Gomasio maison | Recette de base et variantes

Voilà quelques années que le gomasio a sa place dans ma cuisine. Ce « sel de sésame » est un assaisonnement que j’apprécie beaucoup et qu’il me plaît de varier en y ajoutant des graines, des épices, ou encore des herbes séchées. On trouve très facilement du gomasio (nature ou « aromatisé ») en magasin Bio mais le faire maison est tellement simple qu’il mérite bien qu’on lui accorde quelques minutes de préparation, en réalisant au passage des économies (et en réduisant ses déchets) ;-)

Le gomasio c’est quoi? C’est un condiment réalisé à base de sel et de graines de sésame toastées puis broyées. Il est très utilisé au Japon d’où il est originaire. On lui prête des vertus nutritionnelles très intéressantes : fortification du système nerveux et stimulation générale du métabolisme. Surtout, le sésame est une excellente source de vitamine B, de minéraux en tous genres (phosphore et magnésium notamment) et d’acides gras insaturés.

Le gros avantage du gomasio est qu’il permet de réduire sa consommation de sel. Même non raffiné, ce dernier, s’il est consommé en trop grande quantité, peut avoir des effets néfastes sur le plan santé : rétention d’eau, hypertension artérielle, insuffisance rénale et cardiaque, etc… Dès lors, le « couper » avec des graines de sésame permet, si vous avez tendance à avoir la main lourde sur le sel, d’en diminuer l’apport au quotidien.

À titre personnel, je pense ne jamais avoir trop salé mes plats. Mais j’aime tout de même qu’ils soient relevés et, appréciant beaucoup la saveur du sésame, j’ai trouvé dans le gomasio une plus-value gustative et nutritionnelle qui me plaît beaucoup.

Pour information, s’agissant de la recette de base et de la méthode de réalisation du gomasio ci-dessous, je me suis fortement aidée du livre Les savoir-faire de la cuisine végétarienne de Clémence Catz, que j’aime beaucoup.

–  INGRÉDIENTS & PROPORTIONS  –

Pour préparer mon gomasio, j’utilise toujours du sésame complet. Bien qu’un peu plus amer que le sésame blond, sa grande richesse en calcium en fait un allié nutritionnel extrêmement intéressant (surtout que si vous avez suivi mes péripéties santé ces derniers mois, vous savez qu’il me faut beaucoup beaucoup de minéraux). Du côté du sel, j’opte pour une version pure et non raffinée : soit du sel marin de Guérande (reconnaissable à sa couleur gris pâle, qui contraste avec le blanc éclatant du sel raffiné que je vous déconseille mille fois), soit du sel rose de l’Himalaya qui est intéressant car lui aussi très riche en minéraux.

Pour les proportions, j’avoue y aller sans balance, préférant raisonner en cuillères. Grosso modo je mélange 1 cuillère à soupe de sel non raffiné à 11 cuillères à soupe de graines de sésame.

–  RECETTE  –

La clef d’un gomasio réussi, c’est une bonne torréfaction des graines de sésame, puisque c’est elle qui permet de libérer l’huile qui viendra ensuite enrober le sel.

1/ Placez les graines de sésame en une seule couche dans une poêle chauffée à sec (évitez les poêles à revêtement anti-adhésif, qui le supportent assez mal). Remuez constamment jusqu’à ce que vous commenciez à sentir le parfum du sésame, et ôtez la poêle du feu dès que les graines commencent à sauter (1 à 2 minutes à peine).

→ Mieux vaut pas assez que trop : les graines de sésame ne doivent pas brunir.

2/ Liez ensuite les graines de sésame toastées et le sel : en les broyant dans un mortier à l’aide d’un pilon¹ ou bien en les mixant dans un blender par à-coups. J’utilise cette dernière méthode et 5/6 à-coups suffisent, le but étant de réduire une majeure partie (80%) des graines de sésame en une poudre grossière.

→ Encore une fois, mieux vaut pas assez que trop : si vous mixez trop longtemps, vous allez transformer votre gomasio en « purée ».

3/ Placez votre gomasio dans un bocal en verre hermétique que vous refermerez une fois qu’il aura refroidi. Puis stockez-le dans un endroit sec, si possible à l’abri de la lumière².

NOTES : ¹les puristes utilisent souvent un mortier japonais nervuré appelé suribachi (un exemple ici), destiné à faciliter le broyage des graines; ²vous pouvez également le stocker au réfrigérateur afin que le gomasio conserve toute sa fraîcheur.

–  VARIANTES  –

J’ai presque envie de dire que les variations sont infinies. Il y a vraiment de quoi s’amuser avec le gomasio et je suis moi-même loin d’avoir tout exploré tant il y a de possibilités en la matière. Vous pouvez l’agrémenter de graines (chanvre, lin, pavot, tournesol, courge…); d’épices et d’herbes séchées (curry, thym, cumin, raz-el-hanout, coriandre…); de noix et d’algues séchées…

Suivant les variantes, soit je mélange directement l’extra avec mon gomasio déjà préparé (c’est le cas pour les épices ou encore les graines de chanvre), soit je place l’extra dans le bol du blender avec les graines de sésame et le sel (les noix, les algues séchées… Bref, tout ce qui nécessite d’être « mixé » grossièrement).

Pour un gomasio au curry : suivez la recette de base ci-dessus. Une fois que le gomasio a refroidi, ajoutez 2 cuillères à soupe de curry en poudre et mélangez à l’aide d’une fourchette. J’aime beaucoup saupoudrer ce gomasio sur des currys, ou des veloutés de légumes au lait de coco.

Pour un gomasio au sésame noir et aux algues : suivez la recette de base ci-dessus en remplaçant la moitié des graines de sésame complet par des graines de sésame noir (moins amer et plus aromatique) et en ajoutant dans le bol du blender 3 cuillères à soupe d’algues séchées en paillettes.

Cette variante, appelée, « algomasio », est une véritable bombe nutritionnelle de part les minéraux et oligoéléments qu’elle apporte. Je suis personnellement séduite par la saveur iodée qu’apportent les algues, et qui relève un plat en deux temps trois mouvements.

Pour un gomasio au cumin et au citron : suivez la recette de base ci-dessus, en ajoutant dans le bol du blender 1 cuillère à soupe de graines de cumin. Une fois que le gomasio a refroidi, ajoutez 1 cuillère à soupe de zeste de citron séché mixé³ et mélangez à l’aide d’une fourchette. Le cumin et le citron se marient à merveille dans ce gomasio et apportent beaucoup de fraîcheur et de parfum à n’importe quel plat.

NOTES : ³J’ai toujours un petit bocal de « poudre » de zeste d’agrumes dans ma cuisine. En faire est extrêmement simple. Il vous suffit de garder les épluchures de vos agrumes (citrons, oranges…), de les faire sécher au soleil ou au déshydrateur quelques heures, puis de les mixer au blender.

Dans tous les cas, retenez qu’afin de profiter pleinement de ses vertus, le gomasio doit être ajouté après cuisson seulement.

*

Connaissiez-vous le gomasio? Le faites-vous maison?

Si oui, je serais curieuse de connaître vos variantes préférées =)

19 petits mots

  1. Lucie

    Je consomme pas mal de gomasio mais je n’avais jamais pensé à le faire maison …. Ni à le parfumer d’ailleurs! Ton algomasio me tente beaucoup, je vais rapidement tester ça je pense !
    Merci Julie, bonne journée :)

    Répondre
  2. Charline

    Un jour un ami qui me détaillait la liste des ingrédients pour réaliser son parfait houmous, m’a dit que j’aurais besoin de gomasio. « De quoi ? » j’ai dû lui répondre. Première fois que j’entendais parlé de ce truc. Du coup, en cuisine, en train de préparer mon houmous, et devant l’absence de gomasio dans mes placards, je décide d’ajouter du simple sel et des graines de sésame grillées à ma préparation. Et là… c’est la révélation. Comment ai-je pu, jusqu’à maintenant, prétendre faire de bons houmous sans cet ingrédient secret ?
    Bref, je crois vraiment au pouvoir fantastique du gomasio.
    Longue vie à lui.
    Et longue vie au houmous !
    :D
    Bonne journée Julie

    Répondre
  3. Jenny

    Hello ! J’ai découvert le gomasio il y a peu de temps et j’adore ! Je crois que le must c’est de l’an saupoudrer sur un avocado toast mmmmh !

    Merci pour la recette, je testerai peut être ! Et celui avec les algues a l’air top !

    Répondre
  4. Mothey mathilde

    En vrac en magasin bio c’est top, sur une tomate bien mûre en été ou saupoudré sur des tranches de potimarron grillé au four ..yummi !

    Répondre
    1. Julie Auteur de l’article

      Bonjour Danielle, personnellement je n’attends pas qu’il refroidisse, le but de la torréfaction étant justement de libérer l’huile grâce à la chaleur, celle-ci venant ensuite enrober le sel =)

      Répondre
  5. Maya

    Bonjour. Ah génial cet article ! J’ai tenté celui aux algues mais c’était trop torréfié du coup hyper amer :( mais tu m’as donné envie de retenter. Merci Julie !

    Répondre
  6. Célimène

    Je connais aussi le gomasio et je l’utilise dans ma cuisine depuis très longtemps.
    En revanche, je ne l’ai jamais fait maison, je l’achète en vrac dans mon magasin bio, mais je vais tenter de la faire moi-meme, merci pour l’idée Julie ;). Je ne savais pas qu’il y avait autant de possibilités =)

    Répondre
  7. marie

    Oui des années que je fais mon gomasio, omegasio et tout et tout, j ai investi dans le mortier japonais… mais j avoue j’utilise mon moulin électrique pour moudre car plus rapide
    Je fais environ 1cuillere à café de sel gris et 200g de sésame que je torrefie comme toi.
    Ma variante préférée c’est avec en plus 2gouttes d’HE de poivre noir et 2 d’HE de baies roses. Et pour la beauté de la chose j’adore mettre des fleurs (bleuet et fleur de cartame)

    On a tellement de points /habitudes communs … je vais essayer ta version aux algues.

    Répondre
  8. Milieblop

    AH le gomasio ♥ C’est un indispensable à la maison, le chéri en met absolument partout. PARTOUT ! xD
    Merci pour ces idée de déclinaisons, on l’a toujours fait de façon classique, ça changera un peu ( curry et algues me font de l’oeil ♥♥)

    ps : j’hallucine le prix du suribachi :o j’ai payé le mien 100¥. On mettra ça sur le dos de l’importation.

    Répondre
  9. Mélanie

    Je dois bien avouer que je suis aussi une grande fan du gomasio, j’en fais régulièrement à la maison. Je n’avais pas pensé à celui aux algues, je vais tester.
    Bonne journée à toi
    Mélanie

    Répondre
  10. Camomille

    J’aime beaucoup le gomasio classique mais les autres recettes donnent autant voire encore plus envie! Je ne l’ai jamais fait maison, mais mon pot acheté en magasin bio approchant de la fin, je pense renouveler mon stock en suivant tes petites recettes ! :)

    Répondre

Laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *