Deux ans avec Rosa | Update

En novembre 2017, je vous parlais pour la première fois de Rosa, aka ma rosacée sous sa forme papulo-pustuleuse (rougeurs + petits boutons blancs). J’avais commencé à remarquer des rougeurs sur mes joues au printemps 2017 mais je m’étais dit que c’était passager et dû à un choc émotionnel subi quelques semaines plus tôt. L’été est arrivé et ça n’a fait que s’aggraver, avec l’apparition de petites pointes blanches, appelées pustules. Et là je me suis dit : “on a un souci” ;-)

Quelques petites recherches m’ont très rapidement permis de faire un auto-diagnostic qu’il m’est apparu essentiel de faire confirmer par ma dermatologue. Et je ne m’étais pas trompée, la rosacée avait bel et bien décidé de s’installer, sans prévenir.

En 2 ans, j’ai essayé pas mal de choses et changé plusieurs fois de routine soins. Avec le recul, je sais désormais ce qui fonctionne, ce qui fonctionne moins, et ce qui ne fonctionne pas du tout sur ma peau. Et je me suis dit qu’il était intéressant que je vous fasse un petit bilan à l’écrit en vous détaillant par la même occasion ma routine actuelle (avec en prime un petit comparatif – marqué par un ➤ – avec tous les soins que j’ai pu utiliser ces deux dernières années).

Premier constat sans appel : au delà des soins, l’alimentation a un rôle clef dans l’évolution de ma rosacée. D’une manière générale, l’état de notre peau reflète notre alimentation. Comme je vous l’avais expliqué dans un très vieil article dédié au brossage à sec, la peau est un émonctoire (même si ce n’est pas le principal), ce qui implique que par son biais, sont évacués toutes sortes de toxines accumulées dans le corps. Je pense que vous l’avez très certainement remarqué de votre côté : une alimentation trop riche en gras, en sucre, et en produits raffinés, induit quasi à coup sûr une peau qui brille et / ou un teint brouillé et / ou des boutons, etc…

De mon côté c’est flagrant : si je mange trop épicé, si je bois un peu trop d’alcool (oups), ou bien si j’abuse sur le gluten et autres aliments pro-inflammatoires, Rosa n’est pas DU TOUT contente, et les rougeurs et échauffements sont amplifiés. Bon, il faut dire aussi que j’ai déjà “un terrain” sensible à l’acidité et à l’inflammation, donc c’est un peu la suite logique.

Résultat : même si je ne me prive pas, j’essaie de faire un minimum attention et de basifier mon alimentation le plus souvent possible : beaucoup beaucoup de légumes, de la verdure, moins de céréales, etc…

Côté soins maintenant, je pense avoir trouvé ma “routine de croisière”. Moi qui me contentais volontiers d’un mélange d’huiles végétales il y a quelques années, j’ai dû accepter que le minimalisme dans la salle de bain, c’est bien mais pas forcément adapté quand on a des problèmes de peau. Et avec ma peau mixte (normale à tendance grasse sur la zone T, normale à tendance déshydratée sur les joues) combinée à Rosa, je me suis rapidement rendu compte qu’il fallait mettre les bouchées double niveau hydratation, un besoin que les huiles ne peuvent pas directement combler. Alors j’ai fini par accepter l’idée de cumuler un peu plus de produits, quitte à arriver à une routine bien plus complète que celles mises en place auparavant.

Côté nettoyage de la peau, j’utilise actuellement la gelée moussante peau nette de la gamme Trio zinc de Novexpert*, une marque dont je vous ai déjà parlé à moult reprises. Comme indiqué par cette dernière, la gelée nettoie sans dessécher et purifie sans décaper. Tout ce qu’il me faut en somme. Sa mousse n’est pas très dense – ce que j’apprécie – et elle a une petite odeur fraîche très agréable. Elle ne laisse aucune sensation de tiraillement après nettoyage.

Depuis que Rosa s’est installée, j’ai utilisé : le nettoyant doux hydratant Pai, la gelée noire nettoyante La Canopée et le gel nettoyant oOlution*. Tous m’ont plutôt bien convenu et j’aurais du mal à choisir entre les quatre… Je garderais peut-être la gelée moussante Peau nette Novexpert pour son prix “doux”, elle a vraiment un excellent rapport qualité / compo / prix.

Il m’arrive d’être flemmarde et de ne pas avoir envie d’effectuer toute ma routine soins le soir. Dans ce cas, je prends tout de même le temps de me débarbouiller le visage avec l’eau lactée apaisante 3 en 1 Phyt’s et un coton lavable (je l’utilise aussi pour me démaquiller les yeux, même si je me maquille de plus en plus rarement). Malgré son prix un peu élevé, j’aime beaucoup ce produit que je trouve très doux avec la peau. Qui plus est, il est très bien formulé avec en début de composition de l’aloe vera, de la glycérine et de l’huile d’amande douce, soit des actifs hydratants, nourrissants et apaisants de choix. Sa texture est à mi-chemin entre une lotion aqueuse et un lait démaquillant et son odeur très douce et fraîche.

Après le nettoyage, je vaporise systématiquement une lotion ou un hydrolat qui permet d’apaiser la peau et de la préparer à l’application des soins ultérieurs. En ce moment, j’utilise l’eau florale de camomille matricaire Kosmika*, une marque artisanale découverte avec grand plaisir en début d’année (je vous avais fait un unboxing en vidéo). Connue pour soigner les peaux atypiques, irritées et inflammées, elle répond parfaitement aux besoins de ma peau souffrant de rosacée et a trouvé toute sa place dans ma routine. Et j’aime beaucoup son odeur à la fois fleurie et herbacée.

Depuis que Rosa s’est installée, j’ai utilisé : la brume au magnésium Novexpert*, la lotion Exyma Ballot Flurin*, la lotion lotus & fleur d’oranger Pai*, et d’autres hydrolats en tous genres (camomille romaine, menthe poivrée…) La brume était chouette mais pas exceptionnelle. La lotion Ballot Flurin à la propolis blanche a été une vraie révélation. Idéale pour les peaux hypersensibles à tendance atopique, elle soulage instantanément les tiraillements et l’effet “coup de chaud” de la rosacée. Je l’ai vraiment beaucoup aimée. Néanmoins, j’ai trouvé que le flacon est descendu extrêmement vite, dommage… Quant-à la lotion Pai, elle est très douce et a une odeur incroyable mais je la trouve tout bonnement hors de prix. Un hydrolat adapté et de qualité reste à mon sens une très bonne option, plus économique qui plus est. Je préfère personnellement mettre plus d’argent dans les soins que j’applique ensuite qui, contrairement à une lotion, ont bien plus d’impact sur la peau.

Côté soins justement, je cumule sérum hydratant + soin local + crème à laquelle j’ajoute de l’huile le soir. J’avais clairement sous-estimé la nécessité d’un bon sérum hydratant lorsque Rosa a pointé le bout de son nez. Le fait est que ma peau se porte bien mieux depuis que j’ai intégré cette étape. J’ai les joues qui se déshydratent tellement facilement et rapidement qu’un sérum “désaltérant” n’est absolument pas facultatif.

J’utilise en ce moment le sérum Back to life hydration de Pai*, un soin très onéreux que, pour être honnête, je ne me serais pas risqué d’acheter moi-même de peur d’être déçue (même si je ne le suis que très rarement avec cette marque). La composition est top, la texture très légère et fluide, l’odeur discrète mais agréable, et – surtout – l’effet hydratant est bien au rendez-vous. Ma peau le boit littéralement et la sensation de confort perdure durant plusieurs heures, ce qui est très appréciable.

Depuis que Rosa s’est installée, j’ai utilisé : le sérum booster à l’acide hyaluronique Novexpert et le sérum hydratense à l’acide hyaluronique CHO*. J’ai utilisé les deux avec plaisir mais je vous l’ai déjà dit, j’ai une nette préférence pour le premier qui a, selon moi, un rapport qualité / quantité d’acide hyaluronique / prix absolument imbattable. Il reste un budget, je le concède volontiers, mais j’en ai descendu au moins 4/5 flacons à la maison depuis que je l’ai découvert il y a quelques années, c’est dire à quel point je l’apprécie. Le sérum Pai étant plus cher, même s’il me convient bien, je pense repartir ensuite sur le sérum Novexpert.

Pour ce qui est du soin local, je vous en ai déjà parlé, j’applique sur mes joues la crème capyl Phyt’s, un soin destiné à apaiser les rougeurs localisées. Vous aviez été plusieurs à m’en dire du bien et je n’ai pas été déçue puisqu’intégrée dans ma routine, elle calme énormément mes “coups de flush”, ces sensations d’échauffement imprévues fort peu agréables. C’est un soin qui agit visiblement sur la micro-circulation cutanée grâce à des ingrédients de choix (vigne rouge, cyprès et marron d’Inde). Rien qu’à son odeur, on sent que ça “dépote” ;-) Comme je vous l’avais dit il y a quelques semaines, je ne me vois pas m’en passer aujourd’hui.

Enfin, en soin “final”, j’utilise en ce moment la crème Rougeur Protect de Delarom, qui est une marque que je connais peu mais la composition de ce soin en particulier m’a semblé très correcte. Surtout, j’avais envie de l’essayer pour voir si ses résultats étaient aussi satisfaisants que ceux de la crème apaisante Pai, que j’aime énormément mais dont le prix est bien plus élevé. Après quelques semaines d’utilisation, je dois dire que je suis un peu déçue. Malgré une texture légère, ma zone T a tendance à briller au bout de quelques heures. L’odeur, agréable au début, est devenue assez incommodante au fil des utilisations. Et, surtout, je ne vois pas de réelle efficacité du côté des rougeurs. Du moins, je pense que ce soin n’apporte rien de plus par rapport à la crème Capyl que j’applique localement sur les joues juste avant.

Depuis que Rosa s’est installée, j’ai utilisé : le fluide douceur hydro-biotique Novexpert*, la crème apaisante à la camomille et au rosier sauvage Pai. Comme dit plus haut, et comme je vous l’ai répété à maint reprises ces derniers mois, cette dernière est un vrai coup de coeur de mon côté. Malgré son prix, je n’hésiterai pas à la racheter une fois terminée la crème Delarom qui ne lui arrive pas à la cheville. La crème Pai a une composition exemplaire et un effet visible sur ma peau. Avec la crème Capyl, c’est vraiment un de mes alliés de choix pour calmer Rosa.

Le soir, j’ajoute systématiquement deux gouttes d’huile à ma crème pour nourrir ma peau pendant la nuit. Au début de ma rosacée, je m’étais concoctée un mélange huileux que j’appliquais seul. Erreur. Aujourd’hui, je sais que ça ne fonctionne pas sur ma peau. D’une manière générale, les peaux souffrant de rosacée ne peuvent être comblées uniquement par des soins huileux car généralement, une certaine déshydratation accompagne la rosacée. Or, les huiles, si elles scellent l’hydratation en la retenant dans la peau, n’apportent pas d’eau, seulement du gras. D’où le fait que je combine désormais crème + huile.

J’alterne entre deux soins huileux suivant mes envies : le sérum L’or vert Kosmika* et l’huile Serenity Mono Oils*. La seconde est gorgée d’actifs anti-inflammatoires et apaisants – notamment la camomille bleue -, permettant d’apaiser les irritations, de réduire les rougeurs, de booster la cicatrisation et d’équilibrer la peau. C’est un soin luxueux très agréable à utiliser mais aussi très cher.

A choisir, j’avoue lui préférer le sérum L’or vert, véritable bijou de la cosmétique artisanale française. Sa composition, certes moins exotique, n’en est pas moins extrêmement riche, saine et intéressante : 13 plantes précieuses (achillée millefeuille, immortelle, lavande, camomille romaine, tanaisie annuelle, etc…) sont combinées à des huiles végétales ou macérâts nourrissants et apaisants (bourrache, noyau d’abricot, calendula). J’apprécie énormément son odeur à la fois fraîche et fleurie et son prix – plus doux – est parfaitement justifié à mon sens. Enfin, j’apprécie l’effet “rebondi” qu’il donne à ma peau au petit matin.

Voilà donc comment se compose ma routine de soins quotidienne. Je suis loin de la simplicité à laquelle j’aspire habituellement dans la salle de bain mais j’ai appris à écouter ma peau et à comprendre ses besoins. Comment est-ce que je juge de l’efficacité de ma routine? Quand je m’y tiens, ma rosacée est largement contenue. Alors que quand je fais ma fainéante et que je n’applique rien sur ma peau un jour sur deux, celle-ci me le fait bien savoir ;-)

Au delà, et comme dit en début d’article, l’alimentation joue un rôle clef et agir de l’intérieur est toujours bien plus efficace que tous les soins dermo-cosmétiques du monde. Aussi ai-je commencé une cure des fameux compléments alimentaires de la marque Aime, dont beaucoup vantent les louanges ici et là sur les réseaux. Et pour cause, Mathilde, la fondatrice, a longtemps souffert de rosacée sous une forme particulièrement sévère. Je ne vous cache pas que je fonde donc beaucoup d’espoir dans cette cure, en particulier vu son prix.

Je suis actuellement sur la fin de mon flacon Pure Glow, destiné à nettoyer la peau et à calmer l’inflammation, à raison de 2 gélules par jour. J’entrerai ensuite “dans le vif du sujet” avec French Glow qui convient plus particulièrement aux peaux sèches ou atopiques ou souffrant de rosacée.

Je ne suis pour l’instant pas en mesure de vous donner un avis complet et éclairé sur cette cure, ne l’ayant pas terminée. Néanmoins, je peux déjà vous dire que depuis quelques jours, les effets de Pure Glow sont visibles : ma peau semble plus nette et plus unifiée. Les débuts sont donc prometteurs, j’espère que la suite le sera tout autant, je vous tiens évidemment au courant ;-)

Pour conclure, j’avais envie de vous parler de l’aspect plus “psychologique” de la rosacée parce qu’il n’est que très rarement évoqué. On parle beaucoup de l’acné qui n’est pas le meilleur moyen de booster la confiance en soi. Mais la rosacée n’est pas mal non plus dans son genre. Et je sais que vous êtes quelques un.e.s à me lire, à en souffrir, et à essayer de la masquer chaque jour avec du maquillage.

Personnellement, je ne suis pas particulièrement complexée par Rosa. Mais je comprends parfaitement les personnes qui ne sont pas aussi “sereines”. Avoir un gros flush et devenir rouge tomate lors d’un rendez-vous professionnel, c’est tout sauf agréable… Ici, c’est davantage l’inconfort physique qui me chagrine, tant les sensations d’échauffement et de tiraillement sont parfois très désagréables.

Je suis donc contente d’avoir trouvé une routine qui me convienne et, surtout, d’avoir trouvé des valeurs sûres auprès de marques naturelles, malgré des prix parfois assez élevés. C’est un petit investissement que je n’hésite pas à faire et pour l’instant, cela me réussit plutôt bien. En 2 ans, Rosa ne s’est pas aggravée, j’aurais même tendance à dire qu’elle est en légère récession depuis quelques temps.

Si vous souffrez de rosacée, que vous avez un budget serré et que tambouiller un tout petit peu ne vous dérange pas, pensez aux produits bruts : un hydrolat adapté (comme celui de camomille matricaire présenté plus haut); un mélange aloe vera + glycérine végétale comme sérum très hydratant; et une crème neutre à laquelle vous pourrez par exemple ajouter des huiles essentielles d’immortelle ou de cyprès pour booster la microcirculation cutanée (attention aux contre-indications et dosages, je vous renvoie à cet article).

Dans tous les cas, pour l’instant, je ne pense à aucune autre option, qu’elle soit médicamenteuse ou “chirurgicale”. Vous avez été plusieurs à me parler du laser et ce n’est absolument pas une solution que j’envisage. Mais encore une fois, je comprends les personnes qui font ce choix ou qui le projettent.

J’espère sincèrement que cet article vous sera utile. Si vous souffrez de rosacée, n’hésitez pas à partager en commentaires votre expérience, vos retours, vos astuces, les produits qui ont bien fonctionné sur vous, etc… Je vous embrasse!

* Produits reçus pour test

14 petits mots

  1. BILLET Virginie

    Aloha ma belle !
    Voici un article bien construit et une belle réflexion sur tes ressentis.
    Je dis très souvent ” qu’il faut écouter sa peau” ! je lis parfois le doûte voire pire dans les yeux de mes interlocuteurs -trices (lol) mais c’est pourtant ainsi que je fonctionne pour moi depuis des années …et pour mes clientes aussi !
    Bisous maritimes

    Répondre
  2. dinafarang

    Merci beaucoup pour ton article Julie, je le garde précieusement en référence pour y revenir lorsque je me mettrai à une routine naturelle.
    Pour l’instant j’ai ce qui ressemble à un mix rosacée / dermite séborrhéique suite à l’arrêt d’un traitement hormonal que j’ai pris depuis l’adolescence pour de gros problèmes de peau et de cheveux justement… il faut donc que je confirme avec ma dermatologue, mais les traitements classiques antibio, crème occlusive etc ne me tentent pas beaucoup, puisqu’à l’arrêt on se retrouve au point de départ, et même pire. Côté alimentation, il se trouve que je suis en plein régime sans ‘fodmap’ pour traiter une candidose, donc je suis au max de mes possibilités en réduction de sucre ! qu’est ce que ce serait sinon !!

    Répondre
  3. Sophie Labrousse

    Merci Julie pour cet article!
    Je souffre aussi de rosacée et quand je teste un nouveau produit c’est vraiment la lotterie…
    Je ne sais pas si tu l’as testé mais l’huile BioRegenerate de Pai sauve ma peau à chaque fois (j’en suis au 6-7ème flacon…) et en général je suis fan de Pai.
    J’ai aussi hâte de me procurer les compléments Aime (dès que j’aurais les sous haha)!

    Répondre
  4. Mounia

    Merci pour cet article particulièrement riche et intéressant. J’ai l’impression qu’on parle très peau de la rosacée, du coup ça fait plaisir de lire un article aussi bien fourni.
    J ai exactement les mêmes soucis que toi avec une rosacée Papulo pustuleuse (et une peau mixte ). J’ai pris des notes sur ce que tu propose et voir ce que ça donne chez moi.
    Il y a une chose que J ai utilisé et qui est assez efficace sur les rosacée, c’est l’huile essentielle d’helychrise italienne. Elle est carrément adapté pour ce pb de peau. Même si l’odeur n’est pas folichonne, elle est hyper efficace et atténue les rougeurs.
    Mounia

    Répondre
  5. DEL BIANCO Veronique

    Bravo pour votre blog que j’ai découvert il y à quelques mois, je suis fan ! J’ai testé plusieurs fois divers produits présentés sur ce blog et je dois dire que la plupart du temps j’ai été satisfaite et j’ai même eu de vrais coups de coeur, mais honnêtement qui peut se payer ce genre de routine journalière (7 produits qui sont la plupart assez onéreux) pas la majorité des femmes qui vous suivent à mon avis. Personellement le seul produit efficace qui calme ma rosacée rest Rozex (qui est malheureusement un médicament)
    En tout cas continuez avec votre humour et votre franc parler, c’est toujours un plaisir de vous lire.
    Véronique

    Répondre
  6. Marie

    Comme toujours je trouve ton article très intéressant et bien construit. Étant naturopathe, je ne peux qu’adhérer à ta vision: une belle peau se construit d’abord de l’intérieur (alimentation et gestion du stress). Et adopter une routine de soins naturels lui apporte un vrai confort.
    Personnellement je préfère le double nettoyage (huile puis gel nettoyant). Mais le nettoyant de Pai est un vrai doudou pour la peau, je l’utilise plutôt l’hiver. Ensuite un bon hydrolat est essentiel pour rétablir le pH cutané. Souvent j’associe Camomille et Géranium, et parfois Rose et Cassis (cette association donne une odeur de lytchee…).
    J’ai utilisé plusieurs sérums hydratants (CHO nature, Pai, Evolve…), et en ce moment je teste ceux de chez Typology, nouvelle marque française de clean beauty dont j’apprécie le concept (et les prix). Pour la crème je reste fidèle à Pai (géranium et carthame), pour les huiles de soin j’ai été enchantée par la Serenity de Mono oils. J’ai également eu la chance d’essayer des baumes comme le Blue Cocoon de May Lindstrom ou le Rare Indigo de Mahalo. Ils sont très efficaces, mais 182€ pour 50g, c’est indécent!! D’autant qu’ils sont plutôt faciles à dupliquer en home-made. L’important est d’utiliser de belles huiles essentielles, comme celle de Tanaisie (je déconseille celle de chez Aromazone, la qualité n’est vraiment pas top). A ma routine visage je rajouterais juste les masques hydratants à utiliser ponctuellement.
    Merci encore pour ton article. Une suite avec une routine cheveux serait super…

    Répondre
  7. morgane C

    Coucou Julie,

    Malheuresement aucune crème ou aucun changement d’alimentationn ne sera bénéfique sur ta couperose, ce que tu as à priori.. contrairement à la rosacé sur laquelle en effet tu peux jouer avec les produits et l’alimentation. Il ne s’agit que des vaisseaux dilatés, de manière définitive, donc apart les détruire au laser, le reste ne sert à rien.. et pour voir des personnes toutes les semaines qui en font.. ya pas photo.. bien sur, il faut refaire 1x/an mais pour 50 euros la séance euh.. pourquoi s’en priver ?

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      As-tu bien lu l’article…? Je souffre bien de rosacée dans sa forme papulo-pustuleuse et non de couperose, cela a été confirmé par une dermatologue… Qui plus est, le laser n’agit pas sur le problème en tant que tel, il agit sur les symptômes, à quoi bon ne pas s’intéresser directement à la cause même si elle est difficile à cerner? ;-) Pour l’instant ce n’est donc absolument pas une option que j’envisage.

      Répondre
  8. Marie-Laure

    Coucou Julie,

    Un chouette article, merci! Je ressens aussi depuis qq mois le besoin d’hydrater ma peau en plus de la nourrir. Je suis fan de sérum hydratant maintenant. Surtout que depuis 2 mois, je me suis résignée à suivre un traitement pour mon acné hormonal qui me gâchait “la vie” depuis qq années.
    Bisous

    Répondre
  9. Anna

    Bonjour Julie,

    Merci pour ton article, très utile quand on souffre comme toi, de rosacée. J’ai deux petites questions à te poser : utilises-tu tout de même la crème Pai le soir (mélangée à de l’huile végétale) bien qu’il s’agisse d’une crème de jour ? Utilises-tu encore l’huile essentielle d’helychrise italienne dont tu avais parlé dans l’une de tes vidéos consacrée à Rosa ? De mon côté, je l’utilise un soir sur deux mélangée à de l’huile végétale et elle calme mes rougeurs.
    Merci encore pour cet article fort utile, je crois que je vais tester la cure Aime !

    Répondre
  10. Axelle

    Bonjour Julie,

    Je te remercie pour cet article très complet qui va bien m’aider…on vient de me diagnostiquer une rosacée et là je dois revoir ma routine complète donc tes informations tombent à point nommer.

    Répondre
  11. SuzieM

    Hello Julie, point de rosacée sur mes joues mais une peau qui est devenue sèche et déshydratée avec quelques imperfections, petit budget oblige, j’ai du attendre un peu avant de pouvoir me concocter une jolie routine et j’ai d’ailleurs suivi tes avis et recommandations pour cela. J’utilise donc une petite brosse pour nettoyer mon visage, dont tu avais parlé il y a quelques temps maintenant, avec un savon Clémence & Vivien au charbon, puis une sérum HydroBoost de Lavera et une crème Weleda pour les peaux sèches et sensibles. J’ai eu la chance de recevoir une miniature d’une mousse nettoyante à la vitamine C de Novexpert que j’aime beaucoup et qui me donne envie d’essayer le nettoyant dont tu parles ! Merci pour tes conseils et tes partages, bisous ♥

    Répondre
  12. Less is More

    Bonjour, merci pour cet article ! sujet très controversé et mal connu que la rosacée. La dermatologue m’a aussi diagnostiqué cela. Enfant j’avais déjà de la couperose. Je suis étonnée que les produits du commerces te conviennent car pour ma part, ma peau est intolérante à tout. La moindre crème, qu’elle soit de super qualité bio, faite maison ou de pharmacie me rend la peau très rouge et accentue le problème. Les huiles essentielles et les huiles ne me correspondent par car accentuent la rougeur et les comédons.Les eau florale ou thermale me dessèchent la peau.
    Chaque peau est différente, c’est sûr. Sur moi, l’alimentation n’a pas changé la problématique.
    Moi, ce qui aide vraiment ma peau c’est le minimalisme pour le coup : aucun lavage le matin (très important pour garder son film hydrolipidique, juste masser le visage), lavage le soir à l’argile et à l’eau ou à l’aloe vera, en journée, je porte une crème solaire ou BB crème très riche en zinc et minéraux bio, un gommage doux par semaine au bicarbonate le plus fin du commerce puis masque d’argile, rincé avant que cela n’ai séché.
    Depuis que je la traite de cette manière, les rougeurs ont arrêté de progresser, pores moins dilatés, la peau ne tire plus. Du coup, c’est assez économique mais surtout efficace. J’ai en partie écrit mon blog pour parler de ces méthodes toutes simples , pour que ça aide d’autres personnes.
    Bon courage à toutes les personnes concernées !

    Répondre

Répondre à Axelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.