisi l’emplacement du poêle alors qu’aujourd’hui ça nous semble évident : il est dans un coin du salon et, l’escalier étant éloigné, la chaleur a du mal à monter. Donc si vous prévoyez d’installer un poêle chez vous, et que vous souhaitez vous passer complètement de chauffages électriques à côté, prenez le temps de réfléchir à son positionnement dans la maison par rapport au volume de chauffe ;-) (Ah et dernier détail qui me semble évident mais je vous le dis quand même : oubliez les portes fermées. Porte fermée = pièce non chauffée)

Enfin, je terminerais par quelques petits conseils en vrac :

– Suivant le modèle choisi, la prise en main du poêle peut être complexe. Je ne vous cache pas qu’avec le nôtre, je me contente du strict minimum côté réglages la journée et c’est David qui s’occupe des programmes tant ça me paraît compliqué ^^ N’hésitez surtout pas à demander une démo en bonne et due forme lorsque votre poêle est installé, elle vous est due.

– Si possible, ne choisissez pas sur catalogue et déplacez-vous dans un showroom pour voir le poêle “en action”. Non seulement, ça vous permettra de vous rendre compte de son volume et de la place qu’il prend, mais, SURTOUT, vous pourrez vous rendre compte du bruit qu’il fait. C’est un point qui me semble important, en particulier si vous travaillez à la maison.

– Rentrez toujours un ou deux sacs d’avance à l’intérieur, ça évitera un petit “choc” de température au moment du remplissage et amoindrira l’humidité des granulés, même si elle est minime.

Voilà, je pense avoir fait le tour de la question, et cet article étant déjà suffisamment long, il est temps que j’arrête de bavarder ;-) J’espère en tout cas qu’il vous sera utile. N’hésitez pas si vous avez des questions, l’espace commentaires est fait pour ça. Idem si vous avez des partages d’expérience avec le poêle, qu’il soit à bois ou à granulés, des conseils de marques, etc…

Liens utiles : Guide de la maison écologique // Quelle énergie

56 petits mots

  1. Audrey

    Coucou Julie,
    Merci pour ton article qui est vraiment très complet. Nous avons aussi un poêle à granulés, enfin plutôt un insert de la marque MCZ (une marque italienne), il a été installé par un artisan de notre région, et nous avons aussi le problème de la tonne de sachets plastiques que nous sommes obligé de jeter, car nous utilisons un sac de granulés pour 1 jour 1/2, donc je te dis pas les sachets qui s’entassent :(
    Sinon nous avons aussi été séduit par la chaleur hyper agréable, le temps de chauffe est hyper rapide avec la ventilation, mais je trouve vraiment très bruyante, nous pouvons aussi couper la ventilation, mais effectivement la chauffe n’est plus aussi optimale, surtout que nous avons une installation qui permet de chauffer le rdc et par ventilation l’étage, mais aussi une partie de la cave avec un conduit spécial ce qui demande une ventilation minimum si nous voulons que la chauffe se propage aux pièces de la cave. Au niveau de l’économie, nous devons encore faire nos calculs car pour le moment depuis octobre nous avons commandé pour 600 € de granulés et ils nous en reste pour environ 1 mois. C’est effectivement un gros investissement, mais à rentabiliser sur le long terme. Après le confort d’un poêle est vraiment top, rien à voir avec un chauffage Electrique gaz ou autre.
    Voilà mon retour quant à notre expérience avec le poêle à granules.
    Très belle journée à toi, j’espère qu’elle l’est aussi ensoleillée que chez nous en Alsace :)

    Répondre
    1. catherine

      Bonjour , je venais vous dire que moi j avais résolu le problème des sacs vides , j ai une poubelle de porte , et bien il font pile la taille , je les recycle donc ainsi .

      Répondre
      1. Julie Auteur de l’article

        Merci Catherine! =) C’est aussi ce que l’on fait à la maison, mais quand on produit peu de déchets on n’a pas forcément besoin d’une grande quantité de remplaçants aux sacs poubelle. Et vu le nombre de sachets utilisés en un hiver… Ce n’est pas forcément LA solution à mon sens, d’où notre envie d’opter pour le vrac.

        Répondre
  2. Gwenaelle

    Bonjour, merci pour cet article hyper complet! La question d’un poêle ne se pose pas du tout chez moi mais chez mes parents, on avait un poêle à bois et le bruit du bois qui brûle et qui craque me manque! Par contre les grosses araignées qui se baladaient dans les buches qu’on devait rentrer, nettement moins!

    Répondre
  3. Hélène Goelen

    Merci Julie pour cet article complet. Je me questionne sur l’éventualité de passer au poêle à granulés, vu qu’un conduit est installé dans mon appart déjà. Ton retour et tes conseils sont précieux.

    Je ne suis pas certaine que ce soit très adapté pour mon appart atypique (un duplex dans lequel la pièce de vie est à l’étage et la chambre en bas) mais j’aimerai tellement retrouver le confort de la flamme.

    Belle journée à toi et merci pour tes articles et ton travail de manière général (je ne commente pas beaucoup, shame on me, mais je te suis assidûment)

    Répondre
  4. Camille

    Merci Julie pour cet article que j’attendais avec grande impatience et comme d’habitude il est très complet :)
    Petite question : avez vous du coup fait enlever vos radiateurs ou gardez les vous ”au cas ou’ ‘

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Hello Camille! Nous en avons seulement enlevé un qui gênait le nouvel agencement du salon. Sinon on les a laissés “au cas où”, pour ne pas se retrouver sans chauffage si jamais un dysfonctionnement survient au niveau du poêle =)

      Répondre
  5. Julie

    Bonjour Julie,
    Très bel article, bien détaillé.
    Pourtant, je pense que tu as omis un point essentiel : l’isolation de ton habitation. Pour moi, elle est primordiale quand tu installes un poêle (c’est malin, maintenant je t’entends dire “poaile” à chaque fois ;-)).
    Pour te situer l’environnement : j’habite en Alsace, dans le massif vosgien, dans la forêt (ça fait trou perdu comme ça, et bien c’est le cas #Jhabiteuncoinpaumé ;-)). J’ai pour unique moyen de chauffage un poêle à granulés pour une surface à chauffer de 115m² sur 2 niveaux. Nous avons déjà eu jusqu’à -20°C certains hivers.
    On nous avait carrément déconseillé un poêle à granulés si la maison n’était pas suffisamment isolée, car dans ce cas la consommation devient excessive et il devient très compliqué de rentabiliser l’achat du poêle.
    Nous avons construit notre maison, donc nous avons pu contrôler chaque étape afin d’obtenir un label BBC nous garantissant une isolation performante qui entraîne une économie d’énergie, dans le but d’avoir un impact écologique le plus faible possible. Ce qui fait que nous dépensons entre 350 et 400€ par année (étant donné cet hiver particulièrement doux, cela devrait diminuer).
    Autre cas : mes parents ont profité d’un crédit d’impôts pour isoler par l’extérieur leur maison des années 80, ainsi que leur toit. Ils avaient déjà fait de grosses économies sur leur facture de gaz, mais depuis qu’ils y ont renoncé au profit d’un poêle à granulés, ils sont riches (je plaisante, hein !).
    Alors ma question est : comment est isolée ta maison ? Le toit en particulier est la première cause de déperdition de chaleur : 30% à lui seul ! Ceci est peut-être une piste à explorer en ce qui concerne ta difficulté à chauffer l’étage. Même si tu n’as pas le même climat que moi en Bretagne, cela à son importance…
    J’espère ne pas t’avoir ennuyée (et d’ailleurs j’avais déjà laissé un commentaire sous un autre de tes articles sur la maison), mais c’est un sujet qui m’a passionné durant la construction de ma maison et me passionne toujours, car je suis persuadée que c’est aussi un moyen de lutter contre le dérèglement climatique.
    Belle journée à toi !
    Bisous

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup Julie! Effectivement j’ai complètement oublié d’en parler alors que comme tu dis, c’est un point essentiel. De notre côté nous n’avons aucun problème d’isolation, la maison a été rénovée il y a quelques années et on est allés vérifier sous le toit pour évaluer une éventuelle déperdition : RAS ;-) Je pense juste que comme dit dans l’article, le poêle n’est pas extrêmement bien placé.

      Répondre
  6. Marine

    Merci Julie pour cet article. Je voulais savoir comment tu protégeais tes appareils électriques dans ta maison comme le poêle pour éviter que tes lapins ne s’en approche. As-tu des techniques, conseils ?

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Je n’ai qu’un seul conseil : aucun fil électrique ne doit traîner ^^ On a surélevé certaines prises pour être sûrs de ne pas avoir de dégâts / d’accidents. Et quand ce n’est vraiment pas possible (pour notre lampadaire par exemple), on a placé une gaine en plastique sur le fil.

      Répondre
  7. Nadine

    Juste un petit (GROS) détail que vous oubliez. J ai une maison ossature bois et charente maritime, 6kw, ç est OK. Mais le détail, en cas d absence et si personne pour recharger le poêle, vous faites comment. Nous partons assez souvent en période d hiver, et je regrette mon ancienne maison avec chaudière condensation gaz pilota le à distance. Jamis de coupure chauffage. La quand nous partons, ç est convecteur électrique pour palier au poêle à pellets. Sur ce point de vue, je regrette notre choix et nous cher chons un palliatif pour nos absences, certainement poêle à gaz avec citerne externe

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Un poêle à granulés tient plusieurs jours sans problème sans qu’il soit besoin de le recharger en granulés, sauf à dire que vous chauffez votre intérieur à 20° en votre absence ce qui est parfaitement inutile…

      Répondre
  8. STÉPHANIE

    Bonsoir, votre article est très bien fait.
    J’ai également un poêle à granulés depuis 8 ans, marque PALAZZETTI, et j’en suis très satisfaite.
    Concernant les granulés, après avoir testé la plupart des marques disponibles près de chez moi , il vaut mieux utiliser 100 % résineux et la marque PIVETAU est pour moi la meilleure.
    Bonne soirée

    Répondre
  9. Pauline

    Merci Julie pour cet article super complet ! Je suis encore locataire, mais l’idée d’un poêle plus tard me fait bien envie, surtout pour l’aspect chaleureux ! Ton article est parfait pour commencer à y réfléchir et peser les pour et les contre.

    Répondre
  10. stephane

    Bonjour
    Très bon article.
    Installateur depuis plusieures années un poêle à granulés ne s’achète pas n’importe où.
    Vérifiez bien aussi le RGE de l’installateur pour avoir droit à crédit d’impôt et aux primes énergie.
    Il existe aussi des poêles hybride bois/ granulés par exemple l’ADURO H1 qui à un succès.
    Choisissez toujours un poêle de marque reconnue.

    Répondre
  11. Fabrice

    Je change mon poêle à bois pour un mixte ADURO H2 et il est pas très onéreux et fonctionne a distance avec électricité et si coupure fonctionne comme un poêle à bois , merci pour votre retour très complet, mais moi aussi j’ai eu les mêmes réflexions et questions , mais j’ai trouvé le bon compromis vers un mixte , car peur de la coupure électrique en Bretagne et surtout c’est mon seul moyen de chauffage

    Répondre
    1. stephane

      Bonjour
      Le H2 est la déclinaison du H1 sans vitres latérales.
      C’est un bon poêle il faut juste qu’il soit installé par un pro référencé chez ADURO.
      C’est vrai il coûte le même prix qu’un poêle à granulés de marque italienne.
      Fonctionnement simple.
      Bonne continuation.

      Répondre
  12. Expert

    Bonjour,
    Jotul, “expert” du bois peut-etre, mais pas du granulés car il font sous traiter la fabriquation, pas du tout expert en granulés, rapport qualité prix pas au rendez vous.
    Mcz, premiere marque en france et en europe, constructeur numero 1, rapport qualité prix et plateforme de SAV, a vitam eternam.
    Le granulés c’est bien avec une bonne marque et un bon professionnel de la technique, a bon entendeur…. Salut

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Si vous le dîtes… Je suppose que vous avez essayé et éprouvé un Jotul pendant plusieurs années avant de vous forger cet avis…? A bon entendeur ;-)

      Répondre
  13. Degand

    Coucou Julie. Merci pour cet article .que j attendais impatiemment. Au vu de ton retour, je suis toujours aussi perplexe. La coupure d électricité me fait peur le bruit également et si en plus on produit des déchets de plastique . Et j ai un peu peur de la maintenance électronique. Mon coeur balance vers le poêle à bois mais on coupe des arbres ….. Bref je vais encore réfléchir.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Oui, rien n’est simple… =) La coupure électrique est effectivement le gros point noir je trouve… Mais il faut aussi pouvoir stocker le bois… Bref, comme tu le dis, ça mérite réflexion ;-)

      Répondre
  14. Vercelly

    Votre article contient une très grossière erreur. Vous dites : en cas de panne d’électricité pendant une heure ou plusieurs jours, pas de problème.
    Moi je dis en cas de panne d’électricité cela pose problème puisqu’un poêle à granule fonctionne avec un raccordement électrique.

    Mais ceci dit j’utilisé depuis cet hiver ce mode de chauffage et j’en suis très satisfaite car en plus d’être écologique j’ai un confort et je réalise une forte économie par rapport à mon ancien système de chauffage.

    Répondre
    1. Ophélie

      Elle parlait des poêles mixtes, bois + granulés. Donc s’il y a une panne, le côté poêle à bois prend le relais.

      Répondre
  15. Mathiilde

    Merci pour ton article hyper complet et intéressant ! Nous n’avons pas encore de maison mais pour plus tard je voudrais un poêle et j’étais partie sur un poêle à bois mais du coup ça me fait réfléchir !! Merci ;)

    Répondre
  16. Quintard william

    Personnellement nous avons installé un insert a pellets il y a 5 ans.Nous en sommes très satisfait.Il fonctionne d’environ de 9h00 à 20h le réglage est a 18 degrés dans une maison bien isolée et nous avons entre 20 et 22 degrés. Pour la nuit la chaudière a gaz est réglée a 16 degrés et nous avons une température de 16 à 17 degrés a l’étage, ce qui largement suffisant pour dormir.En ce qui est du contrôle celui ci se fait non pas tous les ans mais tous les 1 tonne de pellets.Nous,nous en consommons environ 35 sacs par an puisque le feux ne fonctionne que ĺa journée. Panne possible,bougie d’allumage que nous avons du remplacé recemment,pour un coût de 140 euros y compris le déplacement. Merci Julie pour cet article.A oui j’oubliais nous habitons dans le nord.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ce retour, c’est intéressant! =) Je note pour le contrôle tous les 1 tonne et non tous les ans ;-)

      Répondre
  17. Plust

    Merci pour ton retour.
    Chez nous, ce sera un poêle à bois, parce que nous refusons de dépender de l’électricité.
    L’indépendance est la question la plus centrale. C’est dommage de mettre un poêle et d’être tributaire de l’électricité.
    Je veux pouvoir chauffer ma maison ou une bouilloire, quelles que soient les circonstances.

    Pour le rendement, il “suffit” (mais cela nécessite pas mal de recherches et réflexions en amont), d’installer un poêle de masse. Ainsi, la chaleur est diffusée plus longtemps, plus largement.

    Enfin, les granulés vont fortement augmenter dans les années à venir, si bien que ça va finir pas ne plus être aussi économique.
    C’est vrai que la corvée du bois n’est pas forcément réjouissante, mais au moins, c’est plus stable!!

    En tout cas, ton article me permet de conserver mon choix. Merci .

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton commentaire! =) C’est vrai que ça n’a pas été un choix facile pour moi non plus ;-)

      Répondre
  18. Seb

    Sympathique article complet…voir très complet.

    Quelques remarques. Je suis un particulier et je fais toutes mes installations moi même, y compris le réglage des paramètres “installateur” des poêles a granulés.

    Première remarques, l’énergie économisé est l’énergie qu’on ne consomme pas. Il convient donc de réfléchir et investir sur l’isolation des logements plutôt que sur tel ou tel système de chauffage performant.
    Lorsque cela n’est pas possible facilement sans tout casser biensur.

    Seconde remarque :on peut réfléchir a sa façon de vivre pour utiliser son chauffage efficacement, économiquement et confortablement.
    L’idée est pourquoi chauffer si fort, pourquoi tout le temps… Pourquoi vouloir être en tee shirt?
    Quand je lis que certains chauffent leurs maison pendant leur absence… Intérêt ? Je sais comment vous allez justifier mais c’est une erreur.
    La façon de chauffer tourne autour de la notion d’inertie des bâtiments mais aussi de la température ressentie (et non affichée au thermomètre).
    La plupart des maisons n’ont pas d’inertie (isolation intérieure). Dans ce cas inutile de chauffer en cas d’absence.
    Bref, mettre un sweat, baisser la température, ne pas chauffer les pièces inoccupées (chambre d’ami)…

    Troisième remarque: bien concevoir sa maison pour minimiser le système de chauffage. Pièces bien Orientées, vitrage triple ou double selon orientation, inertie des bâtiments, volume, forme cubique…

    Quatrième remarque : non le système de chauffage n’est pas le Graal et tout ne tourne pas autour. Je suis surpris quand je vois une pompe a chaleur dernier cri, une chaudière granulés performante, une chaudière gaz a condensation … Pour un tarif de 10000 a 20000€ dans une maison standard ou ancienne !

    Cinquième remarque : non le poêle à granulés n’est pas la solution ultime a vos économies. Il possède de l’électronique, des pièces mécaniques… Donc des risques de panne car il possède une technologie pointu de fonctionnement (parfois plus de 40 paramètres de fonctionnement). Selon les modèles, il peut faire du bruit que certains trouvent gênant, il faut en être conscient et pas tombé des nu.

    Sixième remarque : oui un poêle a granulés a besoin d’électricité pour fonctionner (moteur d’extraction des fumées par exemple). Oui il ne marche plus si il y a une coupure… Mais comment fonctionne les autres chauffages, tous avec de l’électricité !!! Gaz, fuel, rayonnant… Tous ont besoin de jus… Sauf poêle a bois! Donc le pb d’électricité est identique pour tous.

    Septième remarque : vous voulez tout … Mais sans contraintes… Impossible ! Vous ne voulez pas de poussière, pas de bruit, vous voulez du confort, programmable, pas cher, sans rien faire, économique… Bref il faut se rendre a l’évidence… Il faut faire des concessions.

    Huitième remarque : Purée mais arrêter de prendre au pied de la lettre les informations qui circulent : la pompe a chaleur c’est super, la granulés c’est top, le gaz propre… Renseignez vous, comparez, partagez, gardez votre esprit critique. Les vendeurs de poêles a granulés vous vendent ce qu’ils veulent, tous les arguments seront en finale orienté pour eux… Oui oui désolé pour les pros.
    Croyez vous qu’un poêle et installation peuvent valoir un prix aussi important (6000/8000€)? Exemple: Rosy extraflame 2300€ chez Leroy pinpin, 950€ directement en Italie livré devant la maison.
    Votre installateur Margera de 1300€ juste pour vous fournir le poêle…

    Neuvième remarque : crédit d’impôt… 30% de quoi ? Le prix a été gonfle artificiellement juste par crédit d’impôt. Sans aide les entreprises aurait eu des tarifs de 30% ou 40% inférieur… Donc non vous n’êtes pas gagnant.

    Final: Isolez, modifiez votre façon de vivre, modifiez votre façon de chauffer… La vous vivrez bien, confortablement et économiquement.

    Seb

    Répondre
    1. Marjorie

      Bonjour Seb,
      L’article de Julie est très intéressant.
      Votre commentaire tout autant. Dommage que l’on sente un peu trop de “colère” dans votre écrit…
      En effet cela rend sa lecture moins agréable alors que vos remarques sont à mon sens très pertinentes :)
      En tout cas merci d’avoir pris le temps de partager tout cela avec nous, j’avoue que je vais piocher dans plusieurs de vos conseils :)
      Bonne journée

      Répondre
  19. Caroline

    Tombée par hasard sur cet article, je me permets de donner mon expérience et avis sur le poêle à granulés…
    Acheté en 2010 sur les conseils de notre installateur (nous étions partis pour un poêle à bois mais le côté programmable nous a fait changé d’avis), après 9 hivers voilà mon avis :
    – petit poêle mais qui prend de la place, pas hyper joli (je rejoins l’avis de l’article à ce sujet) et qui perd ses couleurs avec le temps
    – le stockage des granulés prend moins de place que le bois mais pas question de les mettre dehors donc il faut quand même de la place en intérieur et des sacs de 15kg à porter… il vaut mieux ne pas avoir mal au dos !
    – à l’époque on n’avait pas le choix entre ventilation et pas de ventilation donc un appareil très bruyant tout le temps… qu’est ce qu’on est bien l’été !
    – si panne d’électricité plus de chauffage… donc quel intérêt ?!
    – entre le prix du poêle, de l’installation plus tous les ans les granulés, le ramonage et l’entretien… on est bien loin de rentabiliser notre achat pour chauffer une pièce… car en ce qui nous concerne il ne permet pas de chauffer l’étage.
    – et bien évidemment après plus de 8 ans d’utilisation, une bougie changée à 140 € et surtout depuis 2 ans des arrêts du poêle car il faut changer la carte mère… 600 €… donc on change les réglages régulièrement pour qu’il ne s’arrête pas mais on ne peut plus programmer une température et donc avec le temps clément en ce moment on monte très vite à 24-25 degrés sans pouvoir le baisser (à moins de l’éteindre mais dans ce cas on sent vite le frais qui arrive) et donc bien sur on consomme beaucoup plus de granulés !

    Donc vous l’avez compris pour nous c’est changement de système de chauffage très bientôt… on espère qu’il tienne jusqu’à la fin de l’hiver et même si c’est pas écolo ce sera chauffage électrique. En plus le seul côté positif du poêle à granulés (en ce qui nous concerne) c’est le côté programmable que l’on aura aussi sur un bon chauffage électrique !

    J’espère ne pas avoir plombé l’ambiance ;) mais je pense que tous les avis sont intéressants à prendre !!
    En tout cas merci pour cet article.

    Répondre
    1. Caroline

      J’ai oublié un point important aussi le nettoyage régulier à faire… il faut l’arrêter… donc plus de chauffage pendant ce temps là… il faut ensuite attendre qu’il refroidisse un peu… et après pour moi c’est un petit quart d’heure de nettoyage que l’on a pas toujours envie de faire !! Et bien sûr il faut penser à l’achat d’un aspirateur de cendres…
      Voilà cette fois-ci je crois que j’ai fait le tour :)

      Répondre
      1. Seb

        Plus de chauffage… Un chauffage arrêté 30 mn ou 1 h n’a aucune influence sur sur le confort/température. L’inertie d’une maison même minime pâli a son arrêt.

        Poêle a granulés ou non la situation est la même avec tout moyen de chauffage.

        Le nettoyage effectivement doit être fait à froid par sécurité.

        Répondre
        1. Caroline

          Je m’attendais bien a une réaction a ce sujet et je suis bien d’accord que ce n’est pas en une heure que la maison se refroidit :)
          Ceci dit il n’y a pas de nettoyage régulier avec un chauffage électrique, non ? C’était surtout ce côté contraignant que je voulais souligner.

          Répondre
          1. Seb

            Vous avez raison , on peut estimer le nettoyage comme une contrainte.

            Mais je vais relativiser pour les neophytes. Le nettoyage consiste a aspirer les cendres, défaire les plaques métalliques de fond, nettoyer la vitre (pas obligé non plus … ) Et ça en fonction durée d’utilisation.

            Mon poêle chauffe 140m2… Nettoyage 1 fois par semaine a raison de 15 ou 20mn quand j’oublie pas! Bon quand on voit plus la flamme…

            Mais l’électrique reste l’installation la moins cher, fiable et sans entretien aucun.

    2. Seb

      En lisant votre commentaire on pourrait penser que l’analyse de la situation lors de l’installation aurait permis de détecter que la configuration de votre maison ne permettait pas de chauffer l’ensemble de votre bien.
      Un point de chauffage ne permettra jamais de chauffer entièrement une maison… Sauf a concevoir la maison pour (disposition des pièces).
      Sur ce point le pb était assuré.

      Pour le bruit, effectivement cela peut être gênant… sauf a entrer dans les paramètres constructeurs pour modifier la vitesse d’extraction des fumées/pellets/ventilation…
      Il y aura toujours un bruit ne serait ce que le bruit des pellets qui tombent… Et ça il faut le prendre en compte des le début.

      Pour le bruit lors de l’extinction, tout est paramétrable pour diminuer le bruit et le faire oublier.

      Répondre
    3. Julie Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ce retour complet Caroline, c’est intéressant de lire un avis “à froid”, après plusieurs années d’utilisation. Serait-il possible de savoir quelle est la marque de votre poêle? =) Bonne soirée.

      Répondre
  20. Caroline

    Vous avez tout à fait raison pour l’installation et il n’était prévu de chauffer l’étage avec le poêle de toute façon. Mais je soulignais surtout le prix pour chauffer une pièce !
    Pour les réglages il m’arrivait effectivement de modifier la vitesse de ventilation mais il (l’installateur) m’avait conseillée de ne pas le laissait trop longtemps avec ses réglages… ou peut-être avait-il peur que je fasse n’importe quoi avec les réglages… Je ne suis qu’une femme après tout ! Je plaisante bien sûr.

    Répondre
    1. Seb

      Pas de problème .
      Si vous avez payé cher pour chauffer une pièce et que vous revenez sur votre choix, c’est malheureusement que le choix de départ n’était pas adapté.

      Je suis embêtant, mais 80% des situations liées (notamment sur les poêles a granulés) a des mécontentement sont du fait d’un mauvais choix en général (mal renseigné, mal conseillé surtout) et d’un appel du marketing ou communication bien ficelé.
      C’est encore pire avec les pompes a chaleur !

      Bonne installation électrique !

      Répondre
  21. Stéphanie

    Bonjour. Votre article est étonnamment complet ceci dit j’aimerais savoir combien votre poêle vous a coûté en électricité pour cet hiver.

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Il est impossible de le savoir… A moins d’avoir un circuit électrique spécialisé pour le poêle seul et un sous-compteur spécifique…

      Répondre
  22. Schellino

    Bonsoir Nous avons un poêle à pellet depuis 4 mois
    C’est très économique par rapport à une climatisation réversible Il est vrai que la maison est neuve et de plain pied
    Nous avons 120m2 habitable et nous habitons dans le 06
    Le poêle fonctionne 3h le matin et 3h le soir car la mi son est bien isolée
    En bref nous sommes ravis
    Martine et Pierre

    Répondre
  23. Julie

    Coucou Julie, merci pour ce post très intéressant. Nous avons acheté notre maison il y a quelques mois et nous devons refaire toutes les pièces. Là nous allons attaquer la pièce à vivre, ton retour tombe pile poil :-)
    Je suis également en pleine inspiration déco et ta bibliothèque en “marches” est très jolie. peux-tu me dire où tu l’as trouvée stp?
    merci par avance
    Belle journée

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Coucou Julie! C’est une bibliothèque en chêne massif que j’ai trouvée sur la boutique en ligne Decoclico. Pas donnée du tout (c’est la petite en plus, elle existe aussi en plus grand) mais on en est ravis, elle est vraiment de super qualité =)

      Répondre
  24. MARIANNE

    Bonjour bonjour, ici la maîtresse d’école. Je n’ai pas d’habitation à moi, et donc nullement le projet d’investir dans un poêle à court terme, mais je te lis comme d’habitude avec beaucoup d’intérêt :)
    Cependant, je n’ai pu m’empêcher de relever une petite coquillette quand tu parles de “la rugosité de l’hiver”, je pense que tu veux parler de la rigueur de l’hiver (à moins que les hivers bretons soient rugueux … j’avoue ne pas être une spécialiste de la météorologie :p). Voilà, la maniaque peut dormir sur ses deux oreilles :D
    PS: (pour les 5000€ et le cookie proposés par la super boîte qui te réquisitionne pour un placement de produit, n’oublie pas de demander un cookie vegan hein ;)

    Répondre
  25. Maeva @ Cook A Life! by Maeva

    Merci Julie pour cet article détaillé, les pour et les contre et malheureusement le fail de l’emplacement du poêle par exemple qui pourra servir à d’autres. Je suis en appartement et toujours locataire donc la question ne se pose absolument pas dans l’immédiat mais je garde ton article – que j’ai tout de même lu – en favori pour si un jour je suis propriétaire d’une maison… Bises

    Répondre
  26. Stéphanie

    Bonjour Julie.
    Merci pour ce bel article. Mon conjoint rénove une vieille ferme lorraine et nous avons deux poêle à bois. Nous y habitons les weekend pour l’instant et c’est clair que ça pèle grave quand on arrive. Ce qui m’embête le plus c’est de devoir chercher chaque jour un stock de bois dans la grange. Bon c’est monsieur qui s’en charge. Le fait de mettre de bois régulièrement est devenue une habitude et ne me gêne plus. Et c’est vrai qu’un feu de bois c’est beau !
    La lessive à la cendre ne te tente pas ? Cela fait plus d’un an je crois que je n’utilise presque que cette lessive. Presque parce que le linge blanc grisaille un peu, donc j’utilise du percarbonate de temps en temps. Et du savon pour les tâches.
    Après avoir lu cet article, je vais sur youtube regarder la dernière vidéo du duotofu, vive le dimanche !

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.